Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 septembre 2021 4 23 /09 /septembre /2021 07:00

J'ai vu l'enfer. Le vrai enfer. Pas l'enfer littéraire de Dante ni l'enfer pictural de Jérôme Bosch. L'enfer tel que les promoteurs touristiques américains l'ont conçu en pensant construire son exact contraire.

Revenons au point de départ. Un documentaire sur le "Symphony of the seas", un hideux et gigantesque bateau (j'hésite à écrire paquebot tant la boîte de conserve flottante était loin du concept) grouillant de touristes désœuvrés que l'on baladait en mer et sur terre pour leur faire oublier leur médiocrité et l'inanité de leurs vies. France 5, lundi 20 septembre diffusait ce doc qui se regardait comme on regarde un documentaire animalier: On sait ce qu'on va voir mais on attend l'attaque du crocodile, les lionnes traquant le zèbre, les lycaons se faisant voler leur proie par les hyènes et, bien sur, l'éléphant chargeant le 4X4 des amateurs de safaris.

Là on avait la préparation des bagages, le choix des paires de chaussures, l'arrivée au port de départ (Barcelone), la découverte (forcément émerveillée) du "palace des mers" (en fait un Las Vegas flottant),  l'installation de groupes-témoin,  le descriptif de l'équipement (toboggans géants, reconstitution d'une "rue" commerçante, jacuzzis, piscine, salle de sport, restaurants (évidemment pizzérias et hamburgers), tyrolienne, salles de danse, salles de spectacles, boutiques...) celui des coulisses du bateau (cave, frigos, personnel d'entretien...) puis la croisière elle-même qui, de Barcelone à Barcelone ne faisait que frôler  Marseille, les Baléares, Pise, Rome et Naples au cours d'escales affreusement courtes et pressées. Une caricature de tourisme, une épouvantable escroquerie.

Non seulement ce "promène-couillons" coûte horriblement cher mais il fait la synthèse de ce qu'il y a de pire dans notre époque: loisirs de masse, standardisation des goûts, jeux et loisirs abrutissants, pollution et gâchis, inculture crasse (il faut voir les croisiéristes danser seuls avec chacun sa musique diffusée par un casque lumineux personnel!, les visites au pas de charge de lieux bondés (Notre Dame de la Garde, Marseille, la Tour de Pise (et ses photos idiotes), Rome et la Fontaine de Trevi...) les repas et cocktails aux prix inversement proportionnels à leurs qualités gustatives, les cabines exigües et standardisées... Rien, absolument rien, à mes yeux ne donnait -même fugacement- l'envie d'en être. Au contraire! Je resterais chez moi plutôt que "voyager" dans de telles conditions.

Un passager vaguement désabusé fais d'ailleurs le constat accablant que ce bateau tient à la fois du centre commercial et du parc de loisirs. Personnellement ce sont deux endroits que je déteste et fuis!

J'avais de la peine pour cette passagère peu fortunée qui s'obstinait à rester positive alors qu'elle masquait mal sa déception devant l'industrialisation achevée de sa pauvre semaine de vacances.

On dit l'enfer "pavé de bonnes intentions". Pour moi les croisières sont certainement, avec Las Vegas justement, ce qu'il y a de pire dans notre civilisation des loisirs.

Parlez-moi plutôt d'un sentier pyrénéen croisant un lac de montagne ensoleillé. D'une forêt après la pluie ou d'une campagne écossaise sous un ciel torturé....

 

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2021 3 22 /09 /septembre /2021 07:00

Le ron-ron de la bien-pensance radiophonique, Les invités pas-surprise, les enquêtes convenues et les débats pipés ont repris sur France-Inter, la meilleure des radios d'information, ce qui en dit long sur les autres. Les têtes à claque de la station sont revenues de leur lieux de villégiature et on entend les mêmes commentaires prévisibles à toute heure du jour. Morin, l'humoriste maison, est censé faire rire (Lundi 20 septembre 21 à 7H00) avec "un clacos (camembert) qui pue "comme un derrière de vache" (sic) tandis qu'on nous recommande chaudement un podcast avec Pascale Clark (une ancienne de la maison ronde) et son "invitée", la très surestimée Ariane Ascaride. Ce qu'il y a de bien avec France Inter c'est qu'après 10 ans prisonnier en Laponie on retrouverait instantanément ses marques! Sonia Devillers, Laure Adler et Nicolas Demorand ratiocinent et Léa Salamé se croit grande professionnelle. La dernière nouveauté de la station doit remonter à Anne Gaillard ou Françoise Dolto!

Pourquoi s'impose t'on ces rites ennuyeux et accepte t'on ces rentrées médiatiques ou la nouveauté consiste, au mieux, à obtenir l'aveu de Eric Zemmour qu'il ne sait pas faire un gâteau aux airelles? On s'en fout! le scoop faisandé nous ennuie. La psyché de Sophie Marceau on s'en tamponne. Et pourtant nous allumons la télévision où défilent les "chroniqueurs" et la radio où l'on entend les mêmes choses à perpétuité.

Notre conditionnement est sans défaut et nous poussons la complicité avec nos tourmenteurs en les plébiscitant et en s'intéressant à eux. Notre conditionnement est parfait. Non seulement ce que l'on doit voir, écouter et penser nous est hautement suggéré mais nous devons aimer et admirer ceux qui nous conditionnent. La boucle est bouclée. Et "Boomerang", l'émission "culturelle" de France-Inter nous offre une interview exclusive de Gad Elmaleh.

Si avec ça la radio de service publique n'est pas numéro un des audiences médiamétrie au prochain pointage!!!!

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2021 2 21 /09 /septembre /2021 07:00

J'ai été pris d'un irrésistible fou-rire en regardant la dame Hidalgo faisant officiellement acte de candidature à la Présidentielle de l'année prochaine.

Mes amis, quelle dérision ! Pourquoi les femmes politiques s'esbignent-elles à être aussi caricaturales? après l'épopée Ségolène Royal il ne manquait plus que la Maire de Paris, championne absolue et toutes catégories de la langue de bois pour se lancer dans une course manifestement pas faite pour elle. Anne, ma chère Anne vous n'êtes qu'un produit-marketing. Un jouet de la Com' la plus faisandée. Tout ce que vous faites sent la Communication, le répété, le faux.

Il faut vous voir accueillant le drapeau olympique, surjouant la joie ici ou singeant la peine là; comme votre parrain en politique Delanoë, on "voit à travers" vous: vous n'êtes qu'artifice et baudruche. Votre bilan de maire est une catastrophe mais, divine surprise (pour vous) vous avez été réélue.

Vous vous êtes sentie pousser des ailes et vous êtes imaginée donnant la réplique à Poutine, à Xi Jinping, à Orban et à Biden. Et même au Pape.

Elle est folle cette élection qui voit des Dupont-Aignan, des Montebourg ou des Ciotti envisager sans exploser de rire de décrocher le rôle.

Mais, Madame Hidalgo, ce n'est pas parce que Eric Zemmour s'y croit que vous devez l'imiter: autrefois le fou était représenté avec un entonnoir sur la tête ou la main dans le veston, façon Napoléon. Votre prétention et votre incompétence vous autorisent les deux.

Et qu'on ne vienne pas me dire que je suis misogyne ou haineux. Je ne vous déteste pas, je vous tiens juste pour une politicienne sans idée, sans talent, sans envergure. Être du sexe féminin n'entre pas en ligne de compte ici. En tant que citoyen bien informé j'ai le droit d'avoir cette opinion.

... et celui de le dire.

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2021 1 20 /09 /septembre /2021 07:00

J'ai un point commun avec Michel Onfray: comme lui je considère depuis très longtemps la psychanalyse comme une véritable imposture ("Le crépuscule d'une idole" Livre de Poche). J'ai beaucoup lu sur cette prétendue science et suis arrivé à la conclusion que, comme pour les idéologies, ceux qui la défendent bec et ongles sont les acteurs conscients d'une authentique mystification. J'ai dit ici tout le mal que je pense de Sigmund Freud et de son lointain suiveur Jacques Lacan et de leur fumeuse construction intellectuelle pour ne pas y revenir.

Je reçois parfois des critiques pour tel ou tel post. On me reproche surtout leur ton ou mon manque de nuance. Mon intolérance parfois. Je n'aborde plus que de manière épisodique les sujets qui me valent des volées de bois vert: le conflit Israélo-palestinien, les catholiques intégristes et... la psychanalyse.

Je me souviens en particulier d'un message très agressif qui décrétait que ma hargne anti Freud et anti-psychanalyse était le reflet de ma haine du juif. Tel que! Comme je fais dans ce cas je n'ai pas voulu polémiquer et donc n'ai pas répondu.

Le correspondant m'a adressé des critiques impitoyables sur l'ensemble de mes textes puis.... a disparu du radar.

Et moi je continue à dire et à écrire que la psychanalyse est -à mes yeux- une escroquerie morale. Bref, je persiste et signe.

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2021 5 17 /09 /septembre /2021 07:00

Les guerres de religion (et leur "apogée" de la Saint-Barthélémy), la Révolution Française (pendant laquelle la France et les Français ont approché de près la guerre civile, 1848, 1871 (la Commune), la Libération en 1945 sont d'autres périodes pendant lesquelles notre pays a connu une forme de guerre civile. L'occupation Allemande (1940-1945) a été féroce et les Français se sont divisés comme jamais, encouragés par le régime de Pétain, rarement ils ont tangenté les guerres fratricides à d'autres reprises comme au siècle dernier. .

Ce sont des périodes terribles pendant lesquelles ni la communauté historique, ni la langue commune, ni les Institutions n'ont empêché les gens de camps et d'opinions opposés de s'entretuer.

Le concept de "guerre civile" doit correspondre à une période de troubles graves pendant laquelle des hommes et des femmes de même nationalité sont incapables de discuter ou de s'opposer autrement que par les armes. Elle implique des désordres majeurs et la notion de sang qui coule. (cf la guerre de Sécession aux U.S.A).

Il faut manquer du plus élémentaire sens de la mesure pour utiliser cette expression et ce qu'elle représente pour qualifier notre époque actuelle. En le faisant Xavier Bertrand se déshonore et montre qu'il ne possède ni la mesure, ni le sang-froid et encore moins la culture d'un homme d'état capable de diriger le pays. Cette exagération qui serait grotesque si elle n'était pas accablante le disqualifie à mes yeux plus sûrement qu'un débat raté ou une agression sexuelle d'une femme de chambre dans un hôtel New-yorkais.

Voilà un homme politique mesuré et qui était entré en campagne avec une certaine solennité. L'entendre ainsi se "vautrer" est consternant. J'espère que sa campagne sera plombée par cette exagération politicienne indigne et qu'il ne sera pas au second tour fin avril 2022: il aura ainsi tout le loisir d'étudier ce qu'est une guerre civile et de comprendre en quoi il s'est couvert de honte en l'employant à tort et à travers.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2021 4 16 /09 /septembre /2021 07:00

Si les "méchants" étaient jaunes à pois rouges il serait plus facile de les empêcher de nuire! si les futurs dictateurs étaient pris du syndrome  Gilles de la Tourette ça faciliterait la vie démocratique. Si les voleurs, les escrocs, les manipulateurs, les cambrioleurs, les obsédés, les criminels, les pédophiles faisaient crépiter les portables en s'en approchant nous serions bien plus à l'aise..

A écouter les compte-rendus du "procès du siècle" (Hé, les gens, Nuremberg, 1945, ça vous dit quelque chose?) on entend surtout que l'accusé principal n'a pas la tête de ses actes. La belle affaire! On dirait que les envoyés spéciaux découvrent qu'il n'existe pas une tête de circonstance et qu'un "Monstre" peut avoir la tête de tout le monde.

De superlatif en constatation désabusée (comment faire "monter la sauce" avec un terroriste pinailleur même pas repenti?) le procès des records (pensez, il doit durer 9 mois) ne tiendra jamais la rampe si longtemps et le monde médiatique s'en désespère. Tous les gangsters n'ont pas la tête de Mesrine et les fous de Dieu celle du Mollah Omar!!!

C'est tellement plus simple quand on a un client qui a la tête qui va avec son pédigrée! regardez Michel Barnier. Il sent la moquette de Bruxelles. On a l'impression qu'il est bleu comme le drapeau Européen. Il évoque, avant d'avoir ouvert la bouche, l'eau de San Pellegrino et les discussions interminables avec oreillettes. On s'ennuie rien qu'à le regarder.

L'accusé-principal-des-attentats-du-13-novembre aurait pu se faire une tête de méchant, façon "Joker" ou, au minimum, méchant arabe d'Hergé, pour que notre petit monde des médias le prenne au sérieux.

Le concept contemporain de "Monstre" est symbolique de notre (relative) quiétude: Si Fourniret, Dutroux et Petiot sont des montres (et assurément ils le sont) que furent Heydrich, Djerzinsky, Sâloth Sar, Himmler et Göring?

Ces quelques éléments de réflexion, désordonnés et peu assurés témoignent que j'ai des nuits difficiles!

 

 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2021 3 15 /09 /septembre /2021 07:00

On aboie beaucoup, et en meute contre un certain Pascal Praud et la chaîne sur laquelle il sévit. Regarder le type en question une fois suffit à s'en dégouter et à n'y plus revenir. 

Médiatiquement cette chasse à courre est un leurre qui permet à d'autres Praud de l'autre bord (Salamé) de faire aussi discutable mais en moins exposé. 

Du moment que ces journalistes sans déontologie, ces hypocrites en mission ne font pas l'apologie de dérives politiques ou d'idéologies dangereuses ils ont le droit de s'exprimer, de vanter leur modèle (même indirectement) puisqu'il nous suffit de ne pas les regarder pour leur clouer le bec. 

Le roi du calembour foireux et du rire gaulois Ruquier a eu la main lourde avec Zemmour. Pour quelques points d'audience il a permis de s'imposer à un type recyclant de vieilles "idées" que le second conflit mondial avait oblitérées. S'en ajoutaient d'autres aussi répugnantes (le grand remplacement etc.) Au lieu de ricaner avec lui on devrait lui demander des comptes!

Pour revenir à ces gens de médias qui, l'air de rien et protestant de leur virginité morale et de leur neutralité politique imposent un prêt-à-penser; l'émission du dimanche soir sur France 5, "C'politique" est un exemple de faux-culterie et de Praud de gauche. J'en ai regardé un bout après l'avoir boycotté longtemps et j'ai été édifié! Karim Risouli, ses chroniqueurs et ses invités font de la propagande politique en lieu et place de l'information. l'équation se résume à 15% d'info 85% de commentaires et d'opinions. 

Ils avancent masqués et c'est sur la durée qu'on voit leur action réfléchie. L'invité est toujours un opposant au pouvoir et il dispose d'une tribune et d'un temps considérable pour développer sa thèse en glissant des critiques du gouvernement qui passent comme des lettres à la poste puisque personne n'est mandaté pour apporter la contradiction. C'Pol est une machine de guerre contre Macron. Celui-ci est détesté par l'équipe de rédaction qui a transformé une émission d'actualité en brulot anti-gouvernemental.  Leur réquisitoire dominical, camouflé en "décryptage de l'information" doit, sur la durée, avoir des effets sur la manière dont les Français jugent leur gouvernants. Ces grands (et vieux) pontes invités torpillent un navire désarmé! bel exploit.

Voilà pourquoi je ne participerai pas au lynchage de Bolloré ou de ses valets: il faut bien une opposition aux bonnes consciences médiatiques qui nous vendent du Jadot, du Piolle, de la Hidalgo et du Roussel comme si c'était de la came fraîche. 

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2021 2 14 /09 /septembre /2021 07:00

La femme qui partage ma vie élève des abeilles. Elle ne possède plus que deux ruches, les autres ayant connu des vicissitudes. (NDLR, non, pas de suicides chez les abeilles).
Les deux ruches sont jeunes et les essaims qui les habitent ne sont là que depuis 1 an. Elles sont à la lisière d'un champs cultivé, abondamment ensoleillées, adossées à un ruisselet toujours en eau et entourées de haies fleuries.

Malheureusement, cette fois encore, des périls les guettent. Les sinistres frelons asiatiques évidemment, qui prennent les ouvrières à l'entrée des ruches et les dévorent. Une insuffisance de fleurs ensuite qui  oblige les abeilles à quêter le nectar loin de leur maison. Enfin le trop grand nombre de ruches pèse sur les récoltes, les abeilles ne trouvant pas suffisamment de fleurs à visiter. Les confinements ont mis l'apiculture "à la mode".

C'est dommage parce que les ruches comme leurs habitantes sont passionnantes à regarder vivre. Le matériel d'apiculture, encore largement traditionnel, est beau et pratique. On peut utiliser des centrifugeuses électriques ou des machines à désoperculer les cadres mais lorsque l'on a peu de ruches le matériel classique suffit.

La coexistence avec ces insectes indispensables est facile pourvu qu'on prenne des précautions. On se couvre des pieds à la tête, on évite les gestes brusques, on rassure et on s'aide de l'enfumeur qui calme les abeilles.

Étudiée depuis des milliers d'années nous connaissons bien la vie des abeilles, leurs techniques de communication, leur travail, leur rôle dans la ruche, les vols nuptiaux, le rôle de la Reine, les larves et l'essaimage. On sait qu'elles se parlent en dansant, qu'elles savent maintenir une température idéale en faisant vibrer leurs ailes, qu'elles savent revenir à un endroit précis et se défendre contre des agresseurs.

Avec le frelon nous constatons que les ruches sont agressées et stressées. la menace est forte et la feinte pas encore trouvée. Ils interceptent des abeilles en vol devant l'entrée des ruches et les tuent sans difficulté. Ils les décapitent puis se nourrissent de leur contenu thoracique. C'est triste car, hormis le piège sucré, rien ne vient à bout de ces prédateurs volants.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2021 1 13 /09 /septembre /2021 07:00

France Inter a "invité" hier mercredi* à l'heure du café un rescapé du précédent réchauffement de la planète, à moins que ce ne soit de la dernière glaciation. Si je me base sur son discours j'opte pour la glaciation.

Fabien Roussel est communiste. Un communiste comme le PCF de Thorez, Cachin, Marchais et Duclos produisait à la chaîne sur le même modèle: marxiste pur et dur, jamais visité par le doute, prêt à renier enfants, conjoint et amis pour "la cause", prêt aussi, il ne faut pas l'oublier, à donner sa vie pour son idéal.

Stalinien de la première heure (et de la dernière!), le communiste Français était un as de la dialectique. Comme dans un jeu il devait placer les formules et slogans dans toutes ses interventions, écrites ou parlées:

- Patrie du socialisme réel (l'URSS)

- Les forces populaires (les électeurs du PCF)

- se réapproprier le capital (nationaliser tout et n'importe quoi)

- L'Internationale Prolétarienne (les communistes encartés dans le monde)

- Le parti des Fusillés (le PCF qui a gonflé jusqu'à l'absurde le nombre de ses partisans tués par les nazis)

- Le centralisme démocratique (définissait son exact contraire à savoir le noyau dictatorial)

- L'ennemi de classe (Tous les autres qui ne sont ni communistes ni "idiots utiles")

- L'avenir radieux (on peut se faire une idée du concept en étudiant la STASI Est-Allemande.)

- Les partis frères (les autres PC. Le  PC Chinois et le PC soviétique s'adoraient, on le sait)

- La Planification (l’État produit -en principe- le papier hygiénique comme les chars. On devine la suite.

- L'impérialisme est l'ennemi (Les Allemands de l'Est ont eu un mur pour qu'ils restent en RDA)

Et bien le Fabien Roussel, né bien après la guerre en a cité un grand nombre dont l'irrésistible "Parti des Fusillés". Chapeau! l'homme m'a fait penser à "Hibernatus" le film qui voit de Funès confronté à un homme qui revient du passé. Roussel en est encore à Stakhanov, à la chienne Laïka, à Gagarine, à Andropov et à "l'amitié entre les peuples" façon URSS-Afghanistan 1979. Un cas. Il doit rouler en Trabant.

Outre une langue de bois en tek Roussel est attaché à des dogmes économiques et politiques qui ont asservi les peuples (quand ils ne les ont pas tués) et ruiné les nations. C'était presque amusant d'anticiper ses réponses aux auditeurs de France Inter qui ne sont pourtant pas des parangons de modernité. Avec lui Raffarin ou Larcher semblent des gamins! Gérard Longuet tolérant et Guillaume Peltier primesautier!

Ce diplodocus politique est gratifié de 1 à 2 points au 1er tour de la Présidentielle de 2022. Il s'y croit et parle de lui comme du prochain président... Un Enver Hodja bien hexagonal, voilà ce qu'il nous faut!.

 

* mercredi 8 septembre 2021, 13H30

 

 

 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2021 6 11 /09 /septembre /2021 07:20
Jardin
Jardin
Jardin
Jardin
Jardin

Jardin. Je n'ai jamais été attiré par l'idée d'avoir un jardin à moi. Ni une maison d'ailleurs. La seule fois où j'y ai vraiment pensé c'est à Chazoux dans la maison familiale de la famille de Catherine. Il faut dire que la bâtisse était vraiment belle, que le jardin était splendide et que j'y ai passé un été parfait.

Je lisais, confortablement installé dans le jardin du haut, Catherine jouait du piano à l'intérieur d'un salon joliment meublé et les notes m'arrivaient en écho, Marine jouait dehors sur un banc et Nicolas améliorait son record à bicyclette du tour de jardin avec dérapage sur les cailloux.

Chazoux est un petit village dans le Mâconnais. Ce n'est ni St Tropez ni Djerba. C'est beaucoup mieux! Ce cas mis à part j'ai rarement envisagé de jardiner: mon père m'en a durablement dégoûté: il tamisait la terre et tondait les pelouses avec une mini-tondeuse électrique. Corvée qu'il m'imposait plus souvent qu'à mon tour. Il aimait les plantes grasses (je les déteste!) et s'est ensuite lancé dans la culture des Bonzaïs. (pas mieux!).

Et là j'ai trouvé la solution adaptée: louer un terrain de 200m carrés vierge et y planter tout ce qui me passe par la tête. Ma femme et moi avons scindé le terrain en deux parties inégales: une d'agrément et une pratique avec potager multi-cultures.

Citadins, bobos et fiers de l'être!

Partager cet article
Repost0