Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 10:07

Toute la journée du 19 novembre j'ai été de mauvaise humeur. J'ai grogné contre

tout et tous et mon humeur de dogue a eu besoin de la nuit pour se dissiper.
Je n'ai pas eu à chercher bien loin pour en comprendre la raison.
Il était une fois, il y a bien longtemps dans la forêt de Louveciennes, à l'auberge

du "Coeur Volant" j'avais épousé ma princesse.

C'était un 19 novembre .
Comme dans les contes de fées nous vécûmes longtemps (à peu près) heureux

et eûmes sinon beaucoup au moins deux beaux enfants qu'on n'appela ni Hansel ni

Gretel.

Jusque là l'histoire se tient.

Comme tout le monde nous eûmes des soucis avec les belles mères (deux

sorcières qui trouvèrent d'autres moyens que des pommes contaminées pour nous

empoisonner la vie!), les carrosses (je suis un mauvais cocher préposé aux Malus),

l'éducation des princes (plus tournés vers l'informatique et les roturières que les

études et les bals pour lui, le hard rock métallique et les Doc Martens plutôt que la

valse et les souliers de vair pour elle) et tout à l'avenant.

Notre histoire se réduisit aux acquêts (un bric-à-brac fort peu princier) et nos beaux

serments se firent la malle, même pas décorée par Louis Vuitton.

Comme le chantait la chanteuse qui voulait ressembler à Marion Cotillard rien de rien

je ne regrette rien mais, les 19 novembre, toute ma royal highness reste tourneboulée.

 

Plus sérieusement je garde un souvenir prégnant du froid qui tomba avec la nuit, du

fou-rire de ma mère et de sa cousine en voyant leurs maris marcher devant elles

("nos vieux" persiflaient-elles), de la splendide et non conformiste robe folle d'Elodie, du

champagne qui m'avait littéralement "cueilli à froid" à l'entrée de l'auberge, des nouveaux

beau-frère/belle-soeur tombés dans l'amidon, des photos composées de Gérard et

de toutes les jolies filles présentes et... de l'Hôtel Bassano qui, pour la nuit de noces

avait prévu des lits 1 place pas jumeaux et éloignés de 100m.

J'avais aimé le déjeuner informel et Mauricien aux "Filaos" et ai une tendresse toute

spéciale pour les samossas depuis.

Les 19 novembre se suivent et ne se ressemblent pas. Les fleurs ne volent plus

(avec leur vase) d'ailleurs il n'y a plus de fleurs.

Le 19 c'était l'anniversaire de tout cela et mon "inconscient" voulait me le rappeler; 

cela clouera le bec à celles et ceux qui pensent que ma mauvaise humeur

s'auto-alimente!

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires