Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 09:00

 

La langue de bois définissait, à l'origine, le discours pesant et stéréotypé des communistes et de leurs proches. Ils travestissaient le sens des mots et des locutions et  faisaient dire le contraire aux expressions ("démocratie populaire" qui signifiait "dictature du Parti-Etat", "Amitié entre les peuples" qui voulait dire coexistence faute de pouvoir tout avaler de suite, etc.).

Par extension cette langue pesante, ennuyeuse, transparente et fastidieuse est devenue celle de presque tous les hommes politiques, de quelque bord dont ils se réclament, à commencer, en France, par les énarques et autres grands commis de l'état.

Ce matin, sur France Inter, dans l'émission très courte qui donne la parole à 4 auditeurs et 3 journalistes de la station, Laurent Wauquiez (né en 1975!) parlait une langue de bois que n'eût pas rejetée feu Leonid Brejnev, feu Georges Marchais, feu Jean Lecanuet, feu Valery Giscard d'Estaing et tous les représentants de la classe politique des années 70, incapable de sortir d'un canevas appris par coeur, employant des mots pour leur faire dire le contraire (négociation, discussion, observation, dialogue...).

Pas besoin d'être devin pour comprendre que cette pseudo ouverture débouchera sur un texte déjà écrit et qui reculera l'âge de départ en retraite des salariés tandis que ni les dividendes des actionnaires ni les niches fiscales les plus odieuses et les passe-droits les plus flamboyants seront volontairement oubliés.

Cette expression du mépris, que je rapproche de la phrase de Le Lay sur le "temps de cerveau disponible" est insupportable et cette façon de faire de la politique est condamnée.

Le "peuple", dans son ensemble, est moins bête qu'on le croit (ou qu'on le sous-entend) : que des politiques nés 30 ans après la guerre continuent à agir et à parler comme si la France de 2010 restait celle de M Doumergue ou de M Coty est déprimant.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires