Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2015 1 05 /10 /octobre /2015 06:56

Je me demande parfois si tous ceux que je n'aime guère (les médias, la pub, la com...) ne font pas, finalement, qu'exploiter la bêtise crasse de nos contemporains.

Parmi ces contemporains il me semble même qu'il respectent encore moins l'élément féminin à qui il s'adressent avec une condescendance qui confine à la misogynie et au mépris.
Les magazines qui leurs sont proposés en disent d'ailleurs plus que n'importe quel discours étayé. Nos compagnes sont prises pour 1°) des buses 2°) des demi-personnes à qui l'on peut faire croire et faire acheter n'importe quoi 3°) des simplettes qui ne retiennent jamais aucune expérience.

Je m'explique et le prouve. Sur les "abribus Decaux" je suis revenu en arrière pour regarder plus attentivement une publicité destinée à la gent féminine. Il s'agit d'une campagne pour un produit de la marque Filorga et l'affiche précise (c'est écrit en toutes lettres, je n'invente rien): RAJEUNIR à la vitesse de la lumière - Skin Absolute Day - et le meilleur: "Anti-âge au saphir blanc". L'affiche est illustrée par une photo d'une sorte de Marshmallow blanc lumineux sortant d'un flacon translucide et mu par le contraire de l'attraction universelle.
Pour celles qui auraient conservé quelques doutes il est précisé au bas de l'affiche: "Directement inspiré de la médecine esthétique" (et c'est le mot médecine qui est important) et c'est suivi de "cliniquement prouvé" ce qui ne veut rien dire et ne mange pas de pain.

L'agence de com, ce phare de la pensée moderne, a déterminé que ces crèmes qui contiennent plus de 80% d'eau sont indispensables aux femmes et les en a convaincues.

Pour démultiplier les bénéfices chaque marque a sa formule et plus on monte en gamme plus le prix est élevé sans qu'il y ait un rapport de cause à effet. (cf "60 millions de consommateurs).

Des marques se créent qui utilisent les mêmes références: le métal, le verre, la lumière, le blanc, l'espace, la santé etc. Comme, dans ce domaine, on peut dire absolument ce que l'on veut, on a déniché ce "saphir blanc". Qu'est-ce? à quoi ça sert? quelles sont ses propriétés? comment agit-il? en combien de temps? sur quel type de peaux? sur quoi l'a t'on testé? où? quand? quelles sont les contre-indications? quelle quantité de saphir blanc? combien il coûte? de quel région du monde vient-il?. De tout ça les utilisatrices ne sauront rien.

Autre sujet d'incompréhension pour moi : l'expression "anti-âge". Quelle personne sérieuse peut donner le moindre crédit à une telle entourloupe? que je sache même les personnes les plus fortunées et les plus en vue vieillissent. la ménagère de Clermont Ferrand n'échappe donc pas à la règle et sa crème à plus de 70€ les 40g n'y fera rien, quand bien même contiendrait-elle du saphir gris ou bleu!

Et cette formule en langue anglaise? avez-vous remarqué qu'une publicité sur deux en possède une? la joie et la fierté du colonisé qui en redemande. Skin Absolute day... ça ne veut strictement rien dire!

Enfin, et je terminerai par là avant un haussement d'épaule définitif le "cliniquement prouvé" est la signature de l'escroquerie. Puisque la formule veut tout et rien dire et qu'elle n'est pas expliquée l'acheteuse potentielle se rassure à bon compte et imagine que les amis du regretté Jacques Servier cautionnent l'anti-âge au saphir blanc et reconnaissent ses vertus de rajeunissement à la vitesse de la lumière.
Si, en plus elle trouve dans sa boîte aux lettres une invitation à une "vente privée" ou un bon de réduction, dès ce soir elle rajeunira et deviendra belle comme l'imposteur qui se fait appeler Nathalie Baye, qui a sa voix mais pas ses traits.

Car le rêve ultime de nos compagnes c'est d'être une vieille jeune, une maigre avec des seins et des fesses mais dotée d'un poids d'adolescente et d'avoir la peau plus lisse que celle d'une otarie sortant de l'eau. Forcément il y a du travail et un sacré besoin de poudre de perlimpin....


Partager cet article

Repost0
2 octobre 2015 5 02 /10 /octobre /2015 06:33

Je terminerais la semaine par un "coup de gueule" sans silencieux. En me baladant chez "Ombres Blanches", ma librairie de référence dans la ville rose je suis tombé, incrédule, sur un petit livre de la collection Folio intitulé "Lettre à Yves" et signé Pierre Bergé.
Oui, cet insupportable individu qui possède un pouvoir considérable (celui que donne la surface financière illimitée, le fait d'appartenir à une minorité agissante en tant que "référence" (le milieu homosexuel), la notoriété et le fait d'avoir évolué dans un monde d'apparence (la mode) ose publier ses lettres à son amant, lettres dont j'imagine tout le monde se fout comme de l'an 40.

Qu'est-ce qu'on peut bien avoir à apprendre dans cet étalage indécent qui méritât d'être publié? j'ai dit ici la tristesse et la colère mêlée d'impuissance qu'éprouvent ceux qui écrivent et trouvent porte fermée chez les éditeurs.
Qu'est-ce qui justifie que cette baudruche badigeonnée au bleu Majorelle publie ses courriers intimes au plus caractériel des couturiers? Qu'a t'on à voir avec cette intimité non pas sulfureuse mais déplacée? Personne, pour l'éconduire, ne lui a dit ce qu'on dit dans ces cas-là? "désolé mais votre livre, malgré de grandes qualités littéraires, n'entre pas dans notre politique éditoriale"

Ce bonhomme qui possède une influence démesurée ne rencontre décidément jamais quelqu'un pour lui dire à quel point il est énervant et c'est injuste.

Mais jugez sur pièce, je ne voudrais pas qu'on puisse imaginer je ne sais quelle jalousie. Les qualités d'écriture et l'élévation de pensée sont évidentes à la page datée du 2 mars 2009 puisqu'on y lit, in extenso: "Kikou, tu me manques terriblement". *

Inclinons-nous devant la profondeur de la pensée et la recherche du terme adéquat pour la décrire. Quel génie! quelle puissance évocatrice. Et ce "Kikou en début de phrase; quelle trouvaille stylistique! Une page sur une centaine et qui compte cinq mots, une paire de guillemets et une virgule. C'aurait été dommage de priver le monde d'une telle élévation de pensée et d'une écriture aussi novatrice!

Vous me rétorquerez à juste titre qu'ils sont nombreux à être dans ce cas (n'avoir rien à dire et mal l'écrire) et que Attali, Sollers ou d'autres n'ont rien à lui envier. C'est vrai et ma mauvaise humeur risque de durer jusqu'à l'heure du déjeuner!

* je n'ai rien inventé et cette "lettre" a été jugée publiable donc intéressante. Et republiée en édition de poche.

Partager cet article

Repost0
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 06:26

Je me souviens parfaitement de la nuit du 1er octobre 1983. Je me souviens de presque tout ce que j'ai vécu et ressenti.
C'était d'abord la fameuse "perte des eaux" pendant la nuit précédente. Au beau milieu de la nuit Catherine s'est retrouvée comme inondée (et moi aussi). La poche des eaux venait de se rompre et le liquide amniotique de s'échapper.

Pascale T*** qui était dans le même état peu avant nous avait expliqué qu'avec sa voiture elle roulait sur les pavés de Versailles pour obtenir ce résultat. Nous n'avions pas eu besoin d'avoir recours à ce stratagème pour faire venir ce bébé qui, ce ne serait pas son habitude par la suite, était en avance.

Le sac d'affaires pour la maman et le bébé (nous savions que c'était un garçon) était prêt, il ne restait plus qu'à aller dans le XVème, chez les bonnes soeurs, pour l'accouchement.
Prématuré, non. Pressé un petit peu (15 jours) Nicolas l'était. Mais pas ce 1er octobre de "venir au monde" comme on dit si joliment.
Mes frasques (ah! le lit électrique de la parturiente...), mon impatience et la longue attente font qu'une des bonnes soeurs (pas celle qui avait une calculette à la place du coeur) m'a prié de retourner chez moi voir si elle y était.
Après un après midi interminable, en soirée, les contractions étaient enfin (si j'ose dire) respectables. Je me souviens que j'ai assisté à l'accouchement (ce que je regrette) et que j'ai coupé le cordon ombilical qui reliait un alien verdâtre à sa mère épuisée mais souriante.

Lorsque la tête du bébé est apparue le Dr Hussenot, un médecin adorable, a tapé sur la table en verre en simulant un roulement de tambour et a dit: "Et voici Nicolas".
Depuis, ce Nicolas là, a tendance a beaucoup théâtraliser et à soigner ses entrées mais on sait d'où ça vient!

Le regardant j'ai eu un doute: comment des parents aussi beaux pouvaient faire un enfant aussi contestable? Heureusement cette impression n'a pas duré, ou plutôt seulement 32 ans. Je plaisante,il a été magnifique quelques semaines après et l'est resté.

Une fois E.T mis dans sa couveuse nous avons réalisé que désormais et pour longtemps nous serions 3. Nous étions ébouriffés par cette petite présence et conquis par ses petits bruits.

J'ai enregistré la subtilisation du placenta mais visiblement "cela ne me regardait pas".

Dans le même ordre d'idées, j'ai failli retourner un coup à celui ou celle (je ne sais plus) qui a piqué son minuscule pied pour en prendre une goutte de sang et ai été immédiatement conquis par ce bébé encore si vilain.

Oui, pour sa soeur ce sera la même chose quatre ans après, immédiatement conquis. Mais elle, elle a été jolie tout de suite.Totalement conquis. 1 minute après leur naissance je les aimais déjà. Et il y en a qui contestent l'existence d'un amour paternel.


Plus tard (vers 23H) nos 3 amies de l'époque (Odile, Agnès et Sophie) ont eu la chance (?) de se pencher sur le berceau et de saluer Nicolas qui montrait qu'il avait de la voix. (Laquelle des 3 était la "fée Classicos" je l'ignore mais ses dons sont restés discrets!).

La "soeur fric", comme je l'avais baptisée, un Harpagon religieux qui nous eût fait payer l'air ambiant, nous a donné notre première leçon: un bébé c'est beaucoup d'amour et beaucoup de dépenses. Nous étions tellement contents que nous ne l'avons pas étouffée avec son voile de religeiuse mais je le regrette encore.

Le retour à la maison est une autre aventure intéressante mais chaque minute de ce 1er octobre d'il y a trente-deux ans reste gravée en moi comme pour la plus belle journée de ma vie.

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2015 3 30 /09 /septembre /2015 07:15

Je ne pense pas être une personne sectaire et encore moins une personne violente. Pourtant, pendant l'embarquement du vol Easy Jet de jeudi 16H30 dernier (le vol avait 1H1/2 de retard...) j'ai eu une bouffée de haine et une grande envie de dire à Alain Badiou tout le mal que je pense de lui et de ses théories totalitaires assumées. Je dois même dire que j'étais contrarié de partager mon vol avec ce personnage qui me révulse.

C'est un vieil homme (78 ans) mais il se porte bien et a un regard perçant. Il a enregistré que je l'ai reconnu et très bien compris ma viscérale détestation de lui et de ses idées.
Pour résumer, cet homme fait partie de ces intellectuels qui ont avalisé toutes les dictatures "progressistes", couvert et justifié toutes leurs exactions et qui ne le regrettent pas.
Badiou est un communiste comme Staline les rêvait: intelligent mais docile, sachant de quoi il retourne mais se faisant égorger plutôt que le reconnaître. Un de ces "idiots utiles" qui ont pourri la vie de milliers de leurs contemporains en soutenant des régimes effroyables et en terrorisant les autres intellectuels par leur guerres ineptes et leur police de la pensée.
De toute cette violence verbale, de toute cette pensée avariée et de de toutes ces années du côté du totalitarisme le Badiou qui attendait son avion à Orly était à peine marqué. Un papy-gâteau qui, au lieu des 3 petits cochons, devait raconter à ses petits enfants -en les approuvant- les crimes de Mao, de Ho Chi Minh et de Castro façon épopée.
C'est un vieil homme fier alors que ses positions répugnantes pour certaines (on a un texte de lui soutenant, au moment de sa chute, Pol Pot et son "régime" Khmer rouge) devraient lui faire adopter un profil bas. Ses mots étaient des armes et il ne les a pas déposées. il est toujours en fonction et n'a renié ni ses méthodes ni changé ses cibles.
Le fait que son ennemi de toujours, le capitalisme a gagné ne lui donne pas raison pour autant. Entre la peste et le choléra il a choisi et l'a fait en connaissance de cause avec son talent et son intelligence.
Il fait, à mes yeux, partie de cette "intelligentzia" qui s'est à jamais sabordée dans une collaboration avec l'ignoble. Le tout dans une dialectique violemment agressive et fausse.
Dans le hub, Ses yeux qui soutenaient mon regard m'ont montré sans équivoque que s'il avait eu la possibilité d'être patron du KGB ou de l'Angkar il aurait envoyé ceux qui pensaient mal à la mort sans barguigner.

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 06:43

Notre drôle d'époque aime les boutiques très dépouillées. Une cinquantaine de paires de tennis à tout casser, quelques fringues chics de dames ou quelques tenues de sport à des prix défiant toute concurrence (= très très chers) par magasin suffisent pour attirer un chaland de plus en plus prisonnier de schémas mentaux inculqués dès le berceau par la publicité et la communication.

J'ai été stupéfait, samedi, en cherchant vaguement un sac à dos pouvant discrètement contenir un ordinateur 17 pouces de voir à quel point certains magasins prennent à rebours ce qui m'a été appris quand j'étais enfant:

- la sobriété des assemblages de couleurs par exemple. Maintenant c'est le contraire, tout est flashy, tout est fluo.

- les matériaux: plastique cheap et matériaux de synthèse laids et sans charme

- les formes sont lourdes et souvent disgracieuses

- la discrétion est le dernier des soucis des fabricants

- les dessins sont agressifs et les marques impossibles à oublier. La marque ou signature est partout.

- le prix enfin semble à l'exact contraire de l'objet vendu: plus il est vilain et banal plus il est vendu cher.

Je suis entré pour la première fois dans un magasin "North Face" et ai été ébahi par la tristesse des articles vendus, leur laideur même et le niveau très élevé de leur prix. Même soldés les tee-shirts (de simples tee-shirts avec "North Face" indiqué dessus) coûtaient autour de 40€.

J'ai fait, aiguillonné par cette expérience, la visite d'autres boutiques "tendance" et ai fait le même constat: plus c'est moche plus c'est cher et plus les gamins achètent. Des minettes tout juste pubères sortaient des billets de 50€ pour acheter des baskets à gerber.

De quoi me demander, une fois de plus, si je ne viens pas d'un autre monde et si je ne ferais pas mieux d'y retourner au plus vite!!!

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2015 1 28 /09 /septembre /2015 06:37

J'ai regardé l'autre jour un film étonnant qui m'avait été conseillé à deux reprises par deux personnes très différentes.
Il s'appelle "la route", date de 2009, a été réalisé par un tâcheron Hollywoodien d'origine australienne John Hillcoat d'après le roman de Cormac McCarthy, auteur ayant obtenu le prestigieux Prix Pulitzer.

C'est un film prenant et moins manichéen que la production cinématographique américaine moyenne. Parfois on pourrait presque songer à un film "d'auteur" mais les passages obligés du cahier des charges du film à grand spectacle ou, à tout le moins, du film qui rapporte des dollars y sont.


J'évacue donc de suite les quelques séquences pataudes constituées par les flash-backs des temps heureux (Charlize Theron a un petit rôle, il faut donc la voir en couleurs), la découverte d'une canette de Coca-Cola qui donne un moment presque gênant tant il ressemble à un mauvais spot de publicité et le passage le plus "téléphoné" de la découverte d'un piano en état de marche. Le héros tourne autour et l'on se demande si le metteur en scène va oser lui faire jouer la musique du bonheur des débuts. Il hésite autour du piano et on se dit: "non, pas les 4 notes..." Et il les joue!

Enfin on n'échappe pas aux brutes mal rasées armées jusqu'aux dents et se déplaçant sur des pick-ups énormes qu'on trouve partout, de "Jurassik Park" à "Avatar".

L'histoire tient sur un ticket de bus: la terre (les USA) a été détruite par un évènement inexpliqué. Il n'y a plus d'animaux et plus de civilisation. Dix ans après cette catastrophe qui laisse la nature ruinée et les hommes redevenus sauvages (ils sont même anthropophages). Un père et son fils traversent le pays vers la mer et le sud en affrontant mille dangers.

Le film vaut par les décors (impressionnants), la peur diffuse mais présente de bout en bout que génère l'histoire et le fait que cet enfant est en danger permanent.

L'acteur qui joue le père est assez limité mais il dégage une force qui convainc et de celle-ci naît le suspens quand il tombe malade et meurt.

L'enfant est correct (en V.O) et n'est pas exaspérant comme les enfants des films de Spielberg.

Le film n'est pas bavard et c'est un bon point, il est plausible et c'en est un autre. Les épreuves que traversent le père et son jeune fils sont parfois éprouvantes pour nos nerfs (le saloir....) mais c'est bien filmé et sobre.

Avant le film le DVD proposait des bandes-annonce de films d'une bêtise égale à la violence qu'ils mettaient en scène. Avec "La Route" on sort des films "blockbusters" pour ados gavés de jeux vidéo et de films gores de zombies.

Et, en cherchant bien, il y a presque un message philosophique!

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2015 5 25 /09 /septembre /2015 06:22

Je n'ai aucune estime pour les "Femen" et les trouve même pathétiques. Leur combat qui, au départ est honorable, est inutile et vain par les actions qu'elles mènent.

Montrer ses seins est absurde et finalement très sexiste et ne dénonce absolument rien si ce n'est la bêtise de celles qui les exhibent ainsi.
Je ne dis pas, je me répète, que leur lutte soit inutile et même qu'elles ne soient pas courageuses. Il faut du courage (et une bonne dose de naïveté) pour affronter le machisme borné de leurs cibles mais il faut remarquer que si elles prennent des risques elles sont seules à en supporter les conséquences.
En les encourageant la presse les envoie au "casse-pipe" et fait de beaux (question de vocabulaire) papiers mais les filles se retrouvent bien seules dès que ça tourne vinaigre.
De mon point de vue agresser les catholiques à Notre Dame et les musulmans dans un colloque n'est pas la même chose et leur action a le grave défaut de tout mélanger.

Je n'irai pas jusqu'à dire que les Femen sont manipulées (je n'en sais strictement rien) mais je crois que, derrière elle, des "communicants" aux intentions douteuses ne sont pas loin qui tirent les ficelles.

Montrer ses seins! la belle affaire. Il faut vraiment que de part et d'autre on soit bien rétrograde pour se formaliser d'une telle chose.

Provocations inutiles les actions des Femen n'apportent rien et ne font rien changer. Elles donnent juste une possibilités aux médias de masse de désinformer un peu plus et, ainsi, de préparer le temps de cerveau disponible pour Coca-Cola.

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 06:52

L'excellent David Gilmour, qui n'est pas à proprement parler, un perdreau de l'année, doit avoir des problèmes d'inspiration.
Et ceux-ci se conjuguent avec ses soucis financiers si j'en juge par l'extrêmement médiocre album de Pink Floyd (2 membres morts et le fondateur évanoui dans la nature...) qu'il a commis l'année dernière.

Seul un arriéré d'impôt ou le changement de la voiture (quoi? des travaux d'étanchéisation de sa péniche-studio d'enregistrement?) justifiaient la sortie de cette daube inaudible.

Traversant notre riante contrée et empruntant les trains de la SNCF que le monde et le système solaire nous envient, il a entendu le jingle "ta-tin-tin-ta" qu'on entend 800 fois par minute sur les quais et a écrit un titre "Rattle that lock" autour de ces 4 notes.

Un titre très honnête qui, comme le gimmick ferroviaire publicitaire s'insinue en vous jusqu'à coloniser votre cerveau.

Gilmour possède une voix immédiatement reconnaissable et un talent de guitariste absolument incontestable.

Ses productions ne sont jamais anodines et son "concert à Gdansk" est absolument remarquable. Le malaise, si malaise il y a, vient de ce qu'on l'a connu jeune et maigre, plaisant (beaucoup) aux filles* et répondant aux critères de la rock star et que c'est maintenant un gros sexagénaire chauve à la barbe blanche qui semble ne pas imaginer dételer un jour.
Personne ne le lui demande et à lui seul il a plus de talent que 693 fournées de "Star academy" et autres pouilleries de "Nouvelle star" mais à juste titre on pourrait trouver qu'en 46 ans il a pu s'exprimer.

Comme on dit maintenant: "je dis ça, j'ai rien dit".

* Et au Lycée Rodin (Paris 13ème) il était difficile de franchir les portes d'entrée avec un look à la Gilmour. Et la maison des parents aussi d'ailleurs...

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 06:28

Il y a une chose qui devient très vite insupportable: c'est lorsque quelqu'un, sans s'en rendre compte, a un "tic de langage" et qu'on fait une fixation dessus.
Vous avez certainement fait l'expérience d'écouter un homme politique ou une personne interviewée qui semait des mots ("alors", "évidemment", je pense" et autres) dans toutes ses phrases et avez joué à employer ces mots avant ou en même temps que lui.

Nous-mêmes, parfois, avons ce travers et il est très déroutant de s'en apercevoir et assez difficile de s'en débarrasser.

Le tic est souvent dans l'air du temps: il y a eu le "c'est clair" qui a longtemps été à la mode et aujourd'hui on entend régulièrement "en fait" ou "c'est sur".

Mais il y a d'autres expressions contagieuses dont on ne sait ni d'où elles sortent ni comment elles se propagent.

Quoi que....une certaine, linguiste émérite, Nabilla a fait beaucoup pour que le "Allo quoi" ponctue nos phrases. Un temps.

Le plus amusant est que ces tics de langage, comme le bâillement, est communicatif. Il suffit de l'entendre prononcé par une personne à laquelle on attribue une certaine autorité pour l'adopter, parfois à notre insu.

En ce moment le tic consiste à répondre: "c'est ça" quoi que vous disiez: "je trouve Hollande bien mou", - "C'est ça".
"Je pense que notre couple ne peut plus durer et je vais partir avec Marie-Charlotte" -"C'est ça".


Le "C'est ça" est en train de gagner du terrain.

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 07:07

A la formule bateau "on ne guérit jamais de son enfance" que je lui illustrais en lui reprochant pêle-mêle ma conception, ma naissance, ma petite enfance, mon éducation et mes tares héréditaires ma mère m'a répondu par une autre formule qui fait son chemin: "on est adulte quand on a pardonné à ses parents".

Il faut dire que des deux côtés il y a du travail.

Les émules de la vieille baderne Sigmund auraient eu de quoi faire si j'avais pris leur imposteur de chef de file au sérieux.
Mais point de complexe d'Oedipe ni de foutaises de ce genre, on ne me fera jamais accepter ces cures psychanalytiques qui ont été les attrape-gogos de 50 années entre 1950 et 2000.

Cette pseudo science au présupposés erronés et à la démonstration falsifiée m'a toujours exaspéré.

Donc ma génitrice ne comprend pas (ou ne veut pas comprendre) que, si nous sommes responsables de nos échecs, certains sont en quelque sorte "responsables de notre responsabilité".

Il ne s'agit pas de s'exonérer de notre propre responsabilité et moins encore d'accuser ses parents de tout alors que nous-mêmes, parents à notre tour, pourrions très facilement essuyer des critiques à peine moins virulentes. Il s'agit, en quelque sorte, d'obtenir des explications sur ce qu'on est et le pourquoi de nos agissements.

Pour certain-e-s leurs parents, père, mère ou les deux, vivant (très) longtemps il y a des questionnements qui arrivent tard et polluent -malgré eux- la relation parents-enfants.

J'ai, face à ma mère, le regret qu'elle "fasse comme si" et aurait sans doute voulu qu'elle change en tenant un discours argumenté et réaliste au lieu de quoi j'ai toujours eu un déni et des faux semblants.

Parfois cela m'est égal, parfois cela me met en colère et nos rapports oscillent entre la douceur et les imprécations. Comme l'écrivait Jules Renard: "tout le monde n'a pas la chance d'être orphelin"!

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages