Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 07:00

A moins d'être naufragé sur un atoll désert il est quasiment impossible d'avoir manqué la publication des sondages d'audience des radios et surtout les commentaires de la presse et les réactions des médias radiophoniques concernés.

Cette fois l'accent a été mis, partout, sur la "déconfiture" d'Europe 1 et la progression "miraculeuse" de RMC Info. Pour l'auditeur moyen ces deux radios se ressemblent comme deux gouttes d'eau. Même défilés d'invités calibrés (du people au politique en passant par les pseudos francs tireurs), multitude de coupures publicitaires d'une grande vulgarité, "vedettes" grossières et populistes (à l'image de Jean-Jacques Bourdin sur RMC), jeux idiots, cadeaux donnés aux auditeurs, critiques mainstream de tout en matière de vie culturelle (Johnny plutôt que Ron Sexmith, Mariah Carey plutôt que Julia Lezhneva et ainsi de suite...) bref des robinets à conneries mais pour les oreilles seulement.

Que ces radios s'enorgueillissent d'un point d'audience en plus ou se désolent de deux en moins est tout à fait anecdotique et ne présente aucun intérêt. En tous cas pour l'auditeur. De savoir que X milliers de personnes écoutent Laurent Gerra ou Charline Vanhoecker ne me fait ni chaud ni froid. Je m'en fiche même éperdument.

Ce qu'il faut comprendre c'est que ces "hourras" sont à usage interne. La rédaction de RMC va être légitimée pour faire subir des hausses de ses tarifs publicitaires tandis que celle d' Europe 1 va être contrainte de les diminuer. Vu comme ça ce ramdam autour des audiences est nettement moins "sexy" et les congratulations faux-cul des unes et des autres ramenées à des gesticulations un peu vaines, ce qu'elles sont.

Que RTL, l'équivalent en radio de TF1 soit l'indétrônable numéro 1 des audiences ne donne pas envie de sortir les sifflets et les cotillons. cette radio qui flatte le plus petit commun dénominateur des auditeurs tout en l'assommant de messages publicitaires et en l'imprégnant de son libéralisme génétique n'est pas, en soi, générateur de fierté.

Que RMC, qui talonne RTL question contenu (en plus populiste et racoleur) passe devant Europe 1 non plus. Sur un champ de couse les tocards aussi sont inégaux sur la ligne d'arrivée.

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 14:28

Interrogé sur TF1 par Gilles Bouleau, qui est à Fillon ce que Jean Lanzi fut à Laurent Fabius premier ministre, un larbin complaisant, François Fillon n'a pas répondu aux questions qu'on ne lui a d'ailleurs pas posées.
Emploi fictif ou pas?

salaire justifié ou pas?

pourquoi le député qui a remplacé Fillon a continué a employer Pénélope et pourquoi a t'il doublé son salaire?

Qu'est ce qu'il a apporté comme "preuves" du travail de Pénélope?

en échange il a parlé de son amour pour son "épouse", de ses diplômes, de misogynie, de coups de fil et de mails, de reception de "gens" et de permanences.... payées 7900€/mois.

...Et il a de lui-même préparé le terrain en nous informant que deux de ses fils ont aussi été payés selon les mêmes méthodes pour des "travaux" qu'il leur a commandés en fonction de leurs compétences d'avocat.

Sur ce il continue à penser qu'un chômeur indemnisé à 57% de son dernier salaire est trop payé, que les détenteurs du RSA (500€ soit mille fois moins que les deux ans de salariat de Penny) sont des assistés et que la sécurité sociale ne doit rembourser que les maladies graves.

Pénélope va d'ailleurs faire une fiche de lecture sur ce sujet à "la revue des deux mondes".

 

PS: je suis abasourdi par les réactions de certain(e)s qui m'engueulent en parlant de haine, d'acharnement, de complot et autres grands mots totalement hors sujet. Si celles et ceux là trouvent "normal" que Fillon s'enrichisse sur notre dos et nous demande des sacrifices alors on ne peut rien pour eux et un "Trump" leur irait encore mieux!

Partager cet article

Repost0
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 07:00

J'ai discuté avec deux amies dans un salon de thé du quartier Croix-Baragnon vendredi en fin d'après-midi. C'est LE quartier chic de Toulouse. Boutiques de marques, antiquaires, galeries de peintures et même magasin d'articles religieux s'y succèdent et encadrent des pâtisseries aux vitrines appétissantes et hors de prix.
Une ancienne et sincère complicité lie ces deux amies et c'est toujours avec plaisir que je les vois, ensemble ou séparément.

Après avoir abordé une dizaine de sujets différents, mais tous intéressants, la période électorale a fini par être évoquée. Les chocolats chauds et le thé vert se sont figés dans les tasses. Allaient-on se crêper le chignon? Notez qu'en ce qui me concerne et considérant les deux cheveux et demi sur l'arrière de mon crâne le dit chignon aurait eu du mal à être crêpé...

Nous étions au contraire à peu près d'accord sur tout. L'élimination de Sarkozy, le peu d'attraits des candidats de la "Belle alliance", Macron etc.

Le désaccord, total, entre nous, ou plutôt entre deux d'entre nous et la troisième portait sur la claque reçue à Lamballe par Manuel Valls (nous étions deux à l'approuver ou, à tout le moins, à ne pas la condamner) tandis que F*** y voyait un acte inadmissible.
Le rapport de forces était le même à propos de l'épisode de France Inter qui vit un auditeur dire en direct à l'ex-premier ministre "qu'on était 66 millions à vouloir (te) la flanquer cette gifle"

Personnellement la réaction de Patrick Cohen -que j'aime pourtant bien- m'a semblée indigne d'un journaliste mature et neutre. (Il a coupé la communication et à parlé de "violence").

Mes arguments (Valls n'est plus premier ministre, il est tellement raide, il manie la langue de bois, il accapare la parole, il ne se remet jamais en question tant et si bien que, fatalement, il suscite ce genre de comportements) ne convainquaient pas mon interlocutrice.

Pourtant je reste persuadé qu'un homme politique -j'allais dire surtout un homme politique- n'est pas exempté de se voir reprocher ses attitudes et ses promesses non tenues. Physiquement si nécessaire.

La gifle est une mauvaise réponse, j'en conviens, Mais on sait qu'à défaut de tuer le ridicule est redoutablement efficace pour remettre un prétentieux à sa place. La farine n'ayant pas suffit (au contraire!) la gifle faisait figure de "rappel".

 

 

 

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 15:20

L'affaire des emplois fictifs présumés de Pénélope Fillon est exemplaire de ce qui ne va pas dans notre malheureuse démocratie.

- Il s'agit, pour le moment et jusqu'à preuve du contraire, d'une affaire d'emploi supposé fictif, rémunéré sur les fonds publics et portant sur une somme globale de 500 000€.

- Parallèlement à cet enrichissement possiblement indu il y a une affaire "Revue des deux Mondes" du nom de cette revue (privée) qui a rémunéré Madame Fillon 100 000€ pour deux critiques littéraires d'une page et demie publiée sous pseudonyme.

Sitôt l'affaire révélée par le "canard enchaîné" (25/01/2017) M Fillon a froncé le sourcil qu'il a brousailleux et allumé un contre-feu qu'ont relayé ses porte-paroles et son entourage:

- Mme Fillon a été l'attachée parlementaire de son mari.

- cette fonction est tout-à-fait légale

- son salaire (jusqu'à 7900€ par mois) est grosso-modo celui d'un cadre équivalent du privé.

- en attaquant sa femme c'est Fillon qui était visé (les fameuses "boules puantes")

- l'article du "Canard enchaîné" serait misogyne et méprisant.

On le voit, le point unique de l'affaire se résume à une question simple: Oui ou non Madame Pénélope Fillon a t'elle exécuté un travail d'attachée parlemenentaire de son mari? et à une question subsidiaire: Y a t'il des preuves matérielles que ce travail valait 500 000€?

 

Poser ces deux questions c'est quasiment y répondre. Le fait est, cependant, que la presse (et en particulier le gratuit "Direct matin") a biaisé et simplement titré sur le travail d'attaché parlementaire par quelqu'un de la famille, évacuant le travail fictif et l'énormité des émoluments de Madame Fillon..

Reste le dernier point relatif à la France et à l'incurie de sa classe politique. M François Fillon est, sans doute à juste titre, considéré comme un homme honnète. Sa réaction prouve qu'il ne comprend pas la gravité de cette affaire et de ce qui lui est reproché. En gros de vivre comme un nabab et de disposer de possibilités "autorisées" de s'enrichir et de vivre sur un pied élevé réservé à une caste de privilégiés absolument coupés du reste du pays. 

Que cet homme (dont on n'a pas oublié le "Imagine t'on Charles de Gaulle mis en examen?") trouve normal de faire payer sa propre femme des sommes importantes, sur le budget de l'Etat pour des travaux sinon fictifs du moins difficiles à justifier est parfaitement insupportable.

Enfin, et c'est le point le plus dommageable pour lui, Fillon fait penser à Galabru dans la "Cage aux folles": député de l'ordre moral piégé dans une boîte gay. Là Fillon est l'incarnation du serrement de vis pour les plus pauvres. dégressivité de l'indemnisation chômage, augmentation de deux points de la TVA, suppression de l'ISF, démantèlement de la sécurité sociale....  sa femme gagne 600 000€ en ne travaillant pas ou si peu...

Comme celles de DSK et d'autres je crains qu'à la fin cette lamentable affaire soit oubliée et Fillon le président du non-pouvoir d'achat acclamé par les élites financières.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 07:01

Politique fiction. Je suis de nouveau de droite (je confesse l'avoir été à l'époque de Chirac) et je suis concerné par l'élection présidentielle de mai prochain.

Cela va sans dire, si j'étais de droite je serais Fillonniste de raison. Jamais personne et encore moins les deux intéressés ne m'auraient fait croire que Juppé et Sarkozy avaient changé. Je ne me serais pas fait prendre par le "centrisme" en peau de lapin du premier et n'aurais jamais soutenu l'extrême droitisation du second.
Le maire de Bordeaux a fait son temps et l'ex-maire de Neuilly a eu ses chances en étant confortablement élu à la Présidence de la République en 2007. J'aurais sans doute voté à la primaire et plébiscité le terne François Fillon qui était, de toute façon, le "moindre mal". 

Evidemment j'aurais hésité à glisser un bulletin dans l'urne au nom de "Jean-François Copé" mais juste pour la déconne. On est comme ça à droite, on aime rigoler.

Si j'étais un électeur de droite, je le dis en toute vérité, je serais très mal à l'aise de partager des idées et un positionnement politique avec toute une kyrielle d'hommes et de femmes assez compromettants. J'aurais du mal à faire partie du même camp que Monsieur et Madame Balkany, MM Hortefeux, Guaino, Guéant, Lellouche, Jacob, Gaymard, Apparu, Woerth et Châtel. Pire, la difficulté se transformerait en honte avec MM Ciotti, Wauquiez et Estrosi.

Quant aux dames Alliot-Marie et Morano, elles seraient difficiles à accepter.

Si j'étais un électeur de droite je trouverais sans doute le programme de François Fillon convenable mais un rien "too much". supprimer l'ISF et toucher aux remboursement maladie...c'est osé. Moi qui râle aux impôts quant il y a deux personnes avant moi j'applaudirais la suppression d'un demi-million de postes de fonctionnaires.

Restons dans la fiction: de droite je serais sur les charbons ardents de ne plus être dans l'opposition. Finie les bons sondages et la bienveillance des électeurs. Journaux contre "notre" politique, contre "notre" majorité, politologues déchaînés, syndicats en effervescence.... les manifestations se succèderaient et rien de la politique que j'aurais approuvée ne trouverait grâce aux yeux de quiconque.

Les élections intermédiaires seraient des désastres. Les Municipales un cauchemar. La gauche reprendrait Moche-les-grands-Clapiers, L'extrême-droite et la "gauche socialo-communiste" (on parle encore comme ça, à droite) s'en donneraient à coeur joie pour "caricaturer" notre politique.

Mon président, le croque-mort Fillon, toucherait les tréfonds de l'impopularité, façon Hollande et Copé finirait bien par recouvrer un ministère....

Finalement je vais rester électeur instable et voter pour Macron: le bonheur d'être dans l'opposition ça n'a pas de prix.

 

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2017 3 25 /01 /janvier /2017 07:00
vitrine de la librairie du Cinéma "Ombres et Lumières" Ombres blanches 19 janvier 2017

vitrine de la librairie du Cinéma "Ombres et Lumières" Ombres blanches 19 janvier 2017

Mon regard a été attiré, alors que je pressais le pas à cause du froid, par la vitrine de la librairie "Ombres blanches" dédiée au cinéma.
Le Blue Ray de mon film préféré de tous les temps "Barry Lyndon" de Stanley Kubrick y était exposé et en un centième de seconde mon oeil l'avait vu.
A côté de ce film que j'aime tant et que je considère comme le plus beau, le plus élégant et le plus intelligent des films il y avait le DVD du film le plus répugnant que j'aie jamais visionné.
Jamais je n'oublierais le dégoût et la honte que "Salo ou les 120 jours de Sodome", film signé Pier Paolo Pasolini m'a inspiré.

Autant "Barry Lyndon", sorti en 1975, est passionnant par sa beauté formelle plus que par l'adaptation du roman de Thackeray autant "Salo", sorti en 1976, est révoltant, non pas formellement mais par son contenu. Peu importe si l'image du second est soignée et la musique recherchée: les faits exposés sont si ignobles, si cruels, si (in)humains que leur simple vision avilit le spectateur.

C'est -à mon sens- le seul film qui rend malade au sens premier du terme: le regarder vous donne la nausée. Chaque image, chaque situation est odieuse et cela va crescendo. Je crois d'ailleurs que je n'ai pas regardé la totalité et que j'étais sorti de la salle du cinéma de l'Odéon qui l'a diffusé pendant des années. "Salo", quelles qu'en soient les motivations philosophiques, intellectuelles ou politiques est une oeuvre repoussante qui, selon moi, n'aurait pas dû être financée, produite, filmée et présentée au public.

On ne représente pas un acte pédophile; pourquoi filmer des scènes aussi ignobles qualitativement ?

Je ne parle pas de censure ni encore moins de censure morale: je sais que la perversion existe et que n'en pas parler ne l'empêche pas d'exister. Mais illustrer par des images les folies fantasmées de Sade sous prétexte de juger le consumérisme et le capitalisme est un mauvais service rendu à l'humanité.

La vie n'est pas du Walt Disney... ce n'est pas une raison pour la dépeindre de manière aussi exécrable.

Dans cette vitrine mon film de référence se trouve presque "sali" d'être ainsi exposé au côté de cette véritable ordure cinématographique.

 

Partager cet article

Repost0
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 07:00

Ayant visité Québec (la ville) par moins vingt degrés sous un vent du Nord qui balayait les Plaines d'Abraham et me souvenant par ailleurs d'une "manoeuvre"  hivernale avant l'aube lorsque j'étais au service militaire du côté de Mulhouse; je crois pouvoir affirmer savoir ce que c'est que le froid. De toute ma vie je n'ai pu oublier cette nuit et le tremblement total qui s'était emparé de moi.
(NB: aux partisans de la réactivation du "Service National" cette fois là on a attendu plus de 4 heures pour démarrer une activité, dehors et peu couverts tandis que les officiers étaient dans des voitures et mini-bus chauffés et que le café leur était servi).

Ces deux expériences du froid intense disent pourquoi je suis abasourdi par les commentaires sur le froid, certes vif, mais "normal" en hiver dans un pays d'Europe. A les écouter il semblerait presque qu'il faille considérer comme accidentel le fait que les températures soient inférieures à zéro, que le vent souffle, qu'il y ait de la neige, du verglas et de la neige et que l'on soit obligé de chauffer les habitations!

En automne (on l'a vu!) des feuilles mortes ralentissent les TGV. En hiver la glace rend inopérante la caténaire.. Comment font les Russes? les Polonais?

On parle des SDF pour qui, soudainement, les températures doivent être insoutenables. Dort on réellement mieux dans les rues à +3 qu'à -1?

Entre le "principe de précaution" et la "victimisation" permanente on est devenus bien fragiles!

 

 

Partager cet article

Repost0
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 07:00

Peu après l'explosion d'AZF le 21 septembre 2001 j'ai appris, mais presque par hasard, que 37 hectares de terrain situés près de l'usine étaient des ballastières, propriétés du Ministère de la Défense Nationale et comportant 4 étangs artificiels abritant, depuis les années 20 (1900) plusieurs milliers de tonnes de poudre B. J'avais noté cette information peu relayée (personne n'en parle jamais à Toulouse et l'organe de (dés)information local "La Dépêche du Midi" moins que quiconque, qu'il n'y avait pas de danger tant que l'immersion des produits était assurée.

Ici, dans la ville rose, la catastrophe de l'usine AZF est rarement évoquée car l'immense majorité de la population estime qu'on lui a caché la vérité et que le bilan aurait pu être considérablement plus important et ses conséquences effroyables si l'usine contigüe, qui fabrique le carburant d'Ariane, avait été touchée.

Les usines SEVESO et les ballastières sont donc refoulées loin dans l'inconscient collectif et il n'est pas judicieux d'aborder le sujet du risque.

C'est pourquoi l'article paru dans le "Canard enchaîné" daté du 11 janvier 2017 et intitulé "Un téléphérique qui sent la poudre" m'a captivé.

Un média national qui parle de ce risque explosif. Puisque le futur téléphérique qui reliera le Pôle Européen de lutte contre le Cancer (Cancéropôle, bâti sur la friche de l'ex-usine AZF) à l'Hôpital de Rangueil et à la fac de Sciences "survolera" les 4 ballastières il est normal de s'inquiéter de ce qu'il survolera. L'article précise que l'armée y a immergé, à la fin de la 1ère Guerre Mondiale,  4700 tonnes de Nitrocellulose qui a pour particularité de s'enflammer sans le moindre apport d'oxygène dès qu'on la sort de l'eau.

Il est précisé que la dépollution des dites ballastières, souvent annoncée, toujours repoussée était prévue "au plus tard" pour 2014. Le Maire actuel de Toulouse se bat, nous dit le "Canard" qui n'a pas la réputation de dire du bien des anciens UMP, comme un diable pour que cette question soit traitée. En vain jusqu'ici.

Dans le tramway le journal gratuit "Direct Matin" (17/01) annonce que Bernard Cazeneuve a demandé au Ministère de la défense d'entamer la dépollution des lacs artificiels d'ici à 2022.

Dont acte. Une centaine d'années pour traiter un problème menaçant des populations civiles c'est sans doute beaucoup, même si la zone s'est surtout urbanisée au cours des cinquante dernières années.

... On refait le point en 2022. Juré!

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2017 5 20 /01 /janvier /2017 07:00

Lancé en 1978 le "Figaro Magazine" est un complément du quotidien à vocation universelle. Je veux dire par là que le tourisme, la littérature, la politique, les arts, les spectacles, les loisirs et tout ce qu'un magazine contient le "Figaro magazine" le contient. Avec une spécialité tout de même: tout est vu et analysé sous le prisme d'un regard de droite affirmée (aujourd'hui on dit "décomplexée"). Cette droite affirmée partage souvent les idées du Front National mais plus élégamment énoncées. Par exemple chez les premiers on dira "Les immigrés dehors" et chez les autres "On est chez nous". "Pas d'enfants pour les gouines et les PD" deviendra "nous sommes contre la PMA" etc.

Dès l'origine le supplément du quotidien de référence de la bourgeoisie giscardienne a donné le ton: on accueillait des plumes à particules, des "humoristes" mais de droite, on y célébrait des écrivains du même bord et on reste entre gens bien élevés, le genre plage de la Baule ou le chalet à Mégève. On soutenait Giscard puis, Mitterrand élu, tout ce que l'opposition avait de moins nuancé. 

Au "Fig-Mag" on a des valeurs et ce sont celles du CAC 40, du libéralisme et du 8 ème arrondissement de Paris. Comme tous les journaux de combat celui-ci a ses bêtes noires (et "Mitran" fut longtemps la principale) qui, peu ou prou vont des communistes aux verts en passant par tous les courants du PS. Là c'est l'enfer et rien de bien (idée, projet, réalisation) ne peut en émaner. Evolution: On ne dit plus "les "socialos-communistes" mais "la gauche redistributrice".

Les dirigeants de ce magazine sont tous des personnes aux positions politiques peu nuancées: de Louis Pauwels (dont on se rappelle le "Sida mental") à Serge Dassault et Etienne Mougeotte (celui qui fit rimer TF1 et télé-Sarko). Des hommes tout d'une pièce et que jamais n'effleure le doute. Les 35h, le social et les aides diverses sont assimilées à l'horreur absolue définie par le mot assistanat.

Au "Fig-Mag" on préférera toujours Jean d'Ormesson, Yves-Marie Rouard et le prix Nobel de littérature Patrick Modiano. En politique Laurent Wauquiez est la perfection: un look "Invalides-Boulogne" et des positions politiques proches de celles de l'avionneur propriétaire de la marque "Figaro".

Alors, et c'est là où je voulais en venir, Donald Trump est difficile à accepter. Mais, c'est un milliardaire, un hommes d'affaires, un homme qui ne respecte que l'argent et la violence sociale alors on peut -avec des pincettes- en faire un exemple.

D'où cette couverture tellement "Fig-Mag" où, sous une photo du plus vulgaire et grossier Président jamais vu dans une démocratie il est écrit: "Trump: Et s'il faisait le job?".
Car voilà, Président des Etats Unis c'est un métier et il est normal que ça revienne à un homme d'affaires qui plus est milliardaire. (sous-entendu "et pas à un métis sorti de nulle part"). Ce titre dit aussi que la sauvagerie des propos qu'a tenus Trump depuis son investiture par le parti républicain est celle que le Fig-Mag emploierait s'il n'était policé par le bon goût Français mais qu'il pense au fond.

Le mépris du peuple, la misogynie revendiquée de Donald Trump, l'esprit de caste, l'amour de l'argent, l'exhibition de ses bonnes fortunes, sont partagées mais discrètement. S'il fallait une image pour décrire l'état d'esprit de ce magazine c'est la file de gauche de l'autoroute dans les années 70: les DS, clignotant sur le pavillon, qui dépassaient, en faisant des appels de phares énervés, la piétaille qui les retardait.

plus qu'un journal, un état d'esprit.

 

 

Partager cet article

Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 07:00

Irrésistible. Comique. incroyable. les adjectifs ne manquent pas pour s'étonner de la renommée mondiale d'une jeune femme qui n'a publié aucun livre, chanté aucun titre, enregistré aucun disque, joué dans aucune comédie musicale, film ou pièce de théâtre, ne joue d'aucun instrument de musique en virtuose (même du mélodica ou du triangle), n'est pas un "chef" en cuisine, ni une sportive de haut niveau, pas une femme politique, pas une femme scientifique, pas une ambassadrice, une créatrice de parfums, une dessinatrice de mode, pas même un mannequin, pas une présentatrice de télévision, pas un ancien otage ou une criminelle repentie... même pas une princesse de principauté; non cette femme est RIEN.

Un néant absolu, une greluche qui s'est faite connaître par cet autre trou noir qu'on appelle "télé-réalité".

Cette ahurissante nullité possède cependant un fan-club, les journaux relatent ses faits et gestes (essentiellement du shopping et des selfies, dont une majorité de ses fesses) et elle est plus connue que Claudie Haigneré ou même que Trucula Bonbon....

Cette époque merveilleuse starifie des n'importe qui dont le seul titre de gloire est d'avoir des fesses bombées (Kim Kardashian) ou une frange blonde (Paris Hilton).

Tout cela ne serait que ridicule si on apprenait, incidemment, que Kim Kardashian s'était fait voler pour 11 millions d'euros de bijoux. Vous avez bien lu. Cette ahurissante cruche possède des millions capitalisés sur son (gros) derrière et sa bêtise.

Si tous les gros postérieurs valent ce prix il va bientôt y avoir un trop-plein de milliardaires sur cette planète!

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages