Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2022 4 29 /09 /septembre /2022 07:00

Quand on regarde des documents d'époque on est frappé par le côté grotesque de Mussolini. Du reste Franco est aussi risible (un petit coq gras monté sur ses ergots), Hitler l'est également (hélas, plus tragiquement que tous les autres) et souvent les dictateurs le sont également. Il faut voir le Kaiser Guillaume II avec son plumet blanc entouré de ses généraux déguisés comme des clowns et se rappeler le décalage entre leur nocivité humaine et leur physique pathétique. Le Kaiser avait, tout comme Staline, un bras atrophié et se donnait un mal fou pour le cacher.

Plus près de nous la banalité des tyrans en costume trois pièces a remplacé les déguisements et fanfreluches de ceux du début du vingtième siècle.

Reste que ces responsables de pays ayant outragés les résultats des élections et s'étant emparés à vie du pouvoir ne résistent pas à des titres militaires le plus souvent usurpés et à des médailles qui ne le sont pas moins. Ces meurtriers de leur propre peuple sont empereurs , Maréchaux, Conducator, Caudillo, Führer  et autres titres ronflants immérités. Moins ils sont légitimes plus ils scintillent. Leur vanité est le premier signe de leur personnalité dévoyée.

De nos jours le pouvoir ne s'exprime plus par des titres ni par des colifichets. Poutine est "Vladimir Poutine" pas le Président du Praesidium du Soviet Suprême: ses pouvoirs sont les mêmes mais le titre a disparu. Et il a la Bombe A, lui...

Les récentes funérailles de la Reine d'Angleterre ont montré jusqu'à l’écœurement la vanité et l'inutilité de ces démonstrations de pompe, dans ce cas, liées à un pouvoir symbolique.

Lorsque la hache a tranché le col de Charles 1er d'Angleterre, quand la lame est tombée sur le cou le Louis XVI le pouvoir s'est exprimé différemment. La République Française a maintenu un certain décorum et des hommes comme Charles de Gaulle ou François Mitterrand ont trouvé en eux même l'incarnation du pouvoir temporel et la personnalisation du pays.

Je n'ai rien contre le tout nouveau Roi d'Angleterre mais suis frappé par le ridicule de ses habits, de ses carrosses, de sa Cour et de sa personne. Lui et la Reine Consort semblent sortis d'une bande dessinée.

Parfois je rêve d'uchronie et aimerais imaginer Robespierre recevant Mélenchon, Napoléon 1er donnant audience à Eric Ciotti et de Gaulle interrogeant son lointain successeur Sarkozy sur son équipée anti Kadhafi.

Franquin, le génial dessinateur de la meilleure période de "Spirou" a dit tout celà bien mieux que moi dans deux BD insurpassables: "Le dictateur et le champignon" et surtout l'éblouissant "QRN sur Bretzelburg".

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires