Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 16:54

Voilages fins, cotonnades, exotisme britannique ou colonial les magasins "Maison du Monde" ont remplacé Ikéa ou

même Pier Import dans le concept "chic et vraiment pas cher".
Les magasins sont beaux et bien agencés et les articles présentés donnent presque tous envie de les acheter.

Pourtant un rien vous en empêche. Probablement l'idée que ces articles tiennent plus du gadget que du meuble

ou de l'objet de décoration.

Le fait de trouver partout ces mêmes têtes de Bouddah, ces mêmes photos transformées en tableaux ou ces meubles peints en gris (ou en blanc cassé) fait hésiter.

L'uniformaisation du décor est telle que le dernier rempart, notre propre maison, doit encore être différent de

partout ailleurs.

Qu'on ait bon ou mauvais goût, on n'a pas envie de retrouver nos "objets du quotidien" chez tout le monde. On

tient à son originalité et les "Maisons du monde" se retrouvent trop partout pour faire envie.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2010 1 13 /09 /septembre /2010 18:33

Il y a eu tant de ramdam autour du film sur Gainsbourg l'année dernière que je ne suis pas allé le voir.

Mon adorable fille m'a offert le DVD et j'ai pu ainsi refaire mon retard. Façon de parler.

Le film est mieux que je pensais même s'il n'a pas évité tous les écueils prévisibles.

Ses points forts sont les acteurs (celui qui "est" Gainsbourg est vraiment étonnant!) et Laetitia Casta

est une Bardot plus vraie que nature. Confondante même.

 

Les actrices censées jouer Juliette Gréco et Jane birkin sont la première grotesque la seconde

inexistante. (Elle s'est suicidée à la fin du tournage paraît-il).

 

Chabrol faisait une participation (elle est amusante) et Yolande Moreau est effroyablement mauvaise

en interprétant la chanteuse réaliste Frehel: on n'y croit pas un quart de seconde.

Il y a une ou deux très bonnes idées dans le film (la conscience de Gainsbourg, un personnage à

long nez et oreilles décolées) est la meilleure.

Il y a des ratages... L'enfance est grotesque (l'enfant juif qui provoque la police en allant chercher son

étoile jaune), la période peintures et peintre du chanteur est pitoyable, la maternité de Bambou,

les scènes avec le père...)

 

Mieux qu'un "biopic", par définition pénible, le film est amusant et le Gainsbourg qu'il décrit est moins

obsédé par les médias et la notoriété que le modèle.

 

En fin de compte le film veut faire de son personnage principal un "héros" et c'est là que ça ne tient pas:

précoce, séducteur, cynique, le metteur en scène veut nous faire croire que dès l'enfance Gainsbourg

était ce qu'il fût à 60 ans passés... C'est absurde et un peu ridicule en images.

 

Enfin je me demande pourquoi la bande son (un comble!)  n'est vraiment pas terrible.

Partager cet article

Repost0
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 09:38

Depuis quelques mois "on" ne parle que d'elle, elle étant la 3D.

 

J'ai vu le film de Cameron "Avatar" et l'ai apprécié, même si aujourd'hui je l'ai quasi

oublié (je me souviens vaguement d'une femme-girafe bleue).
La 3D m'a amusé mais ne m'a rien apporté: c'était, pour ce film, un petit plus amusant.

J'ai vu, en 1973, un film débile en relief "La chair pour Frankenstein" réalisé par un idiot

de l'entourage d'A.Warhol. Je me souviens d'un acteur s'empalant sur une lance (?) et

d'un morceau de chair qu'on pouvait  presque toucher tant c'était réaliste.

Ma voisine avait eu peur et c'était la raison pour laquelle j'avais choisi ce film! 

 

Bref: la 3D est un gadget, sympathique mais totalement inutile. Elle ne rendra pas un

mauvais film bon ni un bon film mauvais.

 

Contrairement au parlant puis à la couleur la 3D n'est pas un progrès technique utile.

Je n'imagine pas que des chefs d'oeuvre tels "Amadeus", "Valmont", "Barry Lyndon",

"Il était une fois dans l'Ouest", "Le limier"  "Gilda" etc eussent été meilleurs s'ils avaient

bénéficié de la 3D.

 

"Fenêtre sur cour" de A.Hitchcock et d'autres ("l'étrange créature du lac noir") ont

tenté l'aventure: elle est anecdotique.

 

Enfin je suis persuadé qu'en relief ou pas les conneries perpétuelles de la télé resteront

des conneries. Ruquier en relief ou Claire Chazal en 3D on s'en contrefout.

 

...enfin, moi je m'en contrefous. Pas vous?

Partager cet article

Repost0
9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 14:54

Nous sommes dans un régime (La République) que plus personne ne conteste.
Nous sommes régis par la constition de 1958 modifiée en 1962 qui constitue le socle de

la Vème République.

Depuis 1958 six Présidents se sont succédés: Charles de Gaulle, Georges Pompidou,

Valery Giscard d'Estaing, François Mitterrand, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

Cette constitution a été bâtie sur mesure pour Charles de Gaulle, élu jusqu'en 1965 par

les grands électeurs.
Cette constitution était de circonstances: après le désastre de la IVème République il

fallait une stabilité politique et les "évènements d'Algérie" la justifiaient.

En 1962, sur proposition du gouvernement, les Français ont approuvé l'élection du Président

au suffrage universel.

La constitution, dès le début, a souffert de son non-choix: ni parlementaire ni présidentielle

elle aboutissait à une "monarchie républicaine" qui ne s'est jamais démentie.

Chaque Président a apporté ses défauts propres (et ses qualités...) et a interprété la

constitution comme justifiant son bon droit et son "infaillibilité".

Aucun homme n'est sans défaut, le pouvoir isole, n'étant responsable devant personne le chef

de l'état se croit chargé de faire ce qu'il veut et nul, pas même le Parlement, ne peut l'en

dissuader.
On assiste à ces paradoxes: Le Président Pompidou congédie son 1er ministre, pourtant

conforté par un vote de l'assemblée parce que sa popularité lui fait de l'ombre, Mitterrand remet

la dette de pays du tiers monde sans consulter personne, Chirac dissous l'Assemblée Nationale

par confort etc.

La constitution de la Vème, parce qu'elle rend le Président irresponsable et table sur des qualités

personnelles irréalistes a vicié la politique dès le départ.
Quand on sait que l'élection du Président conditionne tout et qu'elle ne permet qu'aux plus

narcissiques des candidats d'y arriver on comprend que ce régime doit être changé.

Des contre-pouvoirs réels doivent être soutenus, des freins à l'omnipotence présidentielle doivent

être introduits, le Président doit être responsable PENDANT SON MANDAT, l'action du

Président doit être vérifiée et ne pas attendre la fin du mandat pour être jugée...

Avec un Président comme l'actuel nous sommes en danger de perdre l'essence démocratique

du régime. Il ne gouverne pas pour le bien du pays mais pour une caste qui l'a aidé à arriver

au pouvoir pour qu'il lui permette de faire des affaires et d'obtenir un renvoi d'ascenseur.
D'urgence il faut que nous décidions quelle République on veut et comment on peut

établir un pouvoir qui ne soit pas "intouchable".

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 10:49

Chaque jour j'allais à la boîte aux lettres un point dans le ventre et le coeur battant. Qu'allaient m'asséner

les impôts en guise de cadeau de rentrée?

Ce matin la lettre format A4, enveloppée dans du plastoc bleu nuit avec le drapeau et la marianne était là.
J'ai hésité avant de l'ouvrir...

Allais-je, comme chaque année, avoir un choc suivi d'une colère retentissante?
Je préférais remonter le courrier chez moi, me faire un café et l'ouvrir en étant assis pour ménager mon

coeur.
Le plastique résiste et.... C'est une bonne surprise!

Le célibat (c'est ma première année d'impôts d'homme divorcé) me réussit ici aussi: la somme est bien

celle que j'avais calculée et 1 mois et demi de salaire me sont ponctionnés à raison d'une mensualité

régulière mais c'est un moindre mal.

Pour un peu je ne souhaiterais qu'un mal modéré au ministre Woerth!!!!!!

Bon, encore une année ou "ça" passe. Je n'aurais pas à prostituer mon chat, voler au "Carrefour Market",

revendre mon édition numérotée de  "Rigobert à la fête foraine", aller en catimini revendre mes DVD

préférés ("Flesh Gordon", "Caligula", "Les tendres cousines" (Hamilton et ses filtres), l'oeuvre cinéma

complète de Charlotte de Turkheim), la discographie de Herbert Léonard (incluant des bootleg) ou ma

chemise à jabot (idéale pour les soirées déguisées).
Aaaaaaaargh. J'ai aoublié la taxe locale, le redevance, l'assurance de l'appart', l'auto etc.

 

*

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2010 1 06 /09 /septembre /2010 09:10

Hier, dimanche, j'ai revisité les ruines du château de Montségur (Ariège) avec une amie d'amie, une dame

australienne juste ce qu'il faut d'excentrique.

Cette femme est en France depuis 15 jours et pour un mois et parle déjà mieux le Français que certains

animateurs de télévision... passons!

Après une ascension difficile (1059m et une chaleur étouffante) nous sommes arrivés aux ruines. Il y avait

là un groupe silencieux d'une quarantaine de personnes écoutant avec une attention parfaite les explications

d'un guide jeune et passionné.
Naturellement j'ai tendu l'oreille et ai entendu une description des massacres de cathares qu'on eût dit

fomentée au Cambodge par les Khmers rouges (1975-1979) ou au Rwanda par les Hutus (1993).
Rien ne manquait: la séparation des mères et des enfants, les punitions collectives, les tortures et les

meurtres sauvages.
Le conférencier était pris par son récit et il m'a rappelé celui qui m'a fait visiter Tuol Sleng (S21) à Pnom-Penh

en novembre dernier.
Sauf que les histoires qu'il faisait revivre s'étaient déroulées il y a plus de 750 ans...

 

Partager cet article

Repost0
1 septembre 2010 3 01 /09 /septembre /2010 09:11

Lorsque j'étais au CM1, en 1835, j'avais entendu cette expression pour désigner des pays corrompus et uniquement

dirigés par une clique qui s'enrichissait en maintenant leur pays dans l'ignorance et la pauvreté.
Le terme -faisant référence à la culture de la banane (à l'époque fruit encore exotique)- soulignait l'éloignement et le

côté un peu barbare des pays concernés.
Notre démocratie est, qu'on le veuille ou non, une "république bananière", par ses moeurs et sa classe politique.
Qu'un Strauss-Kahn, mouillé dans des affaires innombrables et riche à millions puisse être simplement envisagé

comme candidat à la Présidence, et d'un parti dit "de gauche" dépasse l'entendement.
Qu'un ministre comme Woerth, canaille avérée et menteur reconnu reste ministre après que la presse ait démontré

ses nombreuses entorses avec l'honnèteté et la morale dépasse l'imagination.
Qu'un Président de la République d'un pays de 63 millions d'habitants soit poursuivi en justice et fasse tout pour vider

l'accusation deux mois avant le "procès" laisse pantois.
Que son successeur soit le pantin des patrons du CAC40, des industriels et des milliardaires du classement "Forbes"

donne un haut le coeur.

Vraiment des hommes comme de Gaulle se retourneraient dans leurs tombes s'ils savaient quels successeurs nous

leur avons donnés.
Un Sarkozy, sous de Gaulle, n'aurait pas été conseiller général, faute de culture suffisante et un Chirac se serait contenté

à vie d'être sous préfet de Corrèze.

Après le pire Président de leur histoire (en incluant Jimmy Carter!), le regrettable George W.Bush, les Etats Unis se sont

offert un homme digne et remarquable aux antipodes de son prédécesseur.
C'est tout le mal que je nous souhaite.

 

l

Partager cet article

Repost0
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 17:44

Dans la voiture d'un collègue j'ai entendu une compilation des musiques de film les plus connues composées

par ENNIO MORRICONE.
Cet homme a écrit des musiques dans tous les styles et avec des orchestrations différentes mais reconnaissables

immédiatement.
Il a le génie des atmosphères et sait même donner un ton humoristique à des musiques de films humoristiques.
De "mon nom est personne" à "Mission", de "Il était une fois la Révolution" à "Le trio infernal" jamais il ne sombre

dans la facilité et l'anecdotique.
Il est surtout connu pour "l'homme à l'harmonica" du film "il était une fois dans l'ouest" mais il n'a cessé, jusqu'à

aujourd'hui, d'illustrer magnifiquement des images qu'on revoit (en pensée) en écoutant sa musique.
Ils sont peu nombreux les musiciens modernes à pouvoir compter parmi ses égaux.

 

Partager cet article

Repost0
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 14:53

Les socialistes se sont réunis à La Rochelle et le maître mot de ces universités d'été a été "unité". On aimerait bien y croire et en même temps on ne peux s'empêcher que c'est bien le minimum du minimum qu'ils soient enfin réunis.

Et cependant... Comment peut-on y croire quand on voit sur la même photo Laurent Fabius, Martine Aubry, Ségolène

Royal, François Hollande et qu'il manque Dominique Strauss-Kahn qui est là sans y être tout en y étant par lieutenants

interposés?

Ceux là se sont tellement battus, trahis, affrontés, critiqués et se sont mis tant de bâtons dans les roues qu'on ne peut ,sans douter, entendre le récit de leur nouvelle philosophie unionniste.
D'ailleurs... sont-ils d'accord? ont-ils les mêmes idées? souhaitent-ils appliquer la même politique? se sont-ils entendus sur les places qu'ils occuperaient dans l'éventualité d'une victoire de la gauche en 2012?

 

Moi, personnellement, je redoute qu'il s'agisse d'une union d'apparence. Ils sentent que le discrédit du sarkozysme va, par

manque d'une autre possibilité profiter à l'opposition qui reviendra mécaniquement au pouvoir.
Les appétits s'aiguisent, les "présidentiables" piaffent: ce "beau" monde sent les ors de la République à portée et les

ministères, les prébendes et l'apparat aussi.
Crois-t'on qu'un Fabius qui ne pense qu'à "ça" depuis 1986 va laisser passer son tour même s'il est le seul, dans le pays, à avoir envie de le voir dans un gouvernement?
Croit-on que les quadras, les apparatchiks et les courants vont rester sages alors que le pouvoir repasse à leur portée?
j'en doute.
Hégémonique, dogmatique, persuadé de détenir la vérité révélée et d'être "le parti des honnètes gens" (Pierre Mauroy, 1984), le PS remplacera l'UMP et, de ce fait nous aurons une amélioration, un mieux être.
Espérons que ça ne s'arrètera pas là et qu'on assistera pas à un remake de "Thriller" de Michael Jackson avec les Fabius, Lang, Guigoux, Vaillant, Jospin, Bartolone etc dans le rôle des morts vivants.
Leur danse risque d'être un peu ennuyeuse sur la durée.

On parle de "désir" de gauche, de désir politique: il me semble qu'on désire surtout que le président actuel soit battu

mais que son successeur soit digne de la fonction et de notre envie de voir la politique menée prendre en compte nos souhaits prononcés.

Partager cet article

Repost0
25 août 2010 3 25 /08 /août /2010 14:33

Attention: lieux communs.

Je suis toujours étonné lorsque j'observe mesenfants, adultes maintenant.
J'essaie de ne pas me laisser aveugler par l'immense tendresse que j'éprouve pour eux et de les regarder

pour ce qu'ils sont.

Mon fils est un homme et pourtant je revois par moments le petit garçon si adorable qu'il était. Je surprend

chez lui des attitudes qu'il a toujours eues et que j'aimais.
J'aime ce qu'il est devenu et la permanence de ce qu'il était qui apparaît ainsi de temps à autres. J'aime sa

personnalité  forte et joyeuse ainsi qu'une insolence qui affleure.
Ma fille est d'abord une beauté. Ce n'est parce que c'est ma fille que je le dis: c'est l'homme que je suis qui

le remarque. Son regard est doux mais fait transparaître une grande détermination.
Sa silhouette est gracieuse et sa démarche magnifique:on dirait une danseuse qui vient de lâcher la barre.
Les traces de son enfance sont moins visibles que chez son frère: la petite fille n'a pas été soluble dans la

femme qu'elle est devenue. Ni sa joie de vivre, ni son espièglerie ni sa force n'ont survécu à son adolescence.
Soucieuse, la jeune femme est cependant le rire au bord des lèvres et elle ne connaît pas encore bien le

pouvoir de son immense charme. Elle a perdu sinon le goût du bonheur du moins celui de l'attirer à elle.

Tels qu'ils sont je suis à la fois fier d'eux et intimidé. J'éprouve le sentiment paradoxal de leur devoir quelque

chose: comme de me pardonner de n'avoir pas été parfait et d'être un peu responsable de ce monde qui

ne les mérite pas.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages