Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 07:14

Ayant récemment déménagé j'ai rempli un formulaire à la poste pour que mon courrier me soit réexpédié. J'ai ajouté un détail à la nouvelle adresse pour voir si la poste ne se faisait pas du blé en revendant des fichiers : Bingo! Télérama, l'Obs, le Point et l'Express m'écrivent des gentilles lettres pleines de promesses de mirifiques cadeaux si je m'abonne.

Avec l'expérience qui est la mienne il faut plus qu'une tablette made in Hong-Kong ou une "élégante montre" pour acheter des magazines dont l'ennui et le conformisme ne sont, eux, guère élégants.

Par le passé, un temps, j'ai été lecteur de chacun d'eux et je ne les reconnais pas tant ils ont fini par être semblables. Mêmes signatures interchangeables, même invasion publicitaire, mêmes parti-pris et mêmes sujets bateau. Tout y est attendu, tout y est convenu.

Si l'on veut s'ennuyer et ne rien apprendre la télévision et la radio sont là et ne coûtent pas 4,00€ hebdomadaires....
Avec Christophe Barbier on est jamais déçu. C'est le Hanouna de la presse magazine: un narcisse creux et omniprésent. Il n'a rien à dire mais il le dit partout.
L'Express, qui n'en finit pas de rapetisser sous la houlette du ludion à écharpe et de Patrick Drahi, monstre capitaliste crée par les banques et les médias se donne une nouvelle formule. Oh! n'allez pas croire que l'on fait appel à des jeunes journalistes de terrain qui n'ont pas été (dé)formés par de pompeuses "écoles de journalisme" mais seulement qu'on a changé les caractères et le dessin de couverture.

A cette (fausse) occasion Barbier se démultiplie et essaie de faire croire qu'il a soudainement pris conscience de la médiocrité accablante de son magazine sous sa présidence. Il lance des banalités fourrées à de vrais morceaux de mensonges et en profite pour faire parler de lui en disant que les acheteurs de l'Express doivent se procurer leur tor...magazine non pas pour les cadeaux liés à l'abonnement mais pour le torch... magazine lui-même. Ca donne cette pensée profonde: "Le lecteur doit s'abonner car il aime le magazine, pas pour recevoir une cafetière".
L'Express, comme ses concurrents, offre en permanence des cadeaux et pratique le harcèlement par courrier et le dumping puisqu'il brade le journal. Ma boîte aux lettre peut témoigner!
Notez que pour 50% de pages de publicités + du rédactionnel "publicitaire" (vins, CD, cinéma etc.) gratuit serait encore trop cher! L'express remplace "Match" chez le dentiste. Dernière dégringolade: il sera bientôt avec "Auto-plus" chez le coiffeur.

Le zozo à l'écharpe et aux sourcils froncés (il pense que ça le crédibilise) est co-responsable de l'insondable médiocrité de la presse magazine Française. Il serait temps qu'il comprenne que "le lecteur"... n'a rien à lire dans son magazine. Rien! nada niente.

Partager cet article

Repost0
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 07:00

J'ai toujours eu une faiblesse pour la beauté et le bel accent suisse de Marthe Keller. Depuis ses premières apparitions à l'écran jusqu'à aujourd'hui je l'ai toujours trouvée non seulement exceptionnellement jolie et attirante mais aussi bonne comédienne.
Elle possède des dons d'actrice qui n'ont malheureusement été reconnus qu'exceptionnellement. Si elle a joué chez Sydney Pollak ("Bobby Derfield") ou chez l'immense Billy Wilder ("Fedora") c'est dans des films mineurs, pour ne pas dire médiocres qui ne lui rendaient pas justice.

Elle possède une filmographie qui n'est pas honteuse mais dans laquelle ne figure aucun chef d'oeuvre inoubliable. Elle s'est aussi lancée dans la réalisation d'opéra et ce simple constat montre qu'on n'a pas affaire à l'une de ces jolies filles éphémères dont la taille du cerveau ne figure pas parmi les mensurations retenues par la presse...
Chez nous après un démarrage en fanfare ("Le diable par la queue" de Philippe de Broca 1969) sa carrière a été torpillée par un médiocre feuilleton dont le personnage qu'elle jouait lui a collé à la peau pendant des années.

Je l'ai revue, mûrie mais toujours aussi élégante et "classe" dans l'inclassable film de Valérie Lemercier "le derrière" où elle joue à la perfection une femme snob et méchante refusant de vieillir.

On la voit peu et c'est bien dommage: Marthe Keller méritait mieux que cette carrière en dents de scie.

Partager cet article

Repost0
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 06:50

J'ai si souvent entendu parler du site de vente d'occasion "le bon coin" que, lorsque j'ai enfin décidé de me séparer du frigo, du lave-linge et de la cuisinière vitrocéramique dont je n'ai plus l'usage je me suis naturellement tourné vers lui.

Question pratique rien à dire. C'est simple et efficace. On m'avait fait la leçon: ne laisse pas ton numéro de téléphone, les acheteurs potentiels sont... bizarres.

De fait ma messagerie internet crée pour l'occasion contient des messages de tous les horizons, planète Zorg incluse.
Tout d'abord il y a les pressants: "gardez la moi, il me la faut" (aurais-je été insuffisamment gourmand? possédais-je un trésor sans le savoir?), ensuite il y a les maniaques: la machine fait-elle du bruit? quelles sont les dimensions du frigo, à 1,79m je le prends à 1,80 non. Viennent ensuite ceux qui sont définitivement fâchés avec notre belle langue. Un de mes acheteurs potentiels s'intéressait à la "machine à lavié". Je l'ai rassuré; elle lavieu très bien.

Viennent aussi des mabouls qui m'envoient des dizaines de messages dont des demandes de don (je dois leur donner ma cuisinière) ou la leur réserver à eux seuls.

Mais bon, dans l'ensemble ce sont des personnes qui ont besoin d'un matériel fiable à petit prix et qui se sont vus proposer des machines qu'Emmaus refuserait. Pour beaucoup "occasion" signifie objets dans un état lamentable et repoussants de saleté. C'est ce que l'on m'a dit plusieurs fois.

J'ai déjà vendu les 3 équipements électroménagers que j'ai mis en vente mardi (on est samedi). Payés en liquide.

Tout ne fonctionne pas si mal dans ce pays qui broie du noir!

Partager cet article

Repost0
23 mars 2016 3 23 /03 /mars /2016 07:02

Les codes de la "télé-réalité" ont envahi la presque totalité des programmes et il faut vraiment avoir envie de regarder un programme pour allumer la télévision qui se veut désormais totalement de divertissement et presque exceptionnellement objet culturel.

Ces codes sont constitués par la parole de l'intervenant qui doit exprimer ses émotions face caméra, une compétition inutile mais revendiquée et des rebondissements fabriqués mais omniprésents. Tout semble scénarisé et conçu par un "Deus ex Machina" omniprésent.

Je ne regarde ni les plateaux de cuisine ni les "télé-crochets" qui voient des chanteurs de variétés bas de gamme désigner celles et ceux qui sont dignes de les approcher. Cela me semble Insupportable.

Je regarde parfois la chaîne National Geographic Channel qui diffuse en boucle des émissions animalières ou des documentaires qui ne sont pas exempts de ces travers. "L'incroyable Dr POL", par exemple est un "format" amusant auquel on se laisse prendre. C'est un vétérinaire de plus de 65 ans, en grande forme physique et intellectuelle,d'origine européenne et qui vit dans le Michigan. Son cabinet médical voit défiler des animaux de compagnie et des NAC (Nouveaux Animaux de Compagnie) tandis que ses consultations le conduisent à soigner des vaches (beaucoup) des chevaux, des lamas, des porcs et des chèvres, des ânes, des lapins etc.

Une des caractéristiques de l'émission est que l'on ne nous épargne rien des mises-bas, du curage de blessures et autres castrations. Le Dr parle des odeurs et on l'imagine très bien puisqu'on a une vision réaliste des choses.

On suit le Dr Pol et on s'intéresse à ces histoires de chiens écrasés ou aux grossesses nerveuses de génisses stressées. Là où la scénarisation existe c'est que le cabinet de vétérinaire est aussi le lieu où un petit monde très normé vit et se côtoie: il y a la femme du médecin (sage et patiente), la vétérinaire adjointe, la stagiaire, le secrétariat et, personnage hallucinant, le fils des héros qui est à la fois bébête et touchant. 4 ou 5 consultations d'animaux malades sont ainsi montrées par "épisode" dont une qui pourrait être une maladie mortelle, une aventure du gros fils (un rodéo, un flirt avec une vétérinaire ou un concours de hot dogs...) sachant que chacun est conforme au personnage qu'il joue. Le Dr Pol est pro et possède une autorité incontestable, il "chambre" son fils en permanence et l'humilie régulièrement, la femme a la sagesse de la gardienne de foyer américain et les clients sont gentils mais restent d'authentiques bouseux.

C'est ce qui est frappant dans cette non-fiction: le côté invraisemblablement plouc des propriétaires d'animaux qui viennent chez le Dr Pol. laids, gras, sentimentaux jusqu'à l'écoeurement pour des animaux souvent à leur image, le moins que l'on puisse dire est qu'ils ne donnent pas une image brillante des USA. On est loin d'Obama et d'Hillary!

Assez proches de Trump finalement. Et c'est inquiétant.

Partager cet article

Repost0
22 mars 2016 2 22 /03 /mars /2016 06:52

J'ai vu l'adjoint à la maire de Paris qui a organisé la provocation. Il revendique son appartenance au PCF et la justifie (avec raison) par le fait que le XVIème arrondissement néglige la loi SRU en n'accueillant pas son quota de logements sociaux et ne participe pas à la nécessaire solidarité en proposant, comme des arrondissements à la population plus hétérogène des foyers d'accueil aux migrants, aux SDF et autres personnes fragilisées.

Pour avoir longtemps vécu dans ce bel arrondissement (je pense à son architecture, à ses monuments, à ses jardins et au fameux Bois de Boulogne) je n'ai jamais oublié la mentalité de "réserve de peaux rouges assiégés" qui est celle de la plupart de ses habitants fortunés.

Ils ont en permanence l'impression qu'une force mauvaise (le communiste, l'immigré, le "nouveau riche" ou l'étranger) veut envahir leur havre de paix, de bonne moeurs, d'élégance et de fortune discrète.

Les réflexions qu'on y entend quotidiennement sont tellement étranges qu'on n'y prête pas attention. L'autre est forcément cambrioleur ou voleur et tout ce qui ne va pas vient d'eux. Les "chauffeurs de bus arabes" jaloux et haineux de traverser ce riche arrondissement rouleraient comme des fous et s'arrêteraient loin des trottoirs pour faire tomber les personnes âgées. Ne souriez pas, je l'ai entendu dire comme si c'était une vérité d'évidence.

Dans ces conditions l'adjoint d'Anne Hidalgo jouait sur du velours. En parlant d'accueillir 200 "migrants" il savait les réactions des riverains et des élus locaux.
Digne successeur de crétins homologués qui ont sévi entre Auteuil et le Trocadéro tels Georges Mesmin ou Gilbert Gantier, Claude Goasguen n'a pas eu à forcer sa nature pour tenir des propos révoltants et inadmissibles. Les "lodens" et les foulards Hermès de sortie pour une réunion guet-apens organisée par la mairie ont fait ce qu'on attendait d'eux: ils se sont conduits en hyper privilégiés égoïstes, revanchards, haineux et ne sachant parler que d'argent et de sauvegarde de leur patrimoine*.

Les télés et les radios ont eu leurs images de riches puants et suintant le mépris de classe... tout le monde était content. Il ne manquait que Ludovine de la Rochère et ses idées 19ème (siècle, pas arrondissement!).

A l'hôtel de ville on devait se frotter les mains: l'opération chiffon rouge devant les "bourges" du Bois de Boulogne a fonctionné.
Reste qu'à la fin de la séquence on ne peut s'empêcher de trouver tout cela caricatural et, pour tout dire, assez minable. Des deux côtés.

* Je n'aimais pas Wolinski mais j'ai le souvenir d'un dessin amusant représentant Giscard et Anne-Aymone discutant à l'Elysée. Lui: "Il faut faire quelque chose pour les déshérités". Elle: "Déshériter qui?".

Partager cet article

Repost0
21 mars 2016 1 21 /03 /mars /2016 06:24
Un palais moche

Partagé entre l'épouvante et l'éclat de rire j'ai regardé les photos de "la villa du peuple", habitation des tyrans roumains Ceaucescu exécutés ignominieusement en 1989. C'est le site de "l'Obs" qui les publie et elle valent le temps qu'on lui consacre.

Ce couple ignare et stupide a dirigé de mains de fer la pauvre Roumanie de 1965 à 1989 dans une orthodoxie stalinienne que contestent encore quelques falsificateurs impénitents.

Sans doute rien de plus laid que ce palais de parvenus incultes et avides. Tout y est chargé et laid, dorures écoeurantes et mobilier glacial et hideux. La chambre à coucher photographiée me laisse à penser que j'aurais du mal à y trouver le sommeil tant tout y est atrocement vilain.

Le "Danube de la pensée", aussi appelé "génie des Carpathes", une brute bornée et meurtrière a affamé le pays et extirpé jusqu'à l'idée qu'on pouvait se servir de son cerveau pendant 24 années d'un règne interminable et liberticide. De ce côté du rideau de fer on fermait les yeux en feignant de croire à une "dissidence" du pouvoir par rapport à l'URSS entièrement fantasmée.

Comme tous les dirigeants des "démocraties populaires" (qui n'étaient ni démocratiques ni populaires!) le couple Ceaucescu a mis l'économie en déroute et s'est attribué ce qui restait.

Sorte de couple royal, le mauvais goût en plus, il s'est fait construire des palais immenses et laids qu'il croyait peut-être mériter.

J'ai parlé de la mort ignominieuse des Ceaucescu: au lieu de ce simulacre de procès et cette odieuse exécution à la sauvette un vrai procès aurait sans doute été nécessaire.
S'il s'agissait de les punir d'avoir une maison effroyablement moche intérieurement alors le déni de justice n'est pas établi!

Partager cet article

Repost0
18 mars 2016 5 18 /03 /mars /2016 06:10

Certains dimanches en fin d'après midi l'église Saint Exupère de Toulouse (dans le quartier du Palais de justice tout à côté du Jardin des Plantes) est le théâtre d'un moment musical très enrichissant.
Des musiciens et chanteurs professionnels mais bénévoles répètent d'abord une cantate de Jean-Sébastien Bach devant un public nombreux, n'ayant pas payé sa place et venu écouter les explications lumineuses du chef d'orchestre sur l'oeuvre, ses particularités, son livret et son interprétation.
L'oeuvre est ainsi tronçonnée et expliquée, jouée en plusieurs fois et, en quelque sorte, décortiquée devant nous qui devenons ainsi un peu moins ignorants. Le chef d'orchestre et de choeur est un homme sympathique et il fait tout cela avec décontraction et passion.

Nous écoutons dans le détail les prestations de certains instrumentistes puis, dans le cas de la Cantate 102 les passages chantés par un ténor, un alto et une basse.

Une partition du final nous a été remise à l'entrée de l'église et le public le répète puis le chante avec le choeur et l'orchestre et c'est un moment merveilleux que ce chant mêlé qui sature le lieu de culte qui est lui aussi très beau.

La cantate est ensuite interprétée en entier avec son final participatif et chacun repart sur les superbes allées du Tramway qui sont devenues un des plus beaux lieux de Toulouse sans que personne ne l'ait ni vraiment prévu ni vu.

Régulièrement Saint Exupère le dimanche soir est le théâtre de cette belle cérémonie et le nombre de cantates qu'à écrites Bach fait que cela se poursuivra encore longtemps.
Impressionné et heureux le public, très divers, se conduit bien. Il y avait bien une dingo qui est venue avec un nourrisson de 2 ou 3 mois qui a braillé pendant vingt minutes avant qu'elle ne daigne s'en aller mais c'est la seule em...pêcheuse de passer un moment parfait à signaler.

Partager cet article

Repost0
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 06:50

On a assez peu parlé du livre remarquable que je suis en train de lire. Certes "Marianne" et "Le Monde" lui ont consacré quelques lignes mais, à mon goût, de manière insuffisante et sans dire à quel point il est revigorant de lire écrit noir sur blanc ce qu'on pense sans pouvoir l'exprimer clairement.

"Malaise dans la démocratie" de Jean-Pierre Le Goff (Stock) est une réflexion soutenue sur les nombreuses et diverses causes qui peuvent expliquer l'état psychique des pays démocratiques et en particulier celui de la France.
Sociologue et philosophe, Le Goff n'est pas un de ces journaleux qui se poussent du col pour écrire des pamphlets discutables et partiaux (façon Zemmour) mais un homme de réflexion qui fait un travail universitaire sérieux et documenté, sans arrière pensée.
Dans "Malaise dans la démocratie" on suit une pensée étayée par des exemples et des raisonnements incontestables. Tous les chapitres du livre sont passionnants mais j'ai particulièrement apprécié ceux qui sont consacrés à l'individualisme, à l'éducation et celui qui traite de manière distanciée mais impitoyable "la culture animée et festive".

Il y a aussi un chapitre sur les "nouvelles formes de religiosité diffuse" qui met en perspective des actes, des attitudes et des propos qu'on a tous et toutes constatés. Le catholicisme recule mais le besoin de religion se réincarne dans d'improbables mélanges de soufisme, de bouddhisme, d'écologisme et d'autres philosophies centrées sur l'introspection et "le travail sur soi" qui renforcent l'individualisme.

L'auteur dit bien qu'il ne fait qu'un constat (et je n'en suis pas encore à se propositions -si propositions il y a) ni à ses conclusions et la grande intelligence de l'analyse nous permet d'organiser notre pensée et de l'appuyer non plus sur des impressions mais sur des faits observés.

Ainsi la place de l'enfant, le "tout-culturel", les mélanges de rites religieux et la folie victimaire (cf les "cellules psychologiques") sont mis en perspective et expliqués de manière à voir le tout qu'ils forment.

Je terminerai par mai 68 idolâtré par certains et considéré comme le point de départ du mal par d'autres: Le Goff montre les apports et les carences de ce mouvement et ne se ndéfile pas pour dénoncer ceux qui en font l'alpha et l'oméga de toute pensée.

Un excellent livre que je recommande vivement.

Partager cet article

Repost0
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 07:02

Nous exportons une spécialité bien française: la leçon de morale politique.
Pourtant, le moins que l'on puisse dire est que notre classe politique et nos dirigeants ne brillent pas par l'excellence de leur comportement et les résultats de leurs activités.

On peut, sans le moindre doute, effectuer des réserves sur la décoration du ministre de l'intérieur de l'Arabie Saoudite. C'est une chose qui nous engage tous et pour laquelle on s'est -c'est une litote- gardé de nous demander notre avis. reste que les arguments présentés pour la contester sont largement.... contestables. L'un d'entre eux, en particulier, a le pouvoir de me mettre en colère. Evacuons d'abord les moins contestables:

- La guerre que ce pays mène au Yemen: rien à dire. c'est une honte et une horreur.

- Le droit des femmes bafoué. Sans doute mais dans cette partie du monde il l'est partout.

- La persécution des Chrétiens. On semble soudain la découvrir et s'en émouvoir!

- l'obsession iranienne de la monarchie saoudienne. voir à "persécution des chrétiens".

Reste l'argument que les médias Français soulignent jusqu'à l'écoeurement: les 70 exécutions capitales (dont certaines pour "apostasie") depuis le début de l'année.
Là, l'argument m'agace. Nous n'avons aboli la peine de mort qu'en 1981 et sans que l'avis du pays ne soit sollicité (il eût été négatif). Nous savons tous que si la question était aujourd'hui posée la réponse des Français serait un "oui" sans équivoque. La franchise Le Pen agite la question à chaque crime abominable et les rédactions adorent le frisson de scandale lorsque un militant réclame la peine de mort.
Bref. Il y a peu de temps et c'est de manière détournée que notre grande belle démocratie a cessé de couper des hommes en deux. Certes elle n'en tuait pas 150 par an mais 1 ou 150 c'est la même chose.
Soit un pays a la peine capitale dans son arsenal répressif soit il ne l'a pas.


L'Arabie Saoudite l'a et nous sommes sans doute mal venus de baser notre réquisitoire sur ce fait.

Quant à la décoration elle ne vaut pas les pages (dont celle-ci) noircie pour la commenter. Napoléon 1er, grand connaisseur de l'âme humaine, avait crée la légion d'honneur en précisant: "C'est avec des hochets qu'on mène les hommes".

En somme rien n'a changé votre excellence, Monsieur le Ministre de l'intérieur du grand et beau Royaume d'Arabie Saoudite.

Partager cet article

Repost0
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 06:39
Un drôle de lotUn drôle de lotUn drôle de lot

Jeudi dernier, mon regard a été attiré par le kiosque à journaux rue de Passy, à Paris. Les unes de magazines affichées sur ces édicules sont très souvent partagées entre l'anecdotique et le ridicule mais celle qui avait capté mon regard dépassait de loin la stupidité habituelle.

Juste au dessus de la couverture de "question de Philosophie" avec Mathieu Ricard et ses amis et de celle d'entreprendre s'étalait dans le même format celle d'un magazine de sexe intitulé "Hot Vidéo" avec un titre en lettres hautes et grasses, qui disait: "gagnez une penoplastie".

Plastie je sais que c'est la chirurgie esthétique, rhinoplastie c'est celle du nez donc penoplastie c'est la chirurgie esthétique du ... pénis.

Voilà! un magazine offre à ses lecteurs (lectrices?) non pas une cafetière non pas un téléphone qui fait grille pain mais une opération chirurgicale pour améliorer leur pénis.

Je vais assumer le rôle de vieux con qui ne comprend plus son temps et confesser que je hais cette époque où la bêtise le dispute à la vulgarité.
Nos gourous sont à l'image de ce qu'ils professent et, du vieux Séguéla à Hanouna en passant par La Fouine ou Miley Cyrus je me sens plus éloigné que je le serais d'un habitant de la planète Mars.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages