Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2022 4 22 /09 /septembre /2022 07:00

J'allais à cet anniversaire avec un certain plaisir mais limité par le fait que je serai, une fois encore, le plus vieux de tous les convives et que Françoise et moi serions les ancêtres qu'on chambre sur  leur décrépitude: "l'Ephad vous a laissé sortir?",  "du gâteau? vos dentiers le permettent?" et autre saillies plus ou moins drôles.

Nous étions une vingtaine parmi lesquels une grande majorité de quadragénaires: normal puisque la Reine de la fête célébrait son entrée non dans la 4ème dimension mais dans sa 4ème décennie.

La conversation était animée et les sujets abordés comme leur angle d'attaque étaient à la fois anodins et spirituels. Le repas fut à leur image: des entrées fraîches du jardin (des jardins), des plats plus roboratifs (l’indispensable barbecue, tenu par...un homme), des bons fromages, des petits fours  et des "gâteaux de bonbons". Le tout arrosé de champagne ou d'eau Perrier. Des bulles, en tous cas. 

La distribution de cadeaux à l'impétrante, qui, je le rappelle, fêtait ses 40 ans, ne manqua pas de me surprendre: elle eût droit à une canne (pour marcher), une blouse fleurie comme on en voit sur les marchés et que revêtent en  général les très vieilles dames et les deux hommes qui jouent les vieilles dans le duo des "vamps", un chapeau de pluie du même genre, des lunettes-loupes à la monture noire et j'ai oublié le reste. Chacun(e) de s'esclaffer sur ces présents incongrus. 

C'est l'entrée dans la vieillesse 40 ans?  Glups !

Les enfants rajeunissaient l'atmosphère en tirant deux bombes à confettis dans la salle où la grande table était dressée, tout en la sonorisant avec une corne de brume comme celle qu'on entend dans les stades. Effet garanti.

A mon étonnement et à mon grand plaisir, l'oncle de la vedette du jour, Bertrand, né comme moi un 27 septembre (mais 5 ans plus tôt) avait fait dans la journée le voyage pour être présent. Lulu, une amie médecin, savante et lunaire, également et de Paris.  J'étais placé à côté d'eux et je m'en réjouis: le repas fut vraiment une fête pour moi.

Je fis moi-même les plaisanteries de mise sur la pauvreté de ma "toison capillaire" et sur mes capacités cognitives revues à la baisse à cause de l'âge et de Priscilla. En prenant les devants j'évite les réflexions plus désagréables. 

Il y avait encore, ce 11 septembre, 10 degrés de différence entre la température à l'intérieur de la maison et dehors. Celles et ceux qui allaient fumer ou embêter le chat se faisaient un malin plaisir d'ouvrir la porte fenêtre, histoire de diminuer la différence.

Au gâteau plus personne n'avait d'appétit (dommage, il avait l'air bon) et au café il n'y avait plus personne!

J'ai eu le fin mot des accessoires de vieux offerts à Mélie: peu de temps auparavant elle avait offert un déambulateur à sa meilleure amie pour ses 40ans à elle. 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires