Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mai 2018 1 21 /05 /mai /2018 07:00

Je me faisais la remarque, hier, que nous autres, français, sommes vraiment très contradictoires. Nous ne voulons pas (et je le comprends) d'un "Président normal" mais nous reprochons à son successeur ses accents jupitériens tandis que nous lui soupçonnons un peu de morgue monarchiste.
Nous raillons, chez Macron, la théorie du corps du roi qu'il a développée et sa visite en subreptice des tombeaux royaux de la Cathédrale de St Denis mais nous nous intéressons, en même temps, aux faits et gestes de Brigitte, sa femme, qui n'est pas élue et n'a aucune fonction officielle.

Parallèlement les familles royales européenne, ce qu'il en reste, intéressent le public (un certain public) qui n'ignore rien des tensions et  joies des Windsor, famille royale britannique plus démodée pourtant que les chapeaux de la Reine.

Le mariage prochain du 6ème prétendant à la couronne dans l'ordre de succession fait vendre du papier en quadrichromie ce qui ne lasse pas de surprendre.

Nous avons, comme tous les pays européens, eu des rois qui se sont succédés pendant des siècles. Certains furent bons d'autres exécrables. La succession est le talon d'Achille de cette forme de gouvernement. La trop longue durée de certains règnes et la personnalité du monarque (pour ne rien dire de sa santé physique et morale) ajoutant au discrédit définitif de la fonction. Lorsque Louis, seizième du nom, personnalité complexe et personnage plus intelligent qu'on l'a dit a vu son pouvoir lui échapper la France s'est cherchée une solution de remplacement: convention, consulat, républiques,empires, monarchies constitutionnelles ont tour à tour été tentées et l'expérience n'a jamais été concluante, sur la durée.

Comme la démocratie serait le moins mauvais de tous les systèmes politiques la République est le moins mauvais régime qu'ait connu la France ou, du moins, celui qui convient le mieux à la France d'aujourd'hui.

La constitution de la Vème République, conçue "sur mesure" pour le Général de Gaulle n'est pas une bonne constitution qui fait tout remonter au Président. Tout ou presque, procède de lui. Quelle que soit sa personnalité,, son intelligence et ses qualités et défauts notre monarchie présidentielle dépend trop d'un homme, fût-il parfait (ce qui ne s'est jamais vu, au contraire...)

Nous avons dès lors des "rois" à durée déterminée qui ne satisfont pas notre goût de la pompe et notre sens de la courtisanerie inscrits tous deux dans les gènes de notre peuple.

Il faut dire que des Présidents s'exprimant comme des chauffeurs de taxi ("casse toi pauvre con") ou allant retrouver Mme du Barry en scooter avec casque sur la tête ont de quoi rafraîchir un amateur de la geste royale!!!!

Nos prétendants au trône sont des "fin de race" dérisoires (les Orléans), de discrets rentiers (les Bonaparte) et même des étrangers (les Bourbon de la branche légitime). Mitterrand et de Gaulle n'ont pas osé introduire la succession dans leur propre famille mais ont dû y penser!

Alors nous nous tournons vers des princes de pacotille tels les Monaco qui officient sur un confetti de la Côte d'Azur avec des moeurs hérités de la mafia et de Las Vegas, des Britanniques qui sentent la naphtaline et qui oscillent entre la tragédie Grecque et la télénovela.

Colombe Pringle (une bique qui a consacrée sa vie aux têtes couronnées) et Sonia Devillers la folle qui officie sur France Inter dans une rubrique "consacrée" (sacrée est de trop) aux médias le matin palabraient sans fin, ce vendredi 18, sur la famille royale britannique comme si c'était un sujet intéressant que c'en était amusant.

Certains ont conservé leur sens de la courbette par-delà les générations!

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2018 5 18 /05 /mai /2018 07:00

Sommets du kitsch, spectacle amusant, ringardise assumée, soirée décomplexée l'Eurovision est tout cela et pire encore.

Je crois que c'est la toute première fois que je le regarde, quasiment en totalité et que j'y ai pris du plaisir.

Il y en a pour tous les (mauvais) goûts et le rire est omniprésent parce qu'on sent bien que l'amusement passe avant tout le reste. Les chansons sont souvent ineptes et les chorégraphies ringardes mais chacune ne dure que 4 minutes et les efforts pour être sinon originaux du moins différents sont visibles et audibles. A cet égard la candidate d'Israël était parfaitement en osmose avec le concept: un look improbable, une chorégraphie particulière et une chanson (dont il a été dit que les paroles avaient du sens) parfaitement hideuse.

La compétition est compliquée et certains pays sont sélectionnés et d'autres pas tandis qu'il faut accepter Israël et l'Australie comme pays "européens" (ou je n'ai rien compris ou "Eurovision" concerne l'Europe).

Animée par l'inoxydable Stéphane Bern (pontifiant ici comme ailleurs), un chanteur à voix de femme et le "couturier" Gaultier plus une ex-candidate histoire d'avoir une femme, l'émission de la soirée a été du remplissage bébête mais pas insupportable. Bern a tout de même osé: "la régie sent la testostérone ce soir"!!!!

On se prend au jeu, on trouve des qualités à un chanteur ou une chanteuse qui n'en possède aucune, même chose pour des chansons moches et répétitives, c'est la loi du genre. Comme le chauvinisme invétéré des commentateurs et leur mauvaise foi.

Comme souvent je crois, la France a envoyé, pour la représenter, un sommet de cucuterie médiocre. Un couple gentillet et propre sur lui. En guitariste lui était crédible comme Hollande en Président de la république et elle en chanteuse comme Natacha Polony en femme sympathique. Tous les deux sont bien braves mais leur chanson ne vaut pas tripette et leur "danse" moins encore. Ils y croient, ils se ramassent. J'allais écrire: "comme d'habitude".

Finalement c'est la chanson la plus tocarde et la plus kitsch qui gagne et c'est bien normal.

Le "spectacle" est interminable, le calcul des  points semble ne jamais s'achever et soudain c'est fait, "le gagnant est...". On part se coucher un peu honteux d'avoir, en conscience, regardé une daube en se promettant que plus jamais.

Oui, plus jamais.

Partager cet article
Repost0
17 mai 2018 4 17 /05 /mai /2018 07:00
Croire à la demandeCroire à la demande

Bien que non-croyant je ne dédaigne pas visiter les églises et les cathédrales. Au contraire! ce sont le plus souvent des bâtiments impressionnants et qui renferment parfois des splendeurs.

J'ai été baptisé, j'ai suivi le catéchisme et ai fait les deux communions dont la "solennelle" en aube blanche.

Je ne croyais déjà pas mais m'efforçais de croire, c'est à dire que je pensais que la croyance allait me tomber dessus, comme les flammes sur les apôtres et la pluie sur moi ce matin.
J'attends encore.

Encore jeune et père un peu déboussolé, arrivant à Toulouse j'ai pris, une année durant, le chemin de l'Eglise de la Dalbade qui m'attirait par sa grandeur et les prêches sévères de son curé. La greffe n'a pas plus pris et je me suis retrouvé comme toujours, plein de bonne volonté mais ne croyant à aucun des dogmes du catholicisme (et les reniant tous). Pire, les rites et vocabulaires m'exaspèrent et je ne supporte, de la Religion, que les pompes, l'art qu'il a souvent engendré, la musique dite "religieuse" à l'exclusion du reste.

Je suis, depuis tout-petit, incapable de "croire" sur demande. Et encore moins à des "mystères" qui n'existent pas ou qui, scientifiquement, sont réfutés.

J'aimerais croire à l'Archange Gabriel, à la Sainte Vierge, à la Trinité, aux langues de feu, à l'assomption, à la résurrection, à la transsubstantiation et autres (plus ou moins jolies) histoires. Je frémis en pensant que d'aucuns ont dû affronter la torture et la mort pour avoir dit ou pensé ce qui précède.

Changer de Religion m'apparaît impensable parce que toutes s'occupent de mon "âme" en m'obligeant à respecter une morale et des dogmes qui s'intéressent beaucoup trop à ma vie terrestre. Toutes promettent peu ou prou la "vie éternelle" pour après (la belle affaire!) et me condamnent à l'horreur si je ne suis pas des préceptes vieux de milliers d'années.

J'avorte si je veux, je baise avec qui et comme je veux, je crois à ce que je veux et je pense comme je veux.

Les Religions ont beaucoup trop été proches de pouvoirs ignobles ou criminels (voire les deux) pour être désormais humbles et discrètes.

La croyance ne se décrète pas.

 

Partager cet article
Repost0
16 mai 2018 3 16 /05 /mai /2018 07:00

J'ai de la chance: je vais très rarement à des obsèques. Je le reconnais avec plaisir je n'ai pas beaucoup été de corvée, jusqu'ici, et ce moment pénible m'a considérablement été épargné.

Hier lundi 14, dans la petite ville d'Ariège où je me suis remarié il y a 3 ans j'ai assisté à l'enterrement d'une relation familiale, un homme au caractère difficile dont peu regrettait le départ.

Les rites et les ornements funéraires français sont très laids et "pompeux" (d'où le nom de "pompes funèbres"?) et la cérémonie est longue et ennuyeuse. Les mêmes choses sont répétées à satiété. Le corbillard est désormais gris et grenat et décoré comme une vitre de saloon. Les employés mortuaires (en tous cas ceux d'hier..) très négligés (coiffure grotesque, tatouages) et désinvoltes: ils ne rient pas à gorge déployée mais s'ennuient ferme et observent les présents pour moquer ceux qui dépassent.

Le défunt ayant presque 8 décennies au compteur et une personnalité râpeuse à souhait; celles et ceux qui l'accompagnaient à "sa dernière demeure" (un triste cimetière de petite ville entre voies ferrées, ligne à haute tension et routes) avaient déjà fait plus de la moitié de leur vie et abordé la partie avec douleurs et maladies chroniques. Calvities et cheveux courts.

A l'église, où, bien qu'on soit en mai il faisait un froid de glacière, quelques lampes et des chauffages grillant la nuque avaient été allumés. L'officiant, un diacre à ce qu'on m'a dit, était du genre tolérant et n'a cessé d'excuser ceux qui ne croyaient pas ou plus.

Le discours sur les qualités du décédé était habile mais, en creux, on sentait les avanies qu'il avait imposées à ceux qui le côtoyèrent et le soulagement qu'il ne puisse en faire d'autres.

Digne et sincèrement triste la veuve rythmait les actes des uns et des autres de ses sanglots étouffés. J'ai pensé à Brel ("celui des deux qui reste se retrouve en enfer").

A la sortie de l'église, après une cérémonie sans communion assez courte et cependant très digne il y a eu cette séquence gênante des condoléances. Qui a pu inventer une situation aussi insensée? et le cahier de doléances? à quoi cela sert-il?

Après, chacun s'est égaillé en voiture et sous une pluie de novembre, vers le cimetière où attendaient, au garde à vous, la dame de pompes funèbres (qui ne boit pas que de l'Orangina), les trois ou quatre croque-morts et le croque-mort chef en rang d'oignons à la grille sur laquelle ils avaient mis une plaque: "inhumation en cours".

Le dérisoire toujours.

 

 

Partager cet article
Repost0
15 mai 2018 2 15 /05 /mai /2018 07:00
Les Pléiades

Avant (cette locution adverbiale remplaçant les connotés "de mon temps" et "à mon époque", le démodé "quand j'étais jeune" et le faux-cul "il n'y a pas si longtemps de celà..."; avant disais-je, dans un milieu pour lequel posséder des livres est naturel et aimer les belles éditions une manière d'être, la collection "Pléiade" était bien considérée et l'on trouvait presque toujours, en bonne place, des oeuvres complètes dans cette collection (assez) prestigieuse.

Appartenant à la non moins prestigieuse maison d'éditions de la NRF Gallimard, la Pléiade ne publiait que des auteurs sérieux et incontestables. A cette époque Jean d'Ormesson n'aurait pas même songé à poser la question de savoir si ses scribouillages étaient publiables dans la collection papier cigarette (papier bible), jaquette transparente et coffret carton.

Classiques, oeuvres complètes et auteurs "assis" la collection de prestige a évolué et on trouve aujourd'hui publiés Georges Perec et même des auteurs comme Marguerite Duras.

Un des aspects de cette collection est le prix, était le prix, assez élevé de chaque volume. Mais, de même qu'on avait des timbales en argent gravées au prénom des enfants, la louche en argent également de la tante Marie-Paule, les dictionnaires reliés du grand-père et la couronne ou le bouquet de mariée sous cloche de verre de bonne-maman on avait hérité de 5 ou 6 pléiades (qu'on n'ouvrait jamais) complétées des Maupassant ("c'est bien pour les enfants") ou de Mauriac ("il s'y connaît en âme humaine"). Sur une étagère, entre les livres reliés artisanalement par le beau-frère, trônaient ainsi 6 ou 7 pléiades dont la tranche avait légèrement, avec les années, perdu de son lustre.

Souvent la résidence secondaire a accueilli ces livres qui jaunissent doucement sous l'action conjuguée de la fumée de la cheminée (qui "tire" mal) et du soleil. A Paris on a besoin de place et les livres de François Fillon ou de Daniel Pennac (et de François Bégaudeau) sont désormais empilés sur la table basse de "la pièce à vivre".

En vidant une partie du box que je loue pour y entreposer des pouilleries que je n'arrive pas à me résoudre à virer je suis tombé sur quelques pléiades que je m'étais achetées. Elles n'étaient pas en mauvais état et le transparent et le carton ne manquaient pas.
J'ai essayé de les revendre... on m'a dit que "ça n'intéressait plus personne", qu'il y en avait plein en stock (Joseph Gibert), que les auteurs étaient dépassés (!) et quand enfin on m'en a proposé un prix c'était 10€ le volume soit moins cher que les recettes de boeuf de Cyrille Lignac en poche ou que le premier tome des mémoires en 16 tomes de Sophie Davant.

Inutile de dire que j'ai remis mes pléiades dans le carton, le carton dans le box en vitupérant contre le fait que tout ce que j'appréciais n'intéressait plus personne.

 

Partager cet article
Repost0
14 mai 2018 1 14 /05 /mai /2018 07:36
Nivellement par le bas.

Mitterrand était grotesque lorsqu'il s'essayait à parler une autre langue que le Français. Chirac était stupéfiant dans cette scène vue et revue de "do you want me to come back in my car?": un accent et une syntaxe diaboliques.
Sarkozy et Hollande, Hollande et Sarkozy qui à eux deux n'ont pas fait un demi-quinquennat correct tenaient, lorsqu'ils s'exprimaient dans la langue des Beatles, à la fois de Mitterrand et de Chirac. La part la pire.

Emmanuel Macron, lui, parle un anglais fluide et riche avec un très léger accent Français des plus amusants. Ce président-là (pour lequel j'éprouve de la sympathie teintée d'admiration, même si je ne suis pas un inconditionnel) honore son pays en étant capable de soutenir une conversation en Anglais et en tenant un discours dans la même langue mais se voit attaqué par des minus qui chipotent sur un mot (en l'occurence "delicious") que le Président aurait utilisé un peu légèrement à propos de la femme du Premier Ministre Australien.

Un comble! voilà un Président qui s'exprime dans un Français recherché et riche (là où un Sarkozy était fier de n'utiliser que 300 mots de vocabulaire!), qui parle bien des langues pour lesquelles nous, Français, ne sommes pas doués et on chipote -très mesquinement- sur un mot.

Quels journaleux tatillons qui lui font le reproche de l'avoir utilisé à mauvais escient savaient que "delicious" ne s'employait pas pour caractériser une femme? (ou alors dans un autre sens) Pas un sur cent. Pas un sur mille. Et cependant cette "bourde" est passée en boucle sur les radios, à la télévision, dans les émissions politiques, dans les talk-shows, dans les quotidiens, dans les magazines...

Macron eut-il giflé la première dame australienne qu'il n'eut pas été plus vilipendé!

Comme la grande médiocrité de ses prédécesseurs la grande qualité intellectuelle et la bonne fortune du Président Macron exaspère les commentateurs. C'est la loi du genre mais ça commence à devenir pesant.

On oppose à cet homme brillant et intelligent la lilliputienne personnalité de Wauquiez, de Clémentine Autain, de la fille Le pen et d'autres "pointures" de ce niveau. On ricane chez Hanouna et Barthès, on gronde au "Monde" et chez "Mediapart"...

En France l'égalité est souvent confondue avec le nivellement par le bas.

Partager cet article
Repost0
11 mai 2018 5 11 /05 /mai /2018 07:00
station "Palais de justice" du tram ligne T1 (Toulouse)

station "Palais de justice" du tram ligne T1 (Toulouse)

Samedi 5 mai il faisait gris et froid, oui froid, dans la ville rose. Je me déplaçais à vélo pour aller aux brocantes des Allées François Verdier qui se tiennent une fois par mois le premier week-end.
J'y trouve rarement quelque chose à acheter (les stands proposent un peu toujours les mêmes choses et les prix y sont élevés) mais j'aime y traîner et le public est celui des connaisseurs, des passionnés et des personnes de qualité qui on déserté depuis longtemps les vide-greniers.

J'y ai trouvé un jour le bureau sur lequel je m'appuie à l'instant présent, quelques bouquins que je cherchais et un pied d'appareil photo ancien en bois que j'ai fait monter en lampe.

Après le Pont St Michel (la Garonne était boueuse et très haute) en suivant les rails du tram je suis arrivé sur la plus belle perspective de Toulouse: les Allées Paul Feuga et Jules Guesde avec, au fond, le Grand Rond.

Comme j'arrivais à la station du tramway j'ai vu sur le quai une agitation qui a attiré mon regard. La station étant la dernière de la ligne, personne ne monte dans un tram de ce quai, l'agitation était due à autre chose: une équipe réduite de cinéma s'apprêtait à filmer une scène: un caméraman, un perchiste, une maquilleuse, un machino lumière et un metteur en scène. Une petite équipe donc. Pas le prochain James Bond.

Le tram est arrivé et l'équipe a filmé son arrivée (bel emplacement, les rails sont dans l'herbe bien verte et le ciel moins triste qu'il y a 5 minutes). Les portes s'ouvrent et une jeune fille pensive il y a un instant monte dans la dernière voiture et en ressort dans la foulée par la porte suivante en se jetant dans les bras d'une autre que j'avais pris pour la maquilleuse en parlant fort et en surjouant la surprise.

De mon vélo je suis surpris par le côté "comédie" de cette scène. C'est déjà du cinéma et c'est outré par rapport au quotidien. Dans le tram on ne se salue pas aussi démonstrativement! à l'aéroport oui, à la gare peut-être mais à la station "Palais de Justice" de la station T1 sûrement pas. Je regarderai l'équipe filmer la même scène 3 ou 4 fois sans voir de grands changements dans l'interprétation des retrouvailles.
(au retour, deux heures après, j'ai constaté que j'étais dans l'axe de la caméra et que celle-ci a du enregistrer mon déshabillage: j'ai enlevé mon blouson, retiré mon pull et remis mon blouson et c'est en faisant cela que j'ai vu ce qui se passait derrière moi!).

J'ai observé, pendant les quelques minutes de tournage auxquelles j'ai assisté à quel point la scène était artificielle mais cependant plausible. Le cinéma est une re-création et une supercherie. On fait semblant et les spectateurs font semblant d'y croire. Un jeu de dupes!

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2018 4 10 /05 /mai /2018 07:00

Ayant déjà vécu l'expérience j'avais prévu le coup: chemise longue (façon liquette!), boxer long également et surtout chaussettes jolies et impeccables (= pas usées au gros orteil). 

J'ai retiré ma chaîne autour du cou (cadeau de C***) et les rares objets métalliques que je porte habituellement et suis allé me livrer aux jeunes femmes qui faisaient passer l'IRM.

l'IRM c'est ce tunnel sombre impressionnant dans lequel on prend des clichés de la partie du corps qu'on souhaite étudier. Après le genou droit, opéré l'année dernière c'est celui de gauche qui donne des signes de faiblesse et surtout qui me fait ressentir de grandes douleurs heureusement intermittentes.

Première impression, mai ou pas, je tremble à cause du froid. Seconde impression l'immobilisation du genou examiné me fait atrocement souffrir mais je dois tenir "de dix à quinze minutes" comme m'a prévenu l'opératrice en me donnant un cordon de sonnette "pour le cas où...". Elle n'a pas parlé de la douleur et je n'ai pas osé en parler non plus.

10 minutes à trembler et supporter une douleur de compression... c'est long. Même avec un casque sur les oreilles diffusant de la musique mainstream et masquant mal le bruit de l'appareil.

Allez savoir pourquoi mais, par association d'idées, j'ai pensé à la Gestapo du 93 de la Rue Lauriston à Paris (j'ai habité à côté) et, de fil en aiguille, à la résistance à la torture.

Heureusement que je n'ai pas été chef de réseau ou clandestin: j'aurais vite balancé des noms! J'ai peu souffert, physiquement, dans ma vie (à part des dents lorsque j'étais ado) et n'ai donc pas une expérience soutenue de la souffrance. Je crois que la douleur du genou, vive et durable, est une des plus "dures" que j'aie eue à supporter jusqu'ici.

Voilà! je suis comme ces personnes emmerdantes qui vous font le récit complet de leurs infirmités, douleurs, maladies et états d'âme.

Comparer un passage à l'IRM aux tortures de la bande Bonny-Lafont (connue sous le nom de "Carlingue")... fallait oser!

 

Partager cet article
Repost0
9 mai 2018 3 09 /05 /mai /2018 07:00
Etonnant, non?

On le dit et le répète partout: Pierre Desproges est mort il y a 30 ans. Incroyablement cet homme singulier à l'humour caustique et original est "récupéré" par tout le monde. On peut même parler de "coluchisation" tant celles et surtout ceux qui s'en réclament sont nombreux.

Elitisme? difficulté à partager? cet oecuménisme dans l'admiration et la louange me paraît suspect, et m'énerve. Je doute que ceux qui se réclament de Pierre Despproges ou de sa prose les connaissent bien l'un et l'autre.

Ou alors ils pensent aux éternels poncifs utilisés de manière systématique dès que l'on prononce son nom: la bataille de boudin blanc avec Daniel Prévost dans une charcuterie pour "le petit rapporteur", le début du sketch sur "les juifs" et, naturellement, la sentence exprimée dans l'émission de radio de France Inter "le tribunal des flagrants délires" selon laquelle "on peut rire de tout mais pas avec n'importe qui". L'a t'on entendue celle-là!

Je doute que les "minutes nécessaires de M Cyclopède" soient toutes aussi connues, que ses textes de scènes le soient aussi et que ses drôles de livres aient un lectorat aussi fidèle qu'on le prétend.

J'aimerais bien qu'il en soit ainsi et que cet humour cultivé et recherché soit partagé mais, en voyant certains de ceux qui s'en réclament (et surtout en les entendant) j'ai des doutes. De sérieux doutes! il en va de leur connaissance de Desproges comme des rencontres de Pierre Perret et Paul Léautaud: il n'y a que ceux qui les évoquent qui s'en souviennent et qui peuvent témoigner de leur authenticité, autant dire personne!

C'est un fait que cet amuseur n'a ni prédécesseur ni successeur. Aucun des "comiques" actuels n'approche de son "nonsense" et de son humour vache et drôlatique. Parfois surprenant. Dans la jungle des "amuseurs" ceux qui ne plagient pas des pans entiers de spectacles américains essaient de se faire une virginité en évoquant une "filiation" avec ceux qui ont jadis fait l'unanimité comme l'angelot des Restos du coeur et, plus récemment, celui qui terminait ses minutes nécessaires souvent absurdes d'un curieux: "étonnant, non?" passé depuis dans le langage courant.

Partager cet article
Repost0
8 mai 2018 2 08 /05 /mai /2018 07:00

Je n'ai pas les compétences pour le faire mais je ne peux m'empêcher de crier "casse-cou" devant les bêlements pacifiques qui accompagnent les gesticulations de Kim Jong Un, le "leader" communiste dynastique de la Corée du Nord vers son voisin du Sud qu'il a, avec son père et son grand père juré d'anéantir en tant que système politique et d'absorber en tant que pays.
Les 3 Kim, qui ont inventé la société marxiste la plus aboutie et la plus  durable (les Khmers rouges du Cambodge sont allés plus loin et plus vite mais ils n'ont pas duré) tiennent par dessus-tout à conserver leur mainmise sur la Corée du Nord, ils ne tiennent pas à ce que le monde sache (mais le veut-il?) le régime d'esclavage et de terreur qu'ils imposent à leur peuple depuis plus de 50 ans. Ils n'ont aucune envie qu'on étudie les famines organisées, les meurtres et assassinats commandités, la vie de la "Nomenklatura" et le quotidien d'une dictature impitoyable.
Kim sait ce qui arrive aux dictatures qui essaient de se libéraliser: elles sont balayées dès les premiers signes allant dans ce sens et le dictateur molesté et exécuté sommairement avant d'avoir bougé un cil.

Les journalistes et commentateurs ont-ils réfléchi un quart de minute à ce que signifierait une "démocratisation" de la Corée du Nord? croient-ils une seconde que la Chine accepterait des soldats américains aux portes de leur pays? pensent-ils sérieusement à une "réunification"? et à laquelle?

La Corée du Sud, démocratie "à l'occidentale" (la présidente du pays, régulièrement élue a été limogée pour faits avérés de corruption...) absorberait sa voisine du Nord ou le contraire?

Croit-on vraiment que l'armée gigantesque du nord est un tigre de papier et les essais nucléaires de Kim des enfantillages? depuis 1953 la Corée du Nord prépare et rêve de reprendre les hostilités. Elle n'a jamais accepté le statu-quo ni la "trève" (c'est ainsi que la dynastie rouge désigne l'armistice) et ne songe qu'à détruire et asservir son voisin.

Alors, voir dans ces jérémiades de paix autre chose qu'une palinodie c'est faire preuve d'inconscience et d'immaturité. Pire, c'est faire prendre au monde des vessies pour des lanternes et pratiquer consciemment de la désinformation.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages