Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 septembre 2020 1 28 /09 /septembre /2020 07:00

Ce mardi 22 septembre j'ai écouté, dans la voiture, un monument de finesse diffusé dans le cadre "d'affaires sensibles" l'émission toute en nuances de Fabrice Drouelle. "Tournage à racisme-sur-mer" en était le sous-titre et elle était consacrée au film d'yves Boisset "Dupont-Lajoie" sorti en 1975.

A cette époque Yves Boisset faisait des films coup-de-poing sur des thématiques brûlantes. Son cinéma était certes engagé mais efficace, donneur de leçons mais réaliste et enfin il dénonçait d'authentiques situations insupportables.

Prenant prétexte de "ratonnades" sordides dans le Midi Boisset dénonçait une France pépère, pas futée et travaillée par le racisme. Pour enfoncer le clou les personnages étaient très typés, Lannoux en ex-commando, un huissier suisse cauteleux, un cafetier borné etc. Il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre. Des bas de plafond que la télévision abrutissait (Jean-Pierre Marielle en animateur de jeu inspiré d'Intervilles, suant la bêtise satisfaite d'elle-même). jean Carmet y campait un Français (très) moyen qui cumulait toutes nos soi-disant tares nationales. Dont un racisme gluant et meurtrier.

Malgré cela le film était une sorte de comédie de mœurs bien vue (que la veine "Camping" a réutilisée). Certains dialogues faisaient mouche et le film glissait brusquement sur l'ignominie: le viol d'une jeune fille par Carmet l'attaque des maghrébins par les vengeurs abrutis et criminels du camping. Le film était manichéen mais intéressant. Quelquefois il faut un marteau-pilon pour écraser un clou.

A son habitude Drouelle a laissé entendre que la France était raciste et se livrait aux "ratonnades" dès qu'on lui en laissait le loisir. Il a parlé de nos compatriotes comme s'ils étaient en majorité des fachos à la libido mal assumée.

C'est l'objet de ce post. je n'ai jamais supporté que la Gauche et ses dirigeants croient disposer de la morale. A les écouter le Bien est de leur côté  et quiconque ne soutient pas "les forces de progrès" (= eux) est un extrémiste de droite factieux et potentiellement génocidaire...

Drouelle, ce petit animateur des après-midi bien-pensants d'une radio du service-public croit encore, sans doute, à la grande lueur à l'Est, aux matins qui chantent et à l'aube rouge du prolétariat. Cette monomanie se soigne t'elle? pas à la maison de la radio en tous cas!

 

Partager cet article

Repost0
25 septembre 2020 5 25 /09 /septembre /2020 08:53

Il y a quelques jours j'ai entendu Me Georges Kiejman dire que "la télévision est un instrument culturel". Cette assertion m'a fait m'étrangler.

Et puis, moins d'une semaine après, j'ai regardé sur la chaîne Histoire un document sur le Château de Marly qui m'a comblé. 1 heure de paroles intelligentes, d’images superbes et au bout une connaissance nouvelle sur un château-fantôme dont il ne reste qu'une partie du parc "à la Française".

J'ai une tendresse particulière pour Marly qui, avec Versailles et Saint-Cloud était un but de promenade dominicale de mes parents lorsque j'étais enfant.

Kiejman avait partiellement raison: la télévision PEUT être éducative, elle l'est parfois.

Pour qui a un peu regardé la télévision en Espagne, aux USA, en Grande-Bretagne et ailleurs il est évident qu'elle semble, comme en France, se résumer à des images stupides, des jeux imbéciles et des publicités envahissantes.

On peut cependant observer qu'elle n'est pas un instrument de propagande politique (même si certains l'avaient envisagé) ni une absolue machine à décerveler (parfois on peut se poser la question). La télévision est juste, comme la musique d'ascenseur ou la voiture individuelle un marqueur sociétal et un objet intégrateur.

Je m'explique. Quand on voit des grands types chaussant du 45 s'attendrir devant les "chevaliers du Zodiaque", "Goldorak" ou "Casimir" tandis que leurs parents portent le deuil de Diana Rigg alias Emma Peel on comprend que la télévision donne, jour après jour, consistance au joint "culturel" qui unit les Français entre eux.

Ce n'est déjà pas si mal...

 

 

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2020 4 24 /09 /septembre /2020 07:00

Il faut se pincer pour le croire. Les charts britanniques ont "Goats Head Soup" des Rolling Stones comme album le plus vendu en ce début septembre.

Je me souviens comme si j'y étais qu'en 1973, date de la sortie de cet album, le 45 tours "Angie" en avait boosté les ventes qui, à Noël en faisait le cadeau sinon idéal du moins évident.

Après la passe des 5 des somptueux et indépassables disques du groupe ("Beggar's Banquet",, "Let it Bleed", "Get yer ya ya's out!", "Sticky Fingers" et "Exile on Main St" cette "soupe à la tête de chèvres" avait un goût désagréable de perte de contrôle, de ratage.

Oh!, les Rolling Stones allaient faire tellement pire que celui-là, à tout prendre, n'était pas si mauvais et contenait quelques gemmes ("Winter", "Hide your Love") mais c'en était fini de la grande époque où chaque album laissait ahuri et heureux devant le renouvellement, la maestria et la puissance des Stones.

47 ans après, en glissant deux "inédits" mal-foutus et trois versions différentes de titres déjà sur l'album original on ressort le disque et voilà les clochards friqués (qui se détestent et ne se  voient qu'en présence d'avocats et/ou d'hommes d'affaires) parti faire les "putes" pour vendre une vieillerie comme du neuf.

Et ça marche!!!!!!!!

Je crois pouvoir écrire que, pire que toutes les autres,  l'industrie musicale est le plus grand racket légal (après les impôts) de l'Histoire.

Et ma génération, imitée par les suivantes, est peuplée de gogos ravis d'être pris pour d'inépuisables vaches à lait.

 

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2020 3 23 /09 /septembre /2020 07:00

Un samedi matin nous sommes allés à la concession Toyota, ayant été contactés par la commerciale pour essayer la nouvelle Yaris Hybride.

La nôtre n'a que 2 ans mais l'argument selon lequel le moteur principal électrique fonctionnait prioritairement jusqu'à 80 km/H au lieu de 50 avait touché.

Donc nous sommes reçus au milieu d'un parterre de voitures rutilantes dans un show-room de cathédrale tout en vitres.

La vendeuse commet alors la bêtise incroyable de s'adresser à moi en priorité. Pire, à moi elle donne des informations techniques et pratiques tandis qu'auprès de ma femme elle insiste sur le confort ("sièges avant chauffants") qui non seulement ne l'intéressent pas mais la braquent.

Je réussis à calmer le jeu en proposant de faire l'essai de la voiture qui nous vaut d'être là. Plus jolie que notre modèle la nouvelle mouture est un lifting réussi mais un lifting. Il y a ainsi 7 ou 8 millésimes différents de Yaris et les améliorations ne compensent pas le fait que l'industrie automobile fait ainsi pour faire vieillir le parc automobile de manière artificielle. Une sorte d'obsolescence programmée qui ne dit pas son nom.

La voiture est agréable mais apporte peu par rapport au précédent modèle. L'électronique y est encore plus envahissante et il doit falloir du temps pour en maîtriser la moitié. Au musée Aéroscopia de Toulouse j'ai vu des avions récents dont le tableau de bord était moins compliqué!

Nous la conduisons chacun son tour et nous revenons au garage Là la commerciale s'adresse à nouveau plus à moi et nous fait une proposition très peu attractive.

Je le lui fais remarquer mais c'est visible, Toyota n'est pas à une voiture près et le carnet de commande est complet jusqu'à fin décembre (délai de livraison estimé).

J'essaie d'envoyer des signaux à notre interlocutrice mais elle ne les entend ni ne les voit et passe complètement à côté d'une vente facile puisque j'étais décidé et que ma femme l'était presque.

Cette leçon tardive m'a amusé, moi qui ai eu, il y a longtemps, des fonctions commerciales dans lesquelles j'ai eu parfois des résultats...contrastés.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2020 2 22 /09 /septembre /2020 07:00

J'ai acheté la biographie de Louis XVIII par Evelyne Lever que j'ai déjà lue et ne retrouvais plus. C'est une bio "à l'ancienne" qui part de la naissance et se termine par le décès. Je dis cela parce que je ne veux pas décourager ceux qui aiment l'Histoire agitée au shaker.

Le personnage du Comte de Provence n'est guère sympathique et son règne est au mieux méconnu au pire totalement oublié.

Comme Talleyrand (à qui je voue une admiration renouvelée depuis que j'ai lu cet été l'excellent "Talleyrand, dernières nouvelles du diable" de Emmanuel de Waresquiel) le futur Louis XVIII a connu "la douceur de vivre" de l'ancien régime et les transformations considérables de son univers avec la Révolution Française et l'Empire Napoléonien. Pour arriver à régner un jour il a considérablement évolué jusqu'à être un Roi plutôt sage s'il était mal entouré.

Frère de Louis XVI, il a vécu en exil pendant des dizaines d'années en n'oubliant jamais qui il était, ce qu'il représentait et d'où il venait. Le Comte de Provence se sentait, bien que la naissance ne le lui permette pas autant que les circonstances, taillé pour être Roi de France.

Ce sera chose faite en 1814 puis en 1815 après les "Cent-Jours". Vieilli, malade, bousculé par les monarchistes "ultra" son règne sera chaotique et lui-même, au cours d'une fête observera: "nous dansons sur un volcan". Il faudra 6 ans à son frère, Charles X, pour tuer la monarchie parlementaire de la Restauration.

La biographie d'Evelyne Lever donne un éclairage presque intime sur la famille royale, les clans, les discordes et l'inexorable arrivée des temps troublés. Après nous devenons ces exilés encombrants, fiers mais oubliés. Bannis mais redoutés. La chute de Napoléon ramène les Bourbons ("dans les fourgons de l'étranger"). Leurs erreurs conduisent l'ex-Empereur à tenter un coup inutile et terriblement couteux pour le pays exsangue mais la Légitimité (ce mot définit toute la pensée et l'action de Louis XVIII) les réinstalle sur le trône des Lys.

Si le Roi Louis XVIII a "octroyé" la Charte il gouverne en tenant compte de ce qu'il a appris tout au long de son aventureuse vie. Cette Royauté là, évoluant avec le temps aurait peut-être empêché beaucoup de malheurs et de catastrophes ultérieures au pays. Regardez la Grande Bretagne...

La période historique, les hommes et femmes qui la firent, les évènements qu'ils vécurent et le talent de conteuse (et d'Historienne) de l'auteur rendent cette biographie passionnante.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2020 1 21 /09 /septembre /2020 07:00

Dieu sait si je n'apprécie pas Nicolas Sarkozy et la sévérité avec laquelle je le juge, lui, sa présidence et son activité politique depuis sa défaite au second tour de la Présidentielle de 2012.

Je considère qu'il "n’avait pas le niveau" pour être chef de l’État et qu'il a largement contribué à installer la discorde partout. Sa personnalité, ses transgressions, son absence de culture (que Carla Bruni s'est chargée de lui inculquer à marches forcées), son égotisme et son absence d'éducation ont gâché une intelligence certaine, une énergie phénoménale et, laissons lui le doute, une envie de faire du bien à son pays.

Revendiquant son appartenance à la droite libérale de gouvernement il a flirté avec certaines thèses du front national, n'hésitant pas à faire des clins d’œil très appuyés à ses électeurs.

Je constate que, sauf erreur ou oubli de ma part, ce flirt n'a jamais été concrétisé par des accords d'appareils, par des compromissions de parti à parti.

Il a essayé de "siphonner" les suffrages des électeurs du front national, c'est sa tactique. Elle n'a, semble t'il, fonctionné qu'en 2007.

Je trouve absurde -pour rester poli- le procès en intention qu'on lui fait à propos des "singes". On le sait (comment pourrions nous l'ignorer, on ne parle que de ça). Dans l'émission télévisée "Quotidien" Nicolas Sarkozy a laissé parler son inconscient et a fait un amalgame douteux entre nègres et singes. Un amalgame? non, plutôt une association d'idées malvenue mais non réfléchie.

De là à lui tomber dessus avec des accusations de racisme il n'y avait qu'un pas que les Tartuffes insoumis, et les grandes consciences  morales se sont empressées de franchir.

Vous verrez qu'un jour la "Police de la Pensée" existera vraiment! elle fait actuellement ses essais grandeur nature.

 

Partager cet article

Repost0
18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 07:00

J'ai regardé un documentaire sur les "mystères de la mort de Jésus" sur une des chaînes Histoire de la TNT. Ce n'est pas ce qu'il fallait faire pour retrouver le sommeil: il posait tellement de questions que les insomnies étaient durablement installées après le visionnage.

Dérangeant, le film l'était par les nombreuses et importantes questions qu'il soulevait et ne résolvait pas.

Plus anecdotiquement il était aussi perturbant par l'illustration des thèmes qu'il abordait avec un film représentant un Jésus trivial, gros, laid, ayant du  ventre et un regard trop "humain". Bref loin de l’iconographie religieuse traditionnelle mais aussi du "Jésus de Nazareth" de Franco Zeffirelli dont quelques extraits étaient aussi présentés.

Pareil pour ses mains... le Christ est sulpicien et ses mains ne peuvent être de grosses pognes rougeaudes. Du moins me semble t'il..

J'ai retenu que les clous dans les mains, tels qu'ils sont représentés dans toutes les églises du monde, n'auraient jamais, anatomiquement, pu soutenir un homme, même léger, sur une croix. A propos de croix il n'est dit nulle part qu'elle avait la forme que nous lui connaissons. Jésus, montant au Golgotha ne pouvait physiquement que porter la partie horizontale de cette croix. Pour qu’il meure si "vite" il aurait fallu qu'on lui casse les jambes au niveau des tibias (comme on l'a fait pour les deux larrons exécutés en même temps que lui) . Telle qu'elle est représentée la crucifixion aurait duré de 2 à 3 jours avant que le crucifié ne meure!

Dès le procès les erreurs historiques et les imprécisions alertent: la fameuse coutume qui permet à Pilate de se débarrasser à bon compte de Jésus en proposant à la foule de choisir entre lui et Barabas est une invention. Il n'existe aucune trace historique de cette coutume qui permettait qu'on gracie un condamné à la Pâque.

Enfin la résurrection laisse l'historien sans voix: il en appelle à la Foi et dit que ce qui s'est passé dans le tombeau entre le moment où Jésus y a été déposé et celui où on l'a revu vivant n'a eu aucun témoin et ne dépend donc pas du domaine de la recherche.

La thèse iconoclaste selon laquelle le crucifié n'est pas mort sur la croix mais est tombé dans un coma profond dont il s'est réveillé dans la tombe était si matérialiste, si basse qu'elle en était dérangeante.

... comme l'avaient été les schémas médicaux expliquant l'asphyxion lente et douloureuse des crucifiés se ventilant les poumons en s'appuyant sur leurs jambes..

La Religion est un Mystère que toute tentative d'explication désacralise.

 

 

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2020 4 17 /09 /septembre /2020 07:00

Cet été je me suis transformé (sans honte) en jardinier et j'aime ça. A la faveur d'une longue balade en vélo le long de la Garonne j'ai découvert un terrain exploité sous forme de "jardins ouvriers" exclusivement dédiés à la production de fruits et légumes.

Aux Ayatollah écolo je précise "bio" de peur qu'ils viennent arracher aubergines et blettes!

J'ai été coopté et pour 30 € par mois j'ai à ma disposition un jardin de 200m² extrêmement ensoleillé et possédant une terre alluviale tellement riche qu'y pousse tout et n'importe quoi.

Au 1er juin nous étions à la tête d'un stock impressionnant de graines et semis donnés par Noémie, les amis, les voisins et la famille. Sans oublier celles et ceux que nous nous sommes procurés chez des commerçants dont nous ignorions tout avant Jardiland", "Au Parfait Jardinier" (un must toulousain) et "Truffaut" que nous nous sommes mis à beaucoup fréquenter. Nous avons planté tard, naïvement et anarchiquement mais avons donné raison au proverbe qui veut que les débutants ont de la chance.

Notre nouvelle passion n'est pas passée inaperçue et le surnom de bobo (bobio) nous a été donné. Méritée car nos vêtements, nos arrivées en vélo (le terrain est à 30 minutes de l'appartement, en vélo comme en voiture) et nos méthodes peu orthodoxes ont dû surprendre nos voisins de râteau ou de brouette.

Les jardins sont tenus par toute sorte de personnes de tous âges et le dénominateur commun entre tous est le travail considérable qu'ils abattent dans leur parc grillagé.

... les plus surprenants sont les jeunes allumés de la "permaculture" qui recouvrent tout de paille, paille qui attire les mulots qui s'y reproduisent et se nourrissent... dans les jardins voisins!

Nous avons été submergés par nos propres produits: courgettes, aubergines, tomates, persil, basilic, betteraves... tout l'immeuble a profité de nos largesses.

Concombres aux formes étranges, radis aux couleurs inattendues et autres courges atomiques n'ont pas manqué de nous surprendre.

De l'eau d'arrosage, du soleil et de la terre et on a un cucurbitacée de 5 kg!

Je ne suis fan ni des haricots verts ni des courgettes et lorsqu'ils débordent du frigo le seuil d'alerte n'est pas loin! parmi tout cela une révélation: les pois-gourmands.

Je raconterai bien comment le jardinage a conduit au bricolage (à partir d'une palette nous avons construit un portail) et le temps que nous passons penché sur la terre... mais j'en ai assez dit.

 

 

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2020 3 16 /09 /septembre /2020 07:00

Je suis surpris que l'on réagisse aussi négativement lorsque le Président de la République donne un avis de bon sens. Aussitôt ses adversaires hurlent "au loup!" et la polémique enfle alimentée par des commentaires souvent indigents.

Prenez la "5G". Emmannuel Macron s'y est déclaré favorable (il a 42 ans et est au fait des technologies nouvelles) et a conclu son speech par une formule imagée, provocante mais nécessaire en comparant les réticents à tout progrès à des Amish.

Au nom d'une écologie répressive, rétrograde, punitive et sans imagination d'aucuns voudraient appliquer le sacro-saint principe de précaution dans tous les cas oubliant que l'humanité serait encore partagée entre chasseurs et cueilleurs si ça avait été le cas dans un lointain passé.

Que tout ne soit pas bienveillant dans la "modernité" j'en conviens. Il n'emmpêche: ceux qui voient des bombes incendiaires dans les compteurs électriques "Linky" et une menace magnétique dans la 5G aillent vivre selon leur voeu dans des grottes ou sous terre.

Je ne les regretterais pas!

 

Partager cet article

Repost0
22 juin 2020 1 22 /06 /juin /2020 08:35

 

Pendant la période de confinement j'avais songé à cesser de publier des posts car l'inspiration, fatalement, faiblissait.

C'est pendant cette période que j'ai atteint mes plus grands chiffres de visiteurs.

Depuis le dé-confinement mon lectorat fond comme neige au soleil.

Je ne sais si je dois attribuer ce phénomène négatif à la qualité déclinante de mon écriture, au manque d'intérêt des sujets que j'aborde, à la longévité du support (cela fait plus de 10 ans) ou justement au support (concurrence d'Instagram, des Tweets etc) en voie de "ringardisation".

On me dit que ma causticité et mon intolérance peuvent avoir leur part.... je n'en crois rien!

En tous cas je réfléchis et vous donne rendez-vous à la fin de mes cogitations.

Partager cet article

Repost0