Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 09:45

Il ne faut pas généraliser, je sais.
Il faut se méfier des idées toutes faites. Je sais aussi.
Il faut se protéger du mépris et essayer de comprendre. Je le sais toujours.

Il n'empêche que je comprends (presque) les progressistes de ce pays qui préfèrent

idéaliser un improbable étranger mythique que le prolétariat bien de chez nous.
On dira ce qu'on voudra mais le parfum d'aventure collera plus à l'Afghan qui passe

qu'à l'ouvrier Français qui se shoote au foot, au loto sportif, aux promos d'hypermarchés

et à TF1.

Avec son inculture revendiquée, ses idées parfois racistes mais toujours primaires et

sa façon d'accuser toute l'humanité de sa stagnation il est souvent insupportable le prolo

du cru.

 

Pour une raison que j'expliquerai ultérieurement, j'ai vécu une courte mais intense

expérience qui m'a fait travailler avec des spécimens. Elle m'a dégoûté  de leur veûlerie,

de leur hypocrisie et, pour tout dire, de leur bassesse.

Mon expérience est trop limitée dans le temps et en nombre mais parmi ceux que j'ai

rencontrés aucun ne sortait de la caricature. Sauf un jeune black que tout le monde

appelait "Djibril" (son nom de famille est Cissé!) et qui était au milieu des autres

comme un chien dans un jeu de quilles. Trop intelligent, trop éduqué.

 

Ce disant je comprends que je vais m'attirer les foudres des bien-pensants de mes

(trop) rares lecteurs. Comment? il n'est pas magnifique l'ouvrier Français? il n'est

pas stoïque sous les coups du patronat suceur de son sang?

 

Eh bien non! en 2 mois j'ai vu plus de médiocrité, de reptations misérables et de

nullité assumée que dans toute ma longue expérience professionnelle.

 

Pour retrouver autant de cons sur une surface aussi réduite il me faut remonter aux temps

peu amènes du service militaire. Machisme stupide, vulgaire et assumé et bêtise crasse

n'étaient donc pas l'apanage exclusif des "appelés du contingent"; ils sévissent toujours.

 

Je reconnais que les dés étaient pipés dès le départ et que j'ai dû faire sonner leurs

alarmes intimes.

En effet je suis, comment dire, légèrement différent de ce portrait. bref... j'ai tout du

mouton noir.

Je l'ai déjà dit le football ne m'intéresse pas et je préfèrerais toujours Haydn à Johnny.

Dans ces conditions, même en étant discret et aimable j'ai été rejeté comme on recrache

un noyau de cerise.

Tout corps étranger introduit dans un organisme qui ne le reconnaît pas sera

impitoyablement rejeté. C'est une loi de la nature. Dans les relations sociales il n'existe

pas de ciclosporine . Hélas.

Ca ne remet  pas en cause ma position qui est celle du "cul entre 2 chaises". J'abhorre

les gibiers de sacristie qui baissent les yeux devant des statues en plâtre mais les

ouvrent pour juger ce qui se passe chez les autres, les militaires à casoar, les capitaines

d'industrie plein de morgue et de mépris, les bobos replets et les bourgeoises à marques.

A mes yeux la jeune mémère à foulard Hermes, sac Vuitton et Austin Mini est aussi

insupportable que le beauf en survêt', pack de bières dans une main et ticket de loto à

gratter dans l'autre.
J'exècre aussi le bas du panier avec tout son folklore "ouvriériste" et ses valeurs mitées.

 

En cas de guerre civile ce sera pratique: les deux camps voudront m'éliminer!

 

J'ai conscience qu'il y a des "travailleurs manuels" remplis de talents et qui sortent des

stéréotypes. Je ne les ai hélas pas rencontrés cette fois-ci.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires