Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 septembre 2022 3 14 /09 /septembre /2022 07:00

L'une des plus grandes et, partant, des plus belles piscines de Toulouse se trouve au milieu de l'île du Ramier, face au Stade. Son gigantesque parking bétonné a été enlevé et la nature, petit à petit, y reprend ses droits. A la Mairie on s'est aperçu que le caractère inondable de l'île (ça tombait pourtant sous le sens, non?) empêchait la municipalité de vendre des terrains à des promoteurs pour y construire des immeubles "les pieds dans l'eau" et réservés à des propriétaires prêts à payer le prix du mètre carré comme dans les "beaux quartiers" de Paris. Résigné, on s'est résolument lancé dans une opération conjointe de création d'une zone verte et d'une communication intense sur cette zone.

Ce qui a déjà été fait plaide pour la mairie. L'île se débétonne et se végétalise vraiment.  

Le parc des expositions, vétuste et très moche, a été déménagé à la périphérie. C'est pitié de voir ce "MeetT" sorte d'assemblage de hangars posés sur des champs et écrasés de soleil censé l'avoir remplacé. Les arbres y sont riquiquis et l'habitude d'aller à ce nouveau parc n'a pas été prise par les Toulousain. Ceux qui y sont allés dressent un portrait si critique qu'il faudra du temps pour qu'il soit enfin adopté.

Revenons à la piscine: un gigantesque bassin "olympique" extérieur de 150 X 48m, voisine un bassin d'entraînement lui aussi découvert tandis qu'un autre bassin est abrité par un bâtiment art-déco. La Piscine a pris le nom d'un grand nageur originaire d'Afrique du Nord, Alfred Nakache tandis que le bassin d'entraînement s'appelle Castex sans que ça n'ait de rapport avec le second premier ministre du premier quinquennat d'Emmanuel Macron. Vous suivez? Des plages sont aménagées autour du grand bassin. Les abords immédiats de la grande piscine sont plantés d'arbres fleuris et de pelouses bien vertes. Situé à proximité des quartiers populaires la piscine qui pratique des tarifs abordables attire des familles et des jeunes les jours où le soleil brille, c'est à dire souvent, l'été, à Toulouse*

Alfred Nakache*, qui a donné (de son vivant, mais tout le monde le pensait mort) son nom à la piscine était un immense nageur professionnel entre les deux guerres et, malheureusement pendant la seconde. Juif de Constantine ses rivaux et l'occupant n'ont de cesse de contrecarrer ses réussites et le  précipitent dans l'enfer: déporté à Auschwitz avec sa femme et sa fille de 2 ans il sera le seul, grâce à son opiniâtre désir de vivre et une solidarité dans le camp où il a été reconnu à revenir. Il reprendra l'entrainement et participera aux Jeux olympiques de 1948. 

A la bibliothèque était posé un livre sur un présentoir. Une biographie d'un nageur "rival" de Nakache pendant la guerre et qui serait peut-être celui qui l'a dénoncé à la Gestapo. Il est précisé dans ce livre que l'auteur a fait œuvre de création et s'est basé sur certaines vérités révélées et aussi sur son imagination pour écrire le livre**

Quel contraste entre la réussite éclatante et la personnalité scintillante  de Nakache et celle, sordide et misérable de celui qui l'a peut-être livré aux autorités allemandes.

Si un sportif, nageur de compétition mérite que son nom soit sur les frontons de piscines ou de bâtiments dédiés aux sports c'est bien celui d'Alfred Nakache.

 

*Denis Baud auteur du livre Alfred Nakache, le nageur d’Auschwitz (éditions Loubatières)

**Yves Pourchet auteur du livre Brasse papillon, le roman d'un collabo (éditions Gaussen)

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires