Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 août 2015 3 19 /08 /août /2015 07:28

Quand la "poule aux oeufs d'or" vient à disparaître, souvent, il faut le noter, à cause de ceux qui l'ont exploitée jusqu'à plus soif il y a toujours quelques mous du bulbe pour imaginer un complot ou un assassinat qui permet (c'est curieux!) de continuer à l'exploiter post mortem.

On reparle de Diana ces jours-ci et cela permet de dégoiser des conneries et de vendre du papier à une période où nos contemporains avachis sur leur serviette de bain réfléchissent encore moins que d'habitude (c'est dire!).

De Marilyn Monroe à Michael Jackson en passant par Elvis et quelques autres (ceux qu'on trouve encadrés chez "Maisons du Monde" ou "Ikea") la mort est scrutée et les théories d'assassinat formulées par des détectives de rédaction ou des fan-clubs inquiets de la diminution de leur nombre de membres.

Je n'ai rien contre l'idée que Presley n'a pas succombé à une overdose de beurre de cacahuète ni que Marilyn Monroe a été assassinée par des sbires du Président de l'époque et de son frère Ministre de l'intérieur.
Je me demande seulement ce qu'apportent ces élucubrations et à qui elles rapportent.
Que Jackson n'ait pas eu la postérité posthume attendue par l'armée d'hommes d'affaires qui vivaient à ses crochets peut expliquer ces légendes de survie et autres fadaises.
Elles n'ont pas suffi à faire vendre des disques où même les fans transis ont eu du mal à reconnaître la voix de leur "Bambi".

L'exploitation forcenée de fonds de catalogue, d'iconographie pléthorique et de ragots sensationnels est ancrée dans les moeurs de l'époque depuis le décès de Valentino. On ne pourra modifier ce panurgisme exploiteur de la mort de célébrités.

PS: les réactions violentes et haineuses -les seules que ce très modeste blog a enregistrées- que suscite la moindre tentative de freiner la haine entre pro-Israéliens et pro-Palestiniens m'a fait renoncer à mon premier jet.

Repost 0
Published by Bertrand P
commenter cet article
18 août 2015 2 18 /08 /août /2015 07:00

Dans ce monde où, à écouter les débiles qui procèdent à notre lavage de cerveau quotidien seule la jeunesse (ou l'apparence de la jeunesse) compte, je trouve très agréable et passionnante l'aventure du "mûrissement" et ne donnerais ma place à personne.

Hormis la douleur de voir partir des personnes qu'on a aimées et la tristesse de voir la transformation (je n'arrive pas à écrire dégradation) de notre enveloppe charnelle tout le reste est une agréable surprise.

Une forme de sagesse nouvelle donne leur vrai prix aux choses et se voir soi-même agir comme on ne s'en serait pas cru capable est rafraîchissant.
Et plaisant.

On se découvre avec une capacité à la bienveillance et l'on est tout heureux de donner de l'écoute et de l'importance à ce que l'on n'avait pas le temps de voir.

On est plus tolérant, plus accessible à la magnanimité.

On prête plus d'importance aux amis et à celles et ceux de la famille qui sont dans le même état d'esprit. On arrête la compétition et la course à la possession.

Comme on a l'expérience du vieillissement et qu'on en sait le développement on sait "profiter".
On a un rapport aux choses, aux gens et au temps radicalement différent: on n'est plus enclin à faire des efforts avec ceux qui restent dans les apparences ou dans le matérialisme exclusif.

Avec les enfants adultes c'est un plaisir de tous les instants parce qu'on n'est plus "parents" dans le sens où l'on n'a plus rien à leur apprendre ni de conseils à leur donner. Ils n'en demandent d'ailleurs presque plus et cette période est magnifique. C'est un moment un peu magique et harmonieux parce qu'on est encore soi et qu'ils ont soldé les conflits et difficultés de l'enfance. les rapports sont fluides.

Avec les inconnus aussi les interactions sont modifiées. Pas encore vieux mais plus jeunes on est respecté et traité comme si une part de sagesse se lisait en nous. Les très jeunes enfants ne nous craignent pas mais apprécient notre compagnie.

Oh! on s'indigne encore pour un PV injuste, un voisin indélicat ou la perspective de devoir choisir entre deux très mauvais ex-présidents en 2017 mais on arrive à RE-LA-TI-VI-SER.

Fatalement l'idée de la mort s'insinue en moi et je l'apprivoise en lui disant comme Madame du Barry sur l'échafaud: "Encore un instant, Monsieur le bourreau".

Repost 0
Published by Bertrand P
commenter cet article
17 août 2015 1 17 /08 /août /2015 07:05

C'est déjà dans l'un des 3 "Jurassic Park" que le personnage du chasseur bête et brutal faisait une agaçante apparition pour finir dans l'estomac d'un dino justicier.

Dans "Jurassic World" (ce titre est là pour nous dire d'oublier les 3 films officiels de la série) il est là, épais aux deux sens du terme, et il finit comme 4 heures d'un raptor. Fana-mili il voulait gagner des guerres avec des vélociraptors apprivoisés.

En quelque sorte remplacer les lignes Siegfried et Maginot, le canon de 75 et les bombes à fragmentation par un animal vieux de milliers d'années. Pas con!
On le voit: les scénaristes étaient payés en gnôle forte pour ce quatrième mais pas dernier volet. (le 2 de la deuxième série est annoncé par Universal pour 2018!!!!)

Il y a quantité de scènes déjà vues et il serait fastidieux de toutes les citer. Pêle mêle on a les enfants chiants (dont un mal coiffé), la maman larmoyante (elle serait en instance de divorce), le bellâtre musculeux et vachement courageux, le public abruti, les ptérodactyles affamés, la voiture qui redémarre au quart de tour quinze ans après avoir été laissée à l'abandon, l'hélico (piloté par un gentil) qui s'écrase et enfin la (très belle) exécutive woman qui se féminise au contact du héros chargé de testostérone.

Comme les James Bond Girl il faut reconnaître que la prod a fait fort avec une rousse particulièrement belle dont les lunettes 3D permettent d'apprécier la qualité de jeu d'actrice.

Ce qui m'étonne, dans le film, c'est qu'après 3 désastres absolus survenus dans les 3 films supervisés par Spielberg le public se rue en masse pour aller sur cette île où, invariablement, le dinosaure le plus dangereux s'évade et dévore une quinzaine de bipèdes humanoïdes... C'est une convention scénaristique et syndicale: la bestiole peut dévorer 15 pékins dont une majorité de méchants. Mais pas plus.

Depuis "King Kong" (celui de 1933) on connaît la trame de l'histoire. Par cupidité ou bêtise (là ce n'est pas "ou" c'est "et") un groupe d'Américains mous du bulbe déclenche une catastrophe.
Dans "Jurassik park" il s'agit de créer un de ces absurdes, vulgaires et moches parcs d'attractions où des citadins obèses sont prêts à dépenser des fortunes pour acheter des saloperies made in china et faire la queue pour monter dans des promène-couillons.

Cette forme ultime d'opium du peuple a gagné l'univers et de Versailles aux temples d'Angkor on se surprend à visiter les boutiques de souvenirs et à faire des photos hideuses et sans intérêt.

A Versailles il n'y a pas de Tyrannosaure Rex mais il y a eu pire: les installations de Anish Kapoor ou les oeuvres de Jeff Koons...

Mais je m'égare. Le film est signé d'un obscur tâcheron Hollywoodien et laisse entrevoir une suite. Ce n'est plus du cinéma, c'est de l'industrie.

Omar Sy, le dernier en date des transfuges de Canal + vers le grand écran est la "guest-star" du film. Il n'est pas mauvais il est insignifiant. Son "SAV des émissions", pourtant navrant, est riche à côté du rôle qu'il tient dans le film.

J'en arrive à me dire que les mesures gouvernementales ou l'arrivée des impôts fait plus peur que des films conçus pour déclencher la frousse!

Repost 0
Published by Bertrand P - dans 6
commenter cet article
16 août 2015 7 16 /08 /août /2015 17:21

J'ai été intrigué par un trio de deux filles et un type, jeunes (moins de la trentaine) qui, à "Toulouse-plage" confectionnaient des petits fanions avec lignes verte et noire et rond rouge. Je n'ai pas réussi, depuis, à savoir ce qu'ils représentaient.

Pendant deux heures les deux filles (dont une voilée des pieds à la tête sauf le visage) enfilaient sur un bâtonnet ce morceau de tissus qu'elles avaient elles-même confectionné. Lui leur parlait et ne faisait qu'un drapeau lorsqu'elles en faisaient dix.

Nous n'avons pas quitté la pelouse de la belle "prairie des filtres" au même moment et je les aurais oubliés si je ne les avais croisés dans l'allée principale.
La fille voilée plantait ses fanions dans tous les pots de plantes décoratives que la mairie a installés là le temps de cette manifestation estivale.
Tout en marchant elle plantait discrètement, furtivement, ses drapeaux tandis que ses deux acolytes prenaient des airs ailleurs.

C'était inoffensif et sans conséquence mais la détermination et le "fanatisme" apportés à une activité dérisoire m'a soudain fait toucher du doigt la difficulté d'amener à la raison des personnes embrigadées dans une cause.

Toulouse-plage est une manifestation bon enfant où ceux-ci trouvent des jeux gratuits et des installations qui leurs sont réservées. Les adultes trouvent des stands avec des livres, des parasols et des sièges de jardin. Tout le monde profite de la Garonne proche, du soleil, du calme et de l'été dans une ville désertée par une partie de sa population. On y parle toutes les langues dans une atmosphère relâchée.

Que viennent faire des messages politiques ou religieux dans un tel lieu? quel message essaie t'on (et à qui?) de faire passer?

J'ai signalé la chose à un représentant de la police municipale qui a dit: "encore!" et qui, par téléphone a chargé quelqu'un de retirer les drapeaux.

Drôle d'époque.

Repost 0
Published by Bertrand P
commenter cet article
22 juillet 2015 3 22 /07 /juillet /2015 06:59

Chers visiteurs des "Bonnes feuilles du poirier". Je me donne quelque temps pour "récupérer", retrouver une nouvelle inspiration, laisser mon clavier et oublier un peu le quotidien.
On se retrouve (j'espère) vers le 16 août prochain.

Bonnes vacances à toutes et tous et encore merci de votre fidélité.

Repost 0
Published by Bertrand P
commenter cet article
21 juillet 2015 2 21 /07 /juillet /2015 06:57

- Un jeune type (moins de 20 ans), européen, bien fringué, friqué certainement roule rapidement en scooter sur le trottoir et frôle une fillette sur sa trottinette. devant l'indignation des parents il fait un doigt d'honneur et, 50 m plus loin, s'arrête pour les insulter.

- A la banque on met le liquide dans une enveloppe, on met l'enveloppe dans une machine et on a un ticket qui indique la somme qu'on a écrite. Que se passe t'il si on ajoute ou retranche des billets? quel recours a t'on?

- Sans doute dans le but de décourager les automobilistes le rond point du Fer à Cheval à Toulouse a été modifié lors de l'implantation du tramway. Cette voie de sortie de la ville rend fous ceux qui ont le malheur de s'y engager aux heures de pointes (mais pas seulement): feux rouges désaccordés et interminables, bus articulés bloquant tout, tramway prioritaire engorgement des avenues y conduisant.... l'enfer absolu lorsque la canicule se met de la partie. Lassés d'attendre certains automobilistes prennent les voies de bus et se font cueillir sur la place (la bloquant un peu plus) par la police municipale qui a trouvé là un "jackpot".

Au milieu de ce bordel un jeune roumain passe dix heures par jour à tendre la main. On parle parfois de notre "civilisation"... Elle est là toute entière, symboliquement.

- Il y aura un an le 16 août ma grande amie Marie-Eve mourrait de son cancer. Je n'ai pas oublié sa lucidité et son très réel "combat" pour durer. Son fatalisme conscient lorsqu'elle a été dirigée une seconde fois en "soins palliatifs", sa souffrance et sa dignité. J'ai réussi à la faire rire peu avant sa mort et j'en suis content. On était nombreux à penser à elle samedi 11.

- La Grèce, j'en suis convaincu, préfigure ce qui nous attend. Un Juppé, un Sarkozy ou un Valls peu importe, prépare les potions amères qu'exigeront le FMI, la BCE et les autres. Nous aussi nous connaîtrons l'humiliation des distributeurs de monnaie contingentés, de la retraite à plus de 67 ans, des économies rognées par l'état et de tout le reste pendant que les responsables continueront à pérorer.
Il faudra une nouvelle nuit du 4 août européenne cette fois...

- Rien, absolument rien, ne justifie le racisme de base "tu es noir, tu es Chinois, tu es de telle confession". On a beau en être convaincu la tête hideuse des mauvaises pensées nous apparaît parfois et l'on se surprend à avoir un raisonnement imbécile parce que des personnes sont "différentes" (en fait elles ont, tout comme nous, un nez, des yeux, deux mains et des jambes!!!! elles sont joyeuses ou tristes et veulent, comme nous vivre heureusement). Jouer sur ces sentiments n'est pas seulement lamentable, c'est odieux. J'ai cependant parfois l'impression que certains s'amusent à susciter le rejet en en faisant des tonnes.

- A bien y réfléchir le plus difficile dans la vie est de "pardonner à ceux qui nous ont offensés". Ce ne sont pas ceux qui répètent ce catéchisme comme des perroquets qui y parviennent le mieux.

- Napoléon III avait reçu un message qui se voulait méprisant d'une famille royale européenne qui le considérait comme un parvenu. Au lieu de commencer par "Monsieur mon frère" elle disait en substance "mon ami". L'empereur, au lieu de prendre la mouche, répondit par une formule que je fais mienne depuis des années: "on choisit ses amis, pas sa famille. Etre votre ami m'importe plus qu'être de votre famille".

- A propos d'amis rien n'est plus important qu'avoir des amis et, de ce côté, une preuve éclatante et très agréable m'a été donnée "grandeur nature" tout récemment. Cela m'a comblé.

Repost 0
Published by Bertrand P
commenter cet article
20 juillet 2015 1 20 /07 /juillet /2015 07:00

Ma soeur Frédérique a profité de sa présence dans l'Aude pour louer une belle maison près de Carcassonne.
Avec son mari, son fils, sa belle-fille et son adorable* petite fille elle a passé une belle semaine partagée entre les balades, la piscine, les bons repas et le farniente.

Nous sommes allés les voir et leur avons fait découvrir en une journée quelques "beautiful landscapes" de l'Ariège: Mirepoix (oui, Eric, il y a un Mirepoix en Ariège!), Roumengoux (le berceau familial de la famille de Françoise), le Château de Lagarde, le village de Camon et Montségur enfin.

Grimper en haut du piton sur lequel sont perchées les ruines du château cathare reste une (petite) épreuve. La chaleur n'arrangeant rien. Nous n'avons été que 3 à monter.

Mais je reviens sur la maison entourée de pins et de lauriers roses en fleurs qu'avait louée ma soeur. J'ai appris de celle-ci que la maison a été libérée des occupants la précédent plus vite que prévu: ceux-ci ne supportaient pas les cigales et s'étaient plaints à la propriétaire du "bruit" qu'elles faisaient.

Jusqu'où va se nicher la connerie?????

*ce n'est pas une figure de style! une fois désinhibée L*** nous a chanté des comptines en Anglais (irrésistible, la langue du pays où elle vit), en Chinois (la langue natale de sa maman et celle qu'elles parlent ensemble) et en Français (celle de son papa).

Repost 0
Published by Bertrand P
commenter cet article
17 juillet 2015 5 17 /07 /juillet /2015 06:34

Les préparatifs, le jour "J" puis le retour à la normale m'ont empêché, pendant plus de 10 jours de prendre un repas avec moins de 12 personnes.
Je ne m'en plains pas: j'adore les grandes tables animées et joyeuses où tout le monde partage le moment avec un plaisir évident.
Il n'empêche que j'avais la nostalgie d'un déjeuner seul en tête à tête avec "le canard enchaîné" ou un autre journal et aucune conversation à tenir ou à écouter.
Je devais rendre le camion frigorifique loué pour la circonstance et ai saisi cette occasion pour m'offrir le pire du déjeuner en célibataire: le fast-food situé en zone industrielle ou commerciale dans une petite ville triste.
Si la Cité de Carcassonne est splendide on ne peut, même avec des pensées positives, en dire autant de la ville qui l'entoure. Un labyrinthe de zones commerciales laides et tentaculaires comme notre pays les a laissées prospérer au risque de la défiguration.
Ronds-points et "Z.I" ont en effet irrémédiablement enlaidi le paysages. Mais là n'est pas la question...

Depuis que j'ai déjeuné avec Françoise au KFC de Battambang (Cambodge, 2009) j'ai un faible pour cette chaîne du poulet.

Les sets de table en papier ont beau me dire que la viande n'est ni broyée ni reconstituée et les murs de l'édifice préciser que l'on utilise pas d'eau de javel pour la désinfecter (ce qui signifie que d'autres le font...) je mange les fameux "nuggets" (appelés ici "tenders") sans trop me poser de questions.
Chez KFC mon menu est invariable: Perrier, 5 tenders, 2 sauces Spicy" et 1 petite frite. Normalement je le mange le temps de lire la page politique du journal et ça cale ma faim jusqu'au vrai repas, celui du soir.

Donc, mercredi, à Carcassonne, je m'assieds avec mon plateau sur la terrasse ensoleillée.
Carcassonne est une ville où le vent souffle toujours. Pas de temps en temps. TOUJOURS.
Mon "Canard" s'est dépiauté et dix fois envolé. la barquette de sauce a été déplacée puis a fini par se poser sur ma chemise propre en tombant du mauvais côté. J'ai voulu me baisser pour rattraper les serviettes qui se faisaient la malle, me suis cogné contre la tubulure de la table et renversé l'idiote canette allongée par un connard de service-marketing ayant abusé de la coke (pléonasmes).

Les frites, elles, se sont imbibées d'eau minérales qui les a rendues encore moins appétissantes.
J'ai vidé mon plateau et rejoint la propriété. "On" en était au café. Je n'ai pas osé refaire un (vrai) repas.

Repost 0
Published by Bertrand P
commenter cet article
16 juillet 2015 4 16 /07 /juillet /2015 06:25

Suis-je si vieux que l'attendrissement me prend désormais sans crier gare? A mon mariage, samedi dernier, et à deux reprises, je n'ai pu contenir mon émotion qu'avec une extrême difficulté. Je savais que, dans les personnes présentes, mes enfants se moqueraient de ma "faiblesse passagère", eux que j'ai entendus rire de mes récentes pertes de contrôle qui se traduisent par une sorte de ramollissement sentimentalo-lacrymal.

Je les adore mais, c'est de bonne guerre, ils ne me laissent rien passer!!!

Mon père me le disait autrefois: quand un homme se met à pleurer c'est qu'il n'a plus toute sa raison (cela dit je l'ai surpris l'oeil mouillant plus d'une fois à la fin de sa vie...)

Je me donne des excuses pour ces moments de faiblesse incontrôlables: le discours du maire (qui se trouve être le frère de ma nouvelle femme) était très touchant et plus touchante encore a été l'initiative, par Salomé et B***, de me dédicacer une chanson dans laquelle ma modestie a été chahutée.

Tous les témoignages de sympathie, d'amitié, d'amour ou d'intérêt qui m'ont été donnés en ce beau samedi de juillet m'ont été droit au coeur et en ont fait vibrer "la corde sensible".

Je me reprendrais, je me suis repris. Montrer ses sentiments n'est pas trop dans ma nature et j'ai l'impression que seul mon vieillissement est la cause des dernières faiblesses.

Cependant baisser la garde n'est pas honteux et je ne le regrette pas. Mais je redoute de voir les photos qui ont immortalisés ces moments...

Repost 0
Published by Bertrand P
commenter cet article
15 juillet 2015 3 15 /07 /juillet /2015 07:25

Une fois n'est pas coutume: je vais dire du bien d'un artiste actuel. Il s'agit du célèbre Liu Bolin, d'origine Chinoise qui est surtout connu pour ses "camouflages urbains".

Son art consiste à disparaître dans le décor qu'il choisit pour le représenter: étalage commercial, lieu culturel, de loisir, historique, patrimonial ou culturel, Bolin s'intègre dans l'image et se fond dedans.

Quand je dis qu'il se fond dedans je suis dans le vrai: il faut y regarder à plusieurs fois pour le découvrir tant il maîtrise l'art caméléonesque de s'adapter au décor et de s'y engloutir.

C'est inutile, amusant, original, impressionnant et spectaculaire.

Je vous invite à regarder sa notice biographique et ses réalisations qui ne manqueront pas, j'en suis persuadé, de vous surprendre et vous amuser.

Repost 0
Published by Bertrand P
commenter cet article

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages