Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 novembre 2012 5 23 /11 /novembre /2012 07:21

S'il y a -après Copé- un homme politique qui me révulse c'est bien lui.
Je n'y reviendrais pas: j'exècre ce qu'il fût et ce qu'il est.
Cela ne m'empêche pas d'être objectif et de reconnaître qu'il m'a

littéralement bluffé avec son fameux "Cabinet des douze" sous-titré

"Regards sur des tableaux qui font la France".

Et là on a un autre Laurent Fabius: un homme qui s'exprime avec

respect pour ses lecteurs, sans faire trop savant mais en ne retenant

pas sa plume, qui montre une connaissance impressionnante mais

pas pédante, donne des avis personnels et cependant universels et,

surtout, qui montre de réels goûts personnels qui ne sont ni affectés

ni évidents. Pas de jugement mais des explications et un avis qui
ne manque pas d'intérêt. Et du respect! on est loin du regard

méprisant du tribun politique.

On m'aurait dit que Laurent Fabius parlerait si bien de Hergé et de

"Tintin" je ne l'aurais jamais cru. On m'aurait dit qu'il ferait une sorte

d'explication de texte des portraits de gouvernants en s'arrêtant sur

Charles VII et en terminant son exposé par les photos officielles de

Mitterrand et Sarkozy, sans critique et juste pour en expliquer les

ressorts cachés, jamais je ne l'en aurais cru capable.

J'ai été ébloui qu'il cite longuement Caillebotte et qu'il parle de "Au

lit" de Vuillard.
Son explication du Napoléon 1er, empereur de Ingres est passionante.

Même ce qu'il dit sur Picasso sort des analyses cent fois entendues.

Ce livre est une révélation et un plaisir.
Fabius a même réussi à me faire comprendre que Bacon et Soulages

doivent être "vécus" plutôt qu'étudiés et que, dans les deux cas, ce sont

deux peintres exceptionnels.

J'ai d'autant plus de mal à comprendre comment cet homme a pu

pendant tant d'années fréquenter des Bartolone et autres hierarques

du PS... Une ambition le tenait qui en a probablement étouffé d'autres

bien plus légitimes.

 

Laurent Fabius Le Cabinet des douze (Regards sur des tableaux qui

font la France) Ed Gallimard Témoins de l'Art.

Partager cet article

Repost0
22 novembre 2012 4 22 /11 /novembre /2012 07:02

Ainsi l'UMP s'est donnée un nouveau chef en la personne de Jean-François Copé.
Mal élu, à l'issue d'une campagne interne dont on a malheureusement été informé

de bout en bout, Copé a montré qu'il ne reculait devant aucune bassesse pour flatter

le "petit blanc" qui sommeille en l'électeur de droite.

Je ne suis pas plus surpris que ça que le peuple de droite se reconnaisse en des

voyous comme Copé et les Le Pen père et fille. On se vouvoie, on va à l'église

et on inscrit ses filles aux rallyes mais on ne déteste pas être représentés par des

arsouilles. Bon! j'exagère; le serre-tête noir en velours* n'est pas le signe de

reconnaissance de toute la droite!

Pour connaître le visage protéiforme des "copéistes" il faut et il suffit de lire le

Figaro et son "courrier des lecteurs".

Avec ses arguments sous la ceinture et ses lieutenants insortables Copé fait du

sous-Sarkozy et espère  -Merci Buisson- être capable d'être élu avec une majorité

UMP-FN en 2017 ou 2023.

C'est, comme il le dit lui-même "la droite décomplexée", qu'il faut traduire par: Travail

famille patrie et comptes en Suisse.

En fait la droite "décomplextrème" montre que le fameux cordon sanitaire entre les

libéraux et les fachos n'existe presque plus. Le sabre et le goupillon reviennent en

force chez ceux qui, d'un trait, oublient et Pétain et l'Algérie Française.
Simple histoire de calcul: ce qu'ils gagneront à droite ils le perdront à gauche et au

centre. Mathématiquement ils se trompent en pensant qu'UMP + FN = +50%.

Jamais ce calcul là ne se vérifiera.

Copé c''est un Mitt Romney sans l'élégance, un Sarkozy sans la grossièreté. Une sorte

de Juan Peron maigre dont Morano serait la Evita.
On a les pampas qu'on peut et les dirigeants qu'on mérite!

 

PS: dernière minute. J'ai dû me pincer en voyant que 3 des soutiens de F.Fillon donnaient

une conférence de presse pour contester les 298 voix d'avance de Copé et en revendiquer

26 pour Fillon.

Mais sur quelle planète vivent ces gens?

J'ai lu aussi** que l'ancien président de la république répudié avait beaucoup aidé le clan

Copé. L'auto- neutralisation de ses deux successeurs potentiels rendant, selon lui,

possible sa candidature en 2017.

Mais dans quelle galaxie vit-il?

 

 

*   il y en a aussi de très jolis écossais à dominante bleue.

** Le Nouvel Observateur 22 nov 2012 page 46 "Sarkozy ravi" par Carole Barjon.

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 10:07

Toute la journée du 19 novembre j'ai été de mauvaise humeur. J'ai grogné contre

tout et tous et mon humeur de dogue a eu besoin de la nuit pour se dissiper.
Je n'ai pas eu à chercher bien loin pour en comprendre la raison.
Il était une fois, il y a bien longtemps dans la forêt de Louveciennes, à l'auberge

du "Coeur Volant" j'avais épousé ma princesse.

C'était un 19 novembre .
Comme dans les contes de fées nous vécûmes longtemps (à peu près) heureux

et eûmes sinon beaucoup au moins deux beaux enfants qu'on n'appela ni Hansel ni

Gretel.

Jusque là l'histoire se tient.

Comme tout le monde nous eûmes des soucis avec les belles mères (deux

sorcières qui trouvèrent d'autres moyens que des pommes contaminées pour nous

empoisonner la vie!), les carrosses (je suis un mauvais cocher préposé aux Malus),

l'éducation des princes (plus tournés vers l'informatique et les roturières que les

études et les bals pour lui, le hard rock métallique et les Doc Martens plutôt que la

valse et les souliers de vair pour elle) et tout à l'avenant.

Notre histoire se réduisit aux acquêts (un bric-à-brac fort peu princier) et nos beaux

serments se firent la malle, même pas décorée par Louis Vuitton.

Comme le chantait la chanteuse qui voulait ressembler à Marion Cotillard rien de rien

je ne regrette rien mais, les 19 novembre, toute ma royal highness reste tourneboulée.

 

Plus sérieusement je garde un souvenir prégnant du froid qui tomba avec la nuit, du

fou-rire de ma mère et de sa cousine en voyant leurs maris marcher devant elles

("nos vieux" persiflaient-elles), de la splendide et non conformiste robe folle d'Elodie, du

champagne qui m'avait littéralement "cueilli à froid" à l'entrée de l'auberge, des nouveaux

beau-frère/belle-soeur tombés dans l'amidon, des photos composées de Gérard et

de toutes les jolies filles présentes et... de l'Hôtel Bassano qui, pour la nuit de noces

avait prévu des lits 1 place pas jumeaux et éloignés de 100m.

J'avais aimé le déjeuner informel et Mauricien aux "Filaos" et ai une tendresse toute

spéciale pour les samossas depuis.

Les 19 novembre se suivent et ne se ressemblent pas. Les fleurs ne volent plus

(avec leur vase) d'ailleurs il n'y a plus de fleurs.

Le 19 c'était l'anniversaire de tout cela et mon "inconscient" voulait me le rappeler; 

cela clouera le bec à celles et ceux qui pensent que ma mauvaise humeur

s'auto-alimente!

 

 

 

Partager cet article

Repost0
20 novembre 2012 2 20 /11 /novembre /2012 08:01

Se mettent en place les éléments censés opérer à la "magie de Noël". Une sorte de

fête païenne organisée par Leclerc et Carrefour.
Et le Conseil Général qui profite de la période pour essayer de refaire le coup de la

canicule en empoisonnant les vieux dans les maisons de retraite avec d'innomables

chocolats payés par notre taxe locale à des confiseurs spécialisés dans le béton le

reste de l'année.

 

Les camions ont fini de décorer les grandes rues de la ville avec leurs guirlandes

défraîchies tandis que les rond-poinds stratégiques s'ornent de décorations florales

à faire frémir l'homme (et la femme) de goût.

 

De Paris à Moche les Grands Clapiers chaque place de l'Hôtel de Ville accueille ses

petits châlets en bois du village de Noël.
On vous y vend des futurs cadeaux qui connaîtront le purgatoire d'un tiroir puis l'enfer

(mérité) d'un sac poubelle noir comme l'âme de celui qui vous a offert un de ces

présents aussi incongru qu'inopportun: ouvre-bouteille électrique, étui à lunettes

équitable, boîte à musique jouant "la maladie d'amour" de Sardou ou "Il pleut bergère"

du pauvre Fabre d'Eglantine (une sorte de justification de son raccourcissement

pendant la Révolution!) et, naturellement, le faux Laguiole dont l'abeille prend la

tangente au premier lavage, le pot de miel artisanal venant de Seine St Denis,

les jouets en bois (ah! le petit train dont les wagons forment votre prénom!) et les

tee-shirts Che Guevara ou Bob Marley.
La magie de Noël s'empare de la ville vous dis-je: les vitrines s'ornent de livres dont

vous vous dites: "pourvu que personne n'ait l'idée de me l'offrir" (une biographie de

Aznavour, les mémoires de l'homme parachute,  Le dico des James Bond Girls

(ça existe!), le robot cuisine 103 fonctions orange fluo ou la cigarette électronique

rechargeable.

Gardons nous d'oublier les bijoux artisanaux d'Amérique du Sud fabriqués par

des Coréens du Nord en Chine septentrionale.

A leur mauvaise humeur habituelle les commerçants ajoutent l'ironie de coller une

étiquette plaisir d'offrir sur votre paquet de coquillettes ou les croquettes

du chat.

Fausse neige, faux pères Noël mais vraies arnaques estampillées fêtes de fin

d'année. Vous n'échapperez pas au bonnet de père Noël à pompon (il peut être

lumineux, notre époque met des LED partout), au vin chaud (du Kiravi bouillant)

au chapon et à la dinde (et je ne parle pas de votre voisine de palier) et bien sûr

au foie gras artisanal qui a la consistance du joint de baignoire et le goût du

Chewing gum Hollywood multifruit.
Joyeux Noël! Un mois plein de magie commerciale: nous sommes gâtés.

 

 

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 08:24

Ce matin, en allumant la radio j'a dû me pincer en entendant l'info selon laquelle à

l'UMP les "élections" n'avaient pas permis de désigner un vainqueur.
Pire une déclaration grotesque de Zantafio Copé (Zantafio est le cousin dictateur de

Fantasio dans l'excellente BD "Le Dictateur et le Champignon" de Frankin parue en

1953) se proclamant vainqueur et prodiguant généreusement sa compassion pour

François Fillon alors que les voix n'étaient pas toutes décomptées m'a stupéfait.


Je n'étais pas au bout de mes peines! un reportage enregistré à 3H00 du matin dans

la nuit de dimanche à lundi faisait entendre les fillonnistes exigeant de pouvoir entrer

au siège de l'UMP tenu par les troupes de Zantafio.

 

Une honte, un peu d'écoeurement et de l'accablement; voilà ce que j'ai ressenti en

entendant ces informations. On ne parlait ni du Nicaragua ni du Cambodge de Hun

Sen.

Mais bien du principal parti d'opposition de la France...

 

Au PS on a fait profil bas et on a bien fait. Personne n'a oublié le hold up de Reims en

2008 qui a vu Martine Aubry et les "éléphants" confisquer à Ségolène Royal sa victoire

au points. Martine Aubry a été première secrétaire grâce à une tricherie indigne et  la

France n'a pas oublié le tour de passe-passe qui a vu un parti entier accepter une

fraude digne de l'élection de Ouattara contre G'bagbo en 2010.

Ni plus, ni moins.

Ces gens-là ont une conception de la démocratie qui est tout sauf...démocratique. On

s'étonne que les Français s'intéressent de moins en moins à la politique mais la

présidence de Sarkozy et ses innombrables excès, le non renouvellement des cadres

(songez que Fabius et Juppé sont encore là!), les privilèges dont ils disposent et les

mensonges dont ils nous abreuvent ont de quoi révulser l'électeur le mieux disposé.

 

Si l'on ajoute qu'on peut craindre de la corruption ou, à tout le moins, beaucoup

d'incompétence on ne s'étonnera pas de l'instabilité du corps électoral.

Rapprocher les deux mots "Copé" et "Gaulliste" suffit à montrer la distance abyssale

qu'il y a désormais entre ceux qui aspirent à gouverner et ceux qui l'ont fait au sortir de

la guerre.  de Gaulle n'aurait sans doute pas pris Copé comme conducteur de son

command-car!

Je doute fort que Jaurès aurait confié la moindre mission à Harlem Désir, sauf,

peut-être, d'aller lui acheter le journal le matin.

 

Ce navrant spectacle de l'élection UMP montre (à mes yeux en tous cas) que ce parti

a subi une violente et profonde dénaturation depuis l'élection de N.Sarkozy à sa tête.
Des gens comme Buisson et leur folle idée de rapprochement avec les idées de

l'extrême droite ont éloigné pour longtemps les électeurs modérés qui votaient Barre

ou même Chirac il n'y a pas si longtemps que ça.
Un électeur de Raymond Barre, j'en suis convaincu, ne se retrouvera jamais dans l'UMP

de Copé-Morano-Balkany-Ciotti-Estrosi and Co. Jamais!

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
19 novembre 2012 1 19 /11 /novembre /2012 07:15

Il y a de ça des années j'avais lu un livre d'Alphonse Boudard dans lequel, à un moment,

il disait que la différence entre le monde des truands et celui des autres gens tenait à la

capacité des seconds, les plus nombreux, à accepter de donner plus des 3/4 de ce qu'ils

avaient à l'état Moloch qui n'était jamais rassasié.

Si j'ai bonne mémoire (et j'ai bonne mémoire) les contribuables ordinaires répondaient

au nom de "caves".

Et si on y réfléchit bien, en ce moment qu'arrivent en queue de peloton les taxes locales

accouplées à la redevance de l'audiovisuel la remarque était frappée au coin du bon sens.
La rentrée, comme tous les ans, a asséché les finances de chacun comme jamais à cette

période.
Malgré la fable des prélèvements obligatoires qui tourneraient autour de 47% il n'est pas

besoin d'être expert pour voir que la réalité doit tourner autour de 75-80%.

Entre les cigarettes des fumeurs qui viennent d'augmenter, l'essence qui ne redescend pas,

le gaz et l'électricité qui voient leurs tarifs progresser discrètement mais inexorablement, les

charges locatives qui font la culbute, les contraventions qui pleuvent et les radars qui les

alimentent pulluler le contribuable moyen se demande s'il a intérêt à "travailler plus pour

gagner plus". En effet, chacun a pu le constater, quelques dizaines d'euros en plus sur la 

feuille de paie risquent  fort de se trouver entièrement repris par les charges sociales, les

impôts et mille autres taxes ou plafonds.

Dans un foyer fiscal le second salaire sert désormais à payer l'ensemble des impôts,

factures, notes et amendes tout au long de l'année. Frustrant!

Un journal est tenu, régulièrement, de publier ses comptes. Le nombre de lecteurs, le

nombre d'exemplaires vendus en abonnement et au numéro en kiosque. La moindre

société doit tenir ses comptes et ceux ci doivent pouvoir être consultables sous peine

d'amende.
Pas l'état qui dépense sans que nous ayons une vue d'ensemble. On sait que Tapie

(c'est un exemple) s'est vu reconnaître par l'état un dédommagement en dommages

intérêts.
On peut trouver saumâtre d'avoir contribué au renflouement de ce triste individu.

Il y a tant de cas où les finances publiques jettent -ou semblent jeter- nos contributions

au caniveau qu'on finit par se demander s'il est raisonnable de les donner ainsi à un

état qui les gère si mal.
Populisme et poujadisme me rétorquera-t'on! sans doute.

Mais moi qui suis sans doute le pire gestionnaire qui soit si je m'étais endetté comme

le fait Bercy, si je vivais à crédit comme l'état et si je gérais mes budgets comme ils le

sont au niveau national je serais à La Santé, interdit bancaire et ruiné pour 3 générations.

Les donneurs de leçons sont malheureusement aussi ceux qui nous rançonnent et la

seule alternative qui nous reste est l'exil fiscal ou l'accablement d'être obligé de rester dans

un casino géant où l'on perd à tous les coups.
Ce que l'état nous laisse avec une générosité qui l'honore ce sont les aigrefins assureurs,

avocats, plombiers, garagistes et autres escrocs légaux qui nous le prennent.
Ma bonne dame je vais de ce pas boire ce que j'ai réussi à soustraire à la rapacité des

voleurs ci-dessus listés. Le barman est un des rares à donner quelque chose en échange

de nos euros.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 09:45

Il ne faut pas généraliser, je sais.
Il faut se méfier des idées toutes faites. Je sais aussi.
Il faut se protéger du mépris et essayer de comprendre. Je le sais toujours.

Il n'empêche que je comprends (presque) les progressistes de ce pays qui préfèrent

idéaliser un improbable étranger mythique que le prolétariat bien de chez nous.
On dira ce qu'on voudra mais le parfum d'aventure collera plus à l'Afghan qui passe

qu'à l'ouvrier Français qui se shoote au foot, au loto sportif, aux promos d'hypermarchés

et à TF1.

Avec son inculture revendiquée, ses idées parfois racistes mais toujours primaires et

sa façon d'accuser toute l'humanité de sa stagnation il est souvent insupportable le prolo

du cru.

 

Pour une raison que j'expliquerai ultérieurement, j'ai vécu une courte mais intense

expérience qui m'a fait travailler avec des spécimens. Elle m'a dégoûté  de leur veûlerie,

de leur hypocrisie et, pour tout dire, de leur bassesse.

Mon expérience est trop limitée dans le temps et en nombre mais parmi ceux que j'ai

rencontrés aucun ne sortait de la caricature. Sauf un jeune black que tout le monde

appelait "Djibril" (son nom de famille est Cissé!) et qui était au milieu des autres

comme un chien dans un jeu de quilles. Trop intelligent, trop éduqué.

 

Ce disant je comprends que je vais m'attirer les foudres des bien-pensants de mes

(trop) rares lecteurs. Comment? il n'est pas magnifique l'ouvrier Français? il n'est

pas stoïque sous les coups du patronat suceur de son sang?

 

Eh bien non! en 2 mois j'ai vu plus de médiocrité, de reptations misérables et de

nullité assumée que dans toute ma longue expérience professionnelle.

 

Pour retrouver autant de cons sur une surface aussi réduite il me faut remonter aux temps

peu amènes du service militaire. Machisme stupide, vulgaire et assumé et bêtise crasse

n'étaient donc pas l'apanage exclusif des "appelés du contingent"; ils sévissent toujours.

 

Je reconnais que les dés étaient pipés dès le départ et que j'ai dû faire sonner leurs

alarmes intimes.

En effet je suis, comment dire, légèrement différent de ce portrait. bref... j'ai tout du

mouton noir.

Je l'ai déjà dit le football ne m'intéresse pas et je préfèrerais toujours Haydn à Johnny.

Dans ces conditions, même en étant discret et aimable j'ai été rejeté comme on recrache

un noyau de cerise.

Tout corps étranger introduit dans un organisme qui ne le reconnaît pas sera

impitoyablement rejeté. C'est une loi de la nature. Dans les relations sociales il n'existe

pas de ciclosporine . Hélas.

Ca ne remet  pas en cause ma position qui est celle du "cul entre 2 chaises". J'abhorre

les gibiers de sacristie qui baissent les yeux devant des statues en plâtre mais les

ouvrent pour juger ce qui se passe chez les autres, les militaires à casoar, les capitaines

d'industrie plein de morgue et de mépris, les bobos replets et les bourgeoises à marques.

A mes yeux la jeune mémère à foulard Hermes, sac Vuitton et Austin Mini est aussi

insupportable que le beauf en survêt', pack de bières dans une main et ticket de loto à

gratter dans l'autre.
J'exècre aussi le bas du panier avec tout son folklore "ouvriériste" et ses valeurs mitées.

 

En cas de guerre civile ce sera pratique: les deux camps voudront m'éliminer!

 

J'ai conscience qu'il y a des "travailleurs manuels" remplis de talents et qui sortent des

stéréotypes. Je ne les ai hélas pas rencontrés cette fois-ci.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
16 novembre 2012 5 16 /11 /novembre /2012 07:35

Il me semble qu'on veuille (qui?) remettre sous les feux de la rampe l'un des

pires chanteurs (enfin... C'est ainsi que ça s'appelle) que notre pays, qui en a

pourtant supporté pas mal, et des croquignolets, ait eu à connaître.

 

Pas de suspens, je donnerai tout de suite son nom, c'est l'éprouvant Jean

Jacques Goldman.

 

Ce consternant bipède a squatté les premières places des hits parades

hexagonaux pendant les terrifiantes années 80 et on lui doit les titres les plus

imbéciles (l'olibrius n'a t'il pas appelé un de ses albums "chansons pour les

pieds"!!!) chantés avec la voix la plus insupportable qu'on ait entendue de

mémoire d'homme.
"Envole moi", "Je marche seul" et autres fadaises ont pollué les années 80

avec application. Il était partout, bourré de bons sentiments et de bonne

conscience et la plupart des imposteurs du show-business chantaient ses

"textes". L'effroyable Céline Dion et l'impossible Johnny chantaient du Goldman.

Les "enfoirés" c'était Goldman. L'Ethiopie c'était Goldman, les restau du coeur

c'était Goldman....

Des chansons consternantes (Ouh, le racisme c'est pas beau, la solitude

c'est triste, Si j'avais été Allemand j'aurais peut-être choisi le mauvais côté)

des orchestrations FM démodées à peine jouées,une production à la Grosse

Bertha et cette voix... cette voix....


Quand, enfin, il a un peu moins trusté les places des charts j'ai cru que son

étoile avait pâli et que le pays s'était rendu compte qu'un mec qui chante :

"Elle met du vieux pain sur son balcon/pour attirer les moineaux/les pigeons/

Elle vit sa vie par procuration/devant son poste de télévision

méritait un oubli douillet mais définitif.

 

Et on ressort ce navrant zéro de la naphtaline! . Dans un pays qui a eu Claude

François et Sheila comme vedettes il ne faut s'étonner de rien et Raphaël est

là pour montrer qu'on a toujours aussi peu l'oreille. Mais Goldman....

 

Rien ne justifie qu'on le ressorte de l'oubli dans lequel il était justement tombé.

C'est mon avis et je le partage!

 

PS qui n'a rien à voir: Avant c'était l'affreux Guéant qui prenait un air de

circonstance quand un Corse était transformé en écumoire. Maintenant

c'est Valls. C'est un changement, certes, mais infinitésimal.

 

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2012 4 15 /11 /novembre /2012 07:47

Parfois je suis aussi un peu morbide. Encore un défaut dont je ne suis pas fier.
Lorsque j'ai su que Michael Haneke (celui des deux "Funny Games") avait réalisé

un film sur la fin d'un vieux couple touché par l'âge et la maladie j'ai pensé qu'il y

avait de fortes chances que je figure parmi les spectateurs qui se déplaceraient

pour voir sur un écran ce qu'ils fuient ailleurs.

J'ai résisté mais j'ai fini par y aller.

J'ai donc vu le film qui est au delà de la critique cinématographique. Ou plutôt qui

est plus que du cinéma. Naturellement c'est admirablement "joué" (interprété est

le mot qui convient) par le trio Jean-louis Trintignant/Emmanuelle Riva/Isabelle

Huppert auxquels il convient d'ajouter un pigeon (l'oiseau!) et Alexandre Tharaud

dans son propre rôle.

Le décor est admirable: cet appartement parisien haussmanien dans un quartier

qu'on devine (très) aisé est parfait. Patiné ce qu'il faut et tout y semble juste.
Vaisselle, meubles, photos, disques (on est chez des musiciens) et lumières:

l'appartement où se déroule l'action semble avoir vieilli avec les acteurs.  Même

la salle de bains, dans sa vétusté chic est criante de vérité.

L'actrice principale est au-delà de l'appréciation. Pendant tout le film on l'admire

d'être si vraie tout en se demandant comment elle peut anticiper sa propre fin de

vie avec une telle impudeur.
Trintignant incarne ce mari qui voit la femme de toute sa vie partir et il est à la fois

solide et pathétique.
Quant à Huppert j'ai déjà dit ailleurs que je la considérais comme la meilleure actrice

qui soit. En quelques apparitions (elle ne fait qu'une participation) elle est cette

fille compliquée et bouleversée et qui a des griefs jamais exprimés contres ses

parents.

En fait, et je pense que c'est le souhait du metteur en scène, nous sommes des

voyeurs et cette position est magistralement démontrée par la séquence d'ouverture

pendant laquelle nous sommes au théâtre, voyons les spectateurs s'installer, nous

découvrons soudain le couple Trintignant/Riva, la salle applaudit et on pourrait

penser que c'est nous qui le sommes.

C'est un film assez lent et certains passages semblent presque ralentis. A dessein

sans doute. Par exemple lorsque Trintignant, une fois sa femme morte, étête des

fleurs dans l'évier. Cette séquence dure et l'on se demande pourquoi.

Même chose pour ce pigeon qui, par deux fois, pénètre dans l'appartement . 

Le film a obtenu la palme d'or au dernier Festival de Cannes. Je ne saurais dire

si elle est méritée: le film est trop dérangeant.
Par contre je me réjouis qu'au même moment on puisse voir "Amour", "La part des

anges", "Capital" et "Argo" . Tant qu'il y aura autant de choix différents le cinema

restera vivant.

 

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2012 3 14 /11 /novembre /2012 07:09

Notre époque résumée en 10 minutes d'émission télévisée. La 5 et l'émission

"C à vous" reçevaient Françoise Hardy (dont je pense le plus grand bien de ses

disques) avant-hier lundi 12 en début de soirée.


Je ne l'aurais pas regardé mais on m'a gentiment appelé pour me prévenir.


Donc, l'animatrice, Alessandra Sublet, une jolie et gentille jeune femme, avait

Françoise Hardy sur son plateau.
Que croyez-vous qu'elle fit? exactement TOUT ce que la chanteuse a dit détester

dans son livre de souvenirs et dans d'autres interviews.

 

- qu'on lui parle de son physique ("Comme vous étiez belle"!)

- qu'on parle de son disque sans l'avoir écouté (c'était flagrant, Alessandra Sublet

   n'avait écouté qu'un titre du CD

- qu'on lui parle de "Tous les garçons et les filles" qu'elle renie en pensant qu'elle

   a écrit beaucoup mieux depuis

- qu'on lui ressorte toujours les mêmes anecdotes et/questions

- qu'on attribue le mérite de ses chansons non à elle qui les compose mais aux

  "jeunes" qui l'ont aidée (et dont les noms font tilter l'égo de Miss Sublet, Calogéro

   ou Julien Doré dans le cas présent).

 

Elle a eu droit à tout. Et même à la question enregistrée d'un ancien invité! Elle

cachait mal son dépit et semblait malheureuse d'avoir une fois de plus la sensation

d'être tombée dans un traquenard.

 

Alessandra Sublet est bien sympathique mais elle fait du "sous-Grand Journal"

avec les mêmes tics métiatiques. Elle ne prend pas la peine de s'informer sur

ses invités et pose les mêmes questions que 99% de ses confrères de la presse

parlée, écrite ou télévisée.

Quand elle tombe sur un "bon client" (celui ou celle qui accepte de faire la promotion

de Mme Sublet (car c'est de celà qu'il s'agit) tout se passe bien. Lorsque l'artiste se

cabre et fait remarquer qu'il est stupide de poser de telles questions on a la nette

impression que l'émission verse dans le fossé.
Françoise Hardy n'a pas hésité à dire à Alessandra Sublet qu'elle n'avait pas compris

une de ses réponses, qu'elle n'avait sans doute pas lu son livre et qu'elle avait eu

un singulier manque d'imagination en ressortant cette archive que la chanteuse ne

supporte plus. Rien n'y a fait: on sait avec certitude que le prochain ou la prochaine

invité(e) aura droit à ce traitement aussi creux que grossier.

Pourtant il y avait matière à réflexion quand Françoise Hardy a dit que si elle avait été à

la place de Calogéro et avait écrit "Pourquoi vous" elle ne l'aurait certainement pas

donnée à un autre artiste ou quand elle a dit qu'elle avait composé de très bons titres

("oui, lesquels selon vous?)... Mais non! on a eu droit au 10' de soupe avant la soupe.

Le jour où, sans être grossier ni cireur de pompes un animateur fera son métier (qui

implique qu'il choisisse ses invités!) on fera un pas remarqué vers la qualité.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages