Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 07:15

Il y a de ça des années j'avais lu un livre d'Alphonse Boudard dans lequel, à un moment,

il disait que la différence entre le monde des truands et celui des autres gens tenait à la

capacité des seconds, les plus nombreux, à accepter de donner plus des 3/4 de ce qu'ils

avaient à l'état Moloch qui n'était jamais rassasié.

Si j'ai bonne mémoire (et j'ai bonne mémoire) les contribuables ordinaires répondaient

au nom de "caves".

Et si on y réfléchit bien, en ce moment qu'arrivent en queue de peloton les taxes locales

accouplées à la redevance de l'audiovisuel la remarque était frappée au coin du bon sens.
La rentrée, comme tous les ans, a asséché les finances de chacun comme jamais à cette

période.
Malgré la fable des prélèvements obligatoires qui tourneraient autour de 47% il n'est pas

besoin d'être expert pour voir que la réalité doit tourner autour de 75-80%.

Entre les cigarettes des fumeurs qui viennent d'augmenter, l'essence qui ne redescend pas,

le gaz et l'électricité qui voient leurs tarifs progresser discrètement mais inexorablement, les

charges locatives qui font la culbute, les contraventions qui pleuvent et les radars qui les

alimentent pulluler le contribuable moyen se demande s'il a intérêt à "travailler plus pour

gagner plus". En effet, chacun a pu le constater, quelques dizaines d'euros en plus sur la 

feuille de paie risquent  fort de se trouver entièrement repris par les charges sociales, les

impôts et mille autres taxes ou plafonds.

Dans un foyer fiscal le second salaire sert désormais à payer l'ensemble des impôts,

factures, notes et amendes tout au long de l'année. Frustrant!

Un journal est tenu, régulièrement, de publier ses comptes. Le nombre de lecteurs, le

nombre d'exemplaires vendus en abonnement et au numéro en kiosque. La moindre

société doit tenir ses comptes et ceux ci doivent pouvoir être consultables sous peine

d'amende.
Pas l'état qui dépense sans que nous ayons une vue d'ensemble. On sait que Tapie

(c'est un exemple) s'est vu reconnaître par l'état un dédommagement en dommages

intérêts.
On peut trouver saumâtre d'avoir contribué au renflouement de ce triste individu.

Il y a tant de cas où les finances publiques jettent -ou semblent jeter- nos contributions

au caniveau qu'on finit par se demander s'il est raisonnable de les donner ainsi à un

état qui les gère si mal.
Populisme et poujadisme me rétorquera-t'on! sans doute.

Mais moi qui suis sans doute le pire gestionnaire qui soit si je m'étais endetté comme

le fait Bercy, si je vivais à crédit comme l'état et si je gérais mes budgets comme ils le

sont au niveau national je serais à La Santé, interdit bancaire et ruiné pour 3 générations.

Les donneurs de leçons sont malheureusement aussi ceux qui nous rançonnent et la

seule alternative qui nous reste est l'exil fiscal ou l'accablement d'être obligé de rester dans

un casino géant où l'on perd à tous les coups.
Ce que l'état nous laisse avec une générosité qui l'honore ce sont les aigrefins assureurs,

avocats, plombiers, garagistes et autres escrocs légaux qui nous le prennent.
Ma bonne dame je vais de ce pas boire ce que j'ai réussi à soustraire à la rapacité des

voleurs ci-dessus listés. Le barman est un des rares à donner quelque chose en échange

de nos euros.

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires