Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2012 6 15 /09 /septembre /2012 12:03

Non seulement le téléphone portable nous ruine mais en plus il envahit

l'espace et nous pourrit la vie.
De temps en temps prenez 5 secondes de votre temps pour regarder

votre rapport avec cet instrument.
Regardez-vous l'écran de temps à autres pour voir si on vous a appelé?

Quand il ne sonne pas pendant un temps jugé long le sortez-vous pour

regarder s'il est bien allumé?

Quand un message vous est annoncé cessez-vous toute activité séance

tenante pour le lire?

Quand une sonnerie retentit, regardez-vous si c'est votre téléphone qui

sonne même si ce n'est pas le cas?

Considérez-vous qu'il est urgent de rédiger et d'envoyer un SMS ou un

tweet et le faites-vous dans l'instant?

Si vous répondez "Oui" à toutes ces questions vous avez, comme la

plupart d'entre nous, un rapport névrotique avec ce nouvel objet inventé

pour notre malheur.

Nous sommes victimes d'un odieux rapt puisque nous payons plus cher

des communications moins bonnes, que nous sommes contraints par

un effet de mode de posséder un tel appareil et que les industriels les

modifient à longueur de temps pour nous obliger à les changer le plus

souvent possible.
Si quelqu'un est capable de dire -sans langue de bois- que le mobile est

un progrès par rapport aux téléphones avec ou sans fil d'autrefois je suis

intéressé.
Partout dans le monde, en Afrique incluse, les comportements déviants

des possesseurs de mobiles insupportent l'homme de goût: partage

obligatoire de demi-conversations ineptes et sonneries impromptues

sont le lot commun de tout le monde.
Il n'est pratiquement plus d'endroit préservé et même le ciel sera bientôt

pollué par cette malédiction puisque dans les avions aussi on pourra

téléphoner.

Personne ne semble se poser la seule question qui vaille: à qui cette

folie profite t'elle? pas à l'environnement puisque nous gâchons de la

matière première avec ces outils obsolètes sitôt mis sur le marché.
Pas aux utilisateurs qui sont plus individualistes et, partant, plus seuls

qu'ils ne l'ont jamais été, pas aux portefeuilles puisque les

communications, de mauvaise qualité je le répète, sont très chères.
Oui, vraiment, l'humanité et les consommateurs, pour une fois

confondus, sse sont faits escroquer en beauté.
Le pire c'est que nous en redemandons!

 

Partager cet article

Repost0
14 septembre 2012 5 14 /09 /septembre /2012 08:49

J'écris sereinement ce qui suit mais pas sans mauvaise conscience. En effet

j'ai été un spectateur assidu des journaux télévisés et des émissions de

reportages qui les complétent pendant de longues années.
Comme une drogue j'avais besoin de savoir ce qui se passait dans le monde

et je l'ai même longtemps imposé à mon entourage qui, comme moi

maintenant, se posait des questions sur l'utilité de cette activité.  

 

Bien que mon "blocus des médias" soit intransigeant je ne peux pas ne pas

être au courant de l'actualité.
Des informations circulent sur le net, au fronton des kiosques, j'entends la

radio même sans le vouloir et, chez des amis il m'arrive quand même de

tomber sur une télévision allumée.
Hier, par exemple, Daniel avait sa télé qui diffusait "BFM", un robinet à

actualités en boucle.
Des journalistes aux airs de portes de tombeaux commentaient à l'envie le

décès de l'ambassadeur américain en Libye.
Ruth Elkrief, sous ses airs de fille d'Arlette Chabot, l'air plus grave que si

elle était tombée sur son mari au lit avec 3 étudiantes, commentait aussi

cet acte de terrorisme comme si notre vie en dépendait.
Ces journaux télévisés qui font du remplissage permanent et qui se sentent

obligés de dramatiser tout (aussi bien le sport que le fait divers) n'apportent

rien et je ne comprends pas qu'on puisse les regarder en boucle.
De fait, en y réfléchissant, je me demande même pourquoi on se sent

obligé d'être informé de tout et partout dans nos sociétés.

Que nous apporte l'information relative à un incendie en Inde et qui a fait

plus de 300 morts? En quoi suis-je concerné par le meutre d'une famille

britannique abattue en France? pourquoi se sent-on dans l'obligation de me

raconter l'enquète au jour le jour? qu'en ai-je à faire?

Sans tomber sur la démagogie du journal populiste de midi de TF1 et ses

reportages sur les fabriquants d'espadrilles en vraie corde, dans la hiérarchie

des informations je ne vois pas pourquoi je consacrerais du temps et de

l'attention à des choses qui ne me concernent en rien et sur lesquelles je

n'ai pas l'ombre d'une influence.

Faites l'expérience; regardez avec attention le journal télévisé du soir de

France 2 un jour prochain.
Impossible qu'à la fin de l'exercice vous ne vous demandiez le pourquoi de

cette hiérarchie d'informations sélectionnées et, en fin de compte, qu'est-ce

qu'elles vous apportent.
En d'autres termes: "A quoi ça sert de consacrer tant de temps à regarder ça".

Il ne s'agit pas de se replier sur soi mais de comprendre que ce temps perdu

peut et doit être consacré à autre chose.

Il y a dans cette interaction une possibilité d'être sinon manipulés du moins

influencés qui me semble évidente.

 

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 10:15

La suprême habileté des pouvoirs est de vous faire culpabiliser pour des

choses ou situations normales.
Prenons un exemple: avec le système de retraite par répartition dès que

vous avez une activité rémunérée vous cotisez pour les caisses de

retraite.
Quand bien même vous ne travailleriez que quelques heures par semaine

vous n'échappez pas à la ponction.
Dans d'autres pays ces retenues à la source n'existent pas ou peu. Vous

devez vous-même mettre de côté cet argent pour la vie d'après.
Les derniers gouvernements ont augmenté la part de prélèvement pour les

retraites et modifié les conditions d'attribution (en reculant l'âge de la retraite

à taux plein) en soulevant mille questions mais en occultant le fait que le

contrat entre nous (contraints) et l'état était rompu et ce de manière

unilatérale et sans que nous puissions faire appel de l'injustice.
En gros ils font des conneries et c'est à nous de payer pour les réparer.

Pour le chômage c'est exactement la même chose. Tous les salariés

contribuent à remplir les caisses qui indemnisent ceux qui, un jour, se

trouvent en situation de perte d'emploi.
Lorsque cette situation vous arrive vous êtes donc indemnisé au prorata de

votre ancien salaire et pendant une période censée vous permettre de

retrouver une activité, salariée ou pas.
Invoquant des "abus", de "l'assistanat" et d'autres arguments spécieux l'air

du temps veut que ceux qui se trouvent dans cette situation ô combien

inconfortable soit aussi culpabilisés de vivre aux crochets de la communauté.

Il s'agit, là aussi, d'une escroquerie intellectuelle et elle est inique.
L'état dépense des fortunes en matériel militaire, en opérations de prestige,

en précaution (cf l'affaire du vaccin H1N1*), et en mille occasions il dépense

sans compter (campagnes électorales, remises de dettes de pays étrangers)

et est donc fort malvenu de reprocher à ceux qui ont cotisé pendant des

dizaines d'années pour le chômage ou la retraite de faire valoir leurs droits.

Il faudrait faire un sondage auprès des Français pour savoir à quel point les

formules telles "le cancer de l'assistanat" ont leur part dans la défaite de

l'ancienne majorité. Ils seraient surpris les maires de Meaux et autres qui

en ont fait leur cheval de bataille....

 

* Apparemment personne n'en a voulu à Roselyne Bachelot pour son

incompétence, ses mensonges et son cynisme.

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 08:48

Il y a quelques années j'aimais bien visiter les "vide-greniers" en province. On y

trouvait tout un tas de pouilleries sympathiques à des prix amusants.
Il était même possible, voire attendu, de les négocier.
Les 45t en vinyl, les oeuvres complètes -version pléiade- de Rika Zaraï (grande

figure de la médecine des années 70) ou de Linda de Suza (voyageuse au

long-cours style Alexandra David-Neel, surtout côté bagages), les yaourtières

et les cadeaux La Redoute y étaient surreprésentés.

On trouvait aussi de vieux vélos pliants, des cassettes vidéo et des livres

-version club- signés Poivre d'Arvor. Une autre époque!

Aujourd'hui le moulin à café, le siphon et la chaufferette n'intéressent plus

personne.

Les CD des "2be3", les DVD de "Les Experts" (qui peut acheter ça, ça fait

plus de 15 ans qu'ils sont diffusés et on en est aux "Experts du Minesota")

les livres sur Grégory Lemarchal ou sur "les coulisses de Koh-Lanta"

ont remplacé l'exquise Rika et la passionnante Elisabeth Tessier.
Pour nos contemporains, dont le gout pour les napperons, les draps (très)

colorés et la décoration tape-à-l'oeil ne se dément pas, tout ce qui a plus de

3 ans est "une antiquité" ou un objet de valeur.

Le globe terrestre du petit-dernier, le nounours famélique, la montre de

communiant cassée et hideuse, la barbie unijambiste, les 4 tasses avec

soucoupes dépareillées, le cadre du chien en point de croix et même la

photo de l'aieul en militaire: tout est vendable.

Le summum de ces ventes en plein soleil ou en pleine pluie (c'est ou l'un

ou l'autre!) est constitué par ces récupérations de commerce qui ne valent

pas un clou: vieilles piles, boutons, tournevis rouillés, ampoules en 110V,

pièces de voitures improbables (feu arrière de Renault 12, fusibles de

Simca "Horizon", crochet de caravane adaptable aux R11 et R19 etc).

J'ai tenu, il y a deux ans, un "stand" sur une place toulousaine. fort de mes

observations j'avais trié avec soin les articles que je vendais.

A ma grande surprise ce que je croyais vendable m'est resté sur les bras et

le reste est parti avant le déjeuner!

...Je regrette mon édition plein cuir de "La valise en carton".

Récemment, à Blagnac j'ai trouvé pour 1€ le merveilleux film "Paper Moon"

avec Ryan et Tatum O'Neal.
Et un tapis qui n'avait pas beaucoup volé.

 

Partager cet article

Repost0
11 septembre 2012 2 11 /09 /septembre /2012 06:43

32 milliards d'Euros. J'ai entendu ce chiffre et n'y ai pas cru. J'ai pensé avoir mal

entendu.
Mais je l'ai vu ensuite écrit et c'est bien ça. La fortune personnelle de Bernard

Arnault se monte à 32 milliards d'€uros.
J'avais lu, je ne sais plus où ni quand que ce même Bernard Arnault avait fait

le pari avec un autre milliardaire d'arriver à 50 milliards (ou était-ce 100?) et 

n'avais pas "percuté".
Qu'est-ce qui justifie une telle possession d'argent? quelle qualité humaine

possède ce Monsieur qui explique qu'à lui seul il ait à sa disposition le budget

d'un pays?

Quelle invention a t'il faite pour le bien de l'humanité toute entière qui donnerait

(éventuellement) l'explication d'un tel niveau de fortune?

Je comprends les réactions indignées à propos de la une de Libération hier

(qui titrait, sur une photo de Bernard Arnault: "casse toi riche con") mais tout

autant celles qui l'applaudissaient .
Parler de "chef d'entreprise" et de "créateur d'emploi" en justifiant de tels

émoluements et une telle richesse personnelle est absolument obscène et

Xavier Bertrand a une fois de plus perdu l'occasion de se taire.

L'obscènité, le scandale et l'insupportable résident dans le fait que cet Arnaud

là a fait sa fortune en une seule génération (grosso modo 32 milliards en

moins de 50 ans) en vendant de l'inutile (du luxe).
Ce multi-milliardaire mourra, comme tout le monde, certes cousu d'or mais

n'ayant rien apporté aux autres.

Là réside l'injustice et le mépris.

Pas dans le fait qu'il aille en Belgique ou à Honolulu pour payer moins

d'impôts. Quand on  dispose de 32 milliards je comprends qu'on ne veuille

pas payer des milliers d'€uros en impôts: on préfère les placer pour arriver

à 33 ou 34.

Qu'il y ait des riches et des pauvres, des beaux et des laids, des malins et

des moins futés c'est dans l'ordre des choses et nul n'y peut rien.
Qu'il y ait une société qui accepte de telles différences de niveau de vie entre

les hommes est inacceptable. Monsieur Arnault et ses comparses du

classement annuel de "Forbes" ne valent pas leur richesse. Personne au

monde ne vaut à ce point plus que les autres et certainement pas un homme

d'affaires.

Est-ce que Mandela, Pasteur, Gandhi, Luther King, Mozart et tant d'autres

"phares de l'humanité" méritaient moins qu'un vendeur de bagages, de

parfums et de champgne?

 

 

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 08:02

Françoise, qui était sur la route à ce moment là me demande par téléphone si

je compte regarder la prestation télévisée de François Hollande.

Elle me dit même qu'elle compte sur moi pour résumer l'intervention et en

dégager le principal.
Comme je suis un homme gentil et serviable et bien que je m'astreigne un

sévère boycott de la télévision j'allume celle-ci à 19H55.

Ne sachant pas sur quelle chaîne le Président s'exprimerait je tombe sur le

tunnel publicitaire du service public avec ses réclames vulgaires et agressives.
Puis le sommaire du "jité" me montre qu'il me faudra passer sur la chaîne des

bétonneurs et du temps de cerveau disponible si je veux entendre l'interview.
Passe un quart d'heure de bouillie "informative" avec des faits divers et du

sport et la présentation archéologique de Claire Chazal.
"Enfin" le président est là et va répondre aux questions de celle qui, comme

une Adjani est prise dans un halo de lumière qui lui confère un air de madone.

Les 2 premières questions sont d'une banalité à faire peur et les réponses ne

leur cèlent en rien.
Hollande copie Mitterrand jusqu'aux mimiques tout en moulinant du commentaire

soporifique.

Les sondages au bout de quatre mois de mandat m'exaspéraient mais je finis

par les comprendre. Un an de campagne pour en arriver à cette grand'messe

pompidolienne?

Soit c'est le format télévisuel qui est définitivement désuet soit c'est Hollande qui

n'a pas encore compris que personne ne souhaitait un Raffarin de gauche.

A force la classe politique finira par fonctionner en autarcie, perpétuant les mêmes

manifestations avec les mêmes acteurs (seule la mort nous délivre d'eux) tandis

que plus personne n'y fera attention. On en est presque là et les démagogues de

tous poils aiguisent leurs armes...

 

Partager cet article

Repost0
8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 08:57

J'habite, vous aurez fini par  le comprendre, la 5 ou 6ème ville de France. C'est dire

que ce n'est quand même pas le petit village au clocher multi-séculaire de l'affiche

de 81 de Mitterrand.
Cette ville, étudiante, frondeuse et sportive possède un grand nombre de librairies.
Généralistes, spécialisées, bouquinistes, collections, BD, livres reliés il y en a pour

tous les goûts.
Comme partout les habitants achètent plus volontiers des chaussures ou des

téléphones mobiles mais, malgré les fermetures coup sur coup du Virgin et de

l'institution "Castela" au Capitole il reste un très grand nombres d'endroits dédiés

aux livres.

Dans mon quartier une librairie ("l'Autre Rive") s'est même agrandie cet été...

Seul problème de toutes ces librairies, de Ombre Blanche à la FNAC en passant

par Joseph Gibert ou Privat (ça a changé de nom mais ça restera toujours Privat

rue des Arts) on y trouve surtout ce qui se vend partout.
Je comprends bien qu'une librairie doit avant tout vendre et qu'il est plus facile de

débiter du best-seller que des livres plus ardus.
Mais, si c'est pour débiter du Philippe Labro ou du Frédéric Beigbéder les Leclerc

ou le Auchan font ça très bien!

 

-je reprends: j'ai eu un coup de fil qui m'a interrompu. Une voix de folle qui me

disait que j'avais gagné un chèque- Un samedi à 9HOO!!!!-

 

Bref, dès lors qu'on ne veut pas une biographie de Marylin Monroe, un roman

écrit avec les pieds par Guillaume Musso ou les mémoires de Philippe Gildas

c'est compliqué et il n'y a guère que le net pour se procurer ce qu'on recherche.

Ou "monter" à Paris comme on dit ici (comme à l'armée pour passer d'un grade

à l'autre, de lieutenant à capitaine par exemple.)

 

Il y a, ici, une librairie anglaise qui, dans sa vitrine, expose depuis plus de 10 ans

la photo d'Eric Blair, alias George Orwell que je tiens pour l'un des hommes les

plus passionnants du XXème siècle. (enfonçant Malraux par exemple). Rien que

pour ça j'aime cette ville et je ne me plains pas trop d'avoir parfois du mal à

me procurer ce que j'ai envie de lire.

 

 

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2012 5 07 /09 /septembre /2012 09:09

Je viens de vivre une expérience de "téléportataion" dans le passé. J'ai pris un DVD

de vieilleries à la médiathèque.
Il s'agit d'une captation en noir et blanc d'une émission des années 60-tout début

des années 70 intitulée "les grands enfants" et dont le principe était de faire s'amuser

ensemble des humoristes de l'époque. Jeux faciles leur permettant surtout de
montrer leurs capacités à l'improvisation et à la répartie irrésistible.

Roger Pierre, Jean-Marc Thibaud, Sophie Desmarest, Jean Yanne, Maurice Biraud,

Jean Poiret, Francis Blanche, Jacqueline Maillan, Jacques Martin et  quelques autres

étaient les invités récurrents de l'émission dans laquelle ils devaient se montrer au

mieux de leur forme.
Le contrat était le plus souvent rempli mais on regarde ça avec étonnement. Comme

tout ceci est "bon enfant", "soft", en un mot consensuel.

A part Jean Yanne qui avait un humour personnel assez cynique et intemporel les autres

 ne "passeraient pas" aujourd'hui. Sophie Desmarest est trop gentille, Jacqueline Maillan

trop boulevardière. Roger Pierre et Jean-Marc Thibaud affreusement démodés. Ainsi

va l'humour comme tout le reste.
Celui d'il y a 30 ans n'est pas encore ringardisé comme les comiques troupiers mais

il n'en est pas loin.
Ce qui fait rire aujourd'hui (par exemple le SAV des émissions d'Omar et Fred) n'aurait

pas tiré un sourire des spectateurs des "Grands Enfants".
Le film rrrRRRh d'Alain Chabat avec les "Robins des bois" ne fera naître que l'étonnement

dans 20 ans sur la figure de ceux qui tomberont sur cette vieillerie.
("Il va faire tout noir" - "Ta gueule") a peu de chances de s'inscrire un jour dans les répliques

célèbres du cinéma...

Pour ma part je n'aime pas plus l'humour gentillet et con-con (façon Anne Roumanoff ou,

autrefois, Fernand Raynaud) que l'humour agressif (Stéphane Guillon) ou mode (Canal +).
Tous m'insupportent.

En réalité je trouve bizarre de venir dans une salle pour rire à la commande et par contagion

pendant 1 heure et demie avec rappels.
Pierre Desproges (inégalé à mes yeux) et Valérie Lemercier (à l'époque de ses "one-woman

show" zarbis) étaient, à mes yeux, des exceptions.

Bernard Haller, Raymond Devos, Sylvie Joly, Zouc même m'ennuyaient tandis que Bedos

m'exaspérait. (cette voix de clown démaquillé et de donneur de leçons sans doute).

Pour se faire une idée de la petitesse de notre monde et de la vacuité de l'époque il n'est

que d'écouter 20 minutes* la radio du rire. ("Rire et Chansons"). Si c'est ça l'humour et le

rire je suis prêt à vivre dans un monde sans humour. Là, immédiatement.

 

 

* je mets au défi quiconque d'écouter ça 20' d'affilée....

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2012 4 06 /09 /septembre /2012 07:31

Il s'agissait d'une chanson très triste. Chantée avec les tripes comme on dit quand

on fait dans le cliché.

C'était déjà à l'époque une chanson qui avait dix ans d'âge au moins. Une belle

chanson.
Je l'avais entendue en 1977 et copiée sur une cassette  d'après une cassette alors

que j'étais au service militaire en Alsace.
J'aimais beaucoup ce titre, chanté par une femme possédant une belle voix et je

l'ai longtemps gardé sans savoir le titre et le nom de l'interprète.

Bien sur l'orchestration était un peu vieillotte et grandiloquente. N'empêche...

35 ans après, en lui donnant pour toute indication quelques paroles et la fin de la

chanson ma fille me l'a retrouvée, intacte et claire.
Il s'agit de "Goin' back" de Dusty Springfield. Après coup j'ai compris que cette

chanson était un "standard" aux Etats Unis puisque de nombreuses versions*

existent. Aucune n'égale l'intensité de la "version de Mulhouse"! .

 

Je me souvenais d'avoir lu, un été, une de ces petites nouvelles que le magazine

féminin "Elle" réservait à ses lectrices en vacances.
Je me souvenais du décor, des personnages du contexte et de l'auteure (Amélie

Nothomb) mais pas du titre.
J'avais été frappé par l'histoire mi-mystique mi-sexuelle, originale et bien amenée.
Ma fille, encore, et via le net à nouveau me l'a apportée hier.
Je l'ai relue et y ai retrouvé l'ambiance particulière dont je me souvenais.
Cette histoire de 5 hommes au pôle nord confrontés à une chose merveilleuse

qui les dépasse et les tient m'a tout antant plue que la première fois.

 

Le net...et ma fille, voilà l'archéologie du XXIème siècle. Quel bonheur de retrouver

des souvenirs et de les rematérialiser si longtemps après.

 

 

* entre autres versions celles récentes de Phil Collins (bof) et de Marianne

Faithfull (bah).

 

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2012 3 05 /09 /septembre /2012 07:52

Lorsque j'apporte ma voiture au garagiste, mon chat chez le vétérinaire ou que

je vais moi-même chez le médecin pour quelque chose de bénin j'appréhende

toujours le gros pépin qu'on ne manquera pas de m'annoncer.
Ma voiture à la leucose du chat, j'ai la courroie de distribution à changer ou ma

voiture doit faire des examens complémentaires.

Sérieusement je vais à reculons chez ces 3 aimables professionnels parce que

je ne sais que penser.

Si j'osais je dirais qu'ils poussent à la consommation et qu'ils ne savent pas

toujours ce qu'ils recherchent et comment on remédie aux maux diagnostiqués.


3 vétos différents et mon chat est atteint de stress, d'allergie ou de cancer de la

face. Qui dois-je croire, que dois-je faire?

La voiture: pour un qui me dit que mes amortisseurs arrières sont fatigués un

autre me dit qu'ils sont très bien. Un des deux me dit que, malgré son âge, ma

voiture est en très bon état; un autre que je dois, toutes affaires cessantes, faire

changer la courroie de distribution (4 à 500€ précise t'il).
Quant à moi... Je vais très bien et ne suis pas décidé à faire les 644 analyses

que je suis censé faire maintenant que je ne suis plus sous garantie.

Les check ups de santé sont comme les contrôles techniques automobiles: on

trouve toujours quelque chose.
Quant aux vétérinaires je crois que je vais les ignorer: ils n'est pas dit qu'ils

auront la peau de Smirnoff après avoir eu celle de mon portefeuille!

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages