Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 août 2021 1 02 /08 /août /2021 07:00

Sur la chaîne LCP du Sénat j'ai regardé -distraitement- un doc sur les Présidents Français de la Vème et leur cote d'affection auprès du peuple qui les a élus.

C'était assez convenu et ne dépassait pas le stade d'un documentaire de 1ère année d'école de journalisme. Franck Louvrier, Anne Sinclair, Alain Duhamel et d'autres figures de la presse parlée donnaient leur avis en n'oubliant évidemment pas de se faire mousser au passage. A ce jeu Anne Sinclair est imbattable.

Je m'étais donné les règles d'un petit jeu: verrait-on, une fois encore Giscard et son ridicule "au revoir" de 81 et le "François Mitterrand est élu Président de la République" d'Elkabach couvrant l'image de synthèse s'attardant sur la calvitie de l'impétrant en un faux-suspens lui aussi risible? Évidemment la réponse est "oui".

A part cela les images comme le commentaire n'apportait strictement rien de nouveau: on avait vu les premières et entendu le second six cent mille fois.

De Gaulle était emphatique et ennuyeux. Les extraits de discours et les archives soulignaient -me semble t'il-une sorte de sentiment de supériorité manifeste de l'homme sur ses contemporains et son époque. Les médias aux ordres infantilisaient en rond et servaient la soupe sans se poser de question. Le petit fils du Général de Gaulle, un politique LR inodore et sans saveur essayait de se draper de la légende de son aïeul en le citant abondamment. Pathétique.

Le seul aspect amusant et surprenant était le commentaire décalé et plutôt dépassionné de Jean-Luc Mélenchon qui m'a étonné à plusieurs reprises.

Comme d'habitude les 5 ans de présidence de Georges Pompidou ont prestement été évacuées. On a parlé de ses épais sourcils et de son affection pour sa femme... tout était dit!

Giscard, cette grande mante religieuse à la particule achetée était présenté comme un éblouissant réformateur, un moderniste incompris. C'était un brin réducteur! descendre les Champs Élysées à pied, ralentir "la Marseillaise" et dîner chez des Français de base ne méritaient pas cette mansuétude du Duhamel de service!

François Mitterrand s'offrait le plus long portrait. Un panégyrique roucoulant où le positif de son action l'emportait largement sur le moins bon. On avait droit aux poncifs habituels et Mélenchon, encore lui m'a étonné par la justesse de ses commentaires et leur sincérité. N'a t'il pas dit: "je l'aimais tellement que je ne saurais le critiquer"? Moyennant quoi on a eu droit à une partie de la geste mitterrandienne (le Panthéon, les "forces de l'esprit", Mourousi etc.). Les beaux yeux d'Anne Sinclair trahissaient la passion à peine éteinte!

Dans un doc sur l'affection ou son contraire haineux du peuple Français pour son dirigeant élu il y avait beaucoup à dire.. On a choisi de donner la parole à l’éteignoir Baroin et chargé Roselyne Bachelot de dire une ou deux vacheries. 
...et, évidemment; demandé à Jean-Louis Debré de surjouer sa proximité avec le Corrézien. Dès lors il n'y avait rien à faire. On re-re-re voyait la poursuite de la CX dans Paris et l'image du 1et tour voyant la qualification de Le Pen. Du travail de pro!

Sarkozy, toujours autant détesté, fut exécuté en 3 minutes. Il est vrai que....Les pêcheurs du Guilvinec", le jogging à New-York, "Avec Carla, c'est du sérieux" et "casse-toi pauvre con" ça faisait beaucoup. L'diot pro-Chinois Rafffarin refermait le cercueil.

3 minutes aussi pour descendre Hollande. 5 ans de présidence résumés par son renoncement à briguer un second mandat. C'est un peu court! Macron traité de la même manière: ses phrases malheureuses et les gilets jaunes. Roulez jeunesse, c'est du doc de journalistes!

Le sujet, à savoir la popularité puis l'impopularité de TOUS nos Présidents a été à peine abordée. Notre caractère national estompé, notre mentalité régicide collective évacuée.

Hidalgo ou Bertrand, Macron II ou Pécresse 1ère je le ou la plains. La Présidence est une essoreuse dont personne ne sort indemne. Les 3 non réélus, Giscard, Sarkozy et Hollande par leur quête éperdue d'un ticket retour montrent que les compensations doivent être énormes. Même un Barnier serait honni s'il venait à être élu!

 

 

 

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2021 5 30 /07 /juillet /2021 07:00

En grandissant et en s’américanisant mon fils a acquis une stupéfiante philosophie qui le fait accepter les ennuis quotidiens du quotidien comme s'ils n'étaient que des vues de l'esprit. Il ne s'inquiète pas, relativise et finit par un fatalisme aussi inattendu que bien vu. 

Moi qui l'ai connu angoissé, stressé et toujours sur le fil du rasoir je n'en crois pas mes yeux et mes oreilles. Ce lundi il avait rendez-vous avec l'un des nombreux loueurs de voitures institutionnels qui ont pignon sur aéroport. Le plein était fait, la voiture était aussi présentable qu'un véhicule occupé une semaine par des enfants. Traces de sucres et de gras incluses. Seule originalité: une bosse de stationnement à l'arrière qui se poursuivait en rayures sur le passage de roue arrière droit.

La voiture ayant moins de 8000 km au compteur et sentant encore le neuf il était difficile de trouver la moindre excuse convaincante. Celle(s) qu'il me servit ne me convainquirent pas moi-même!

Au moment de l'état des lieux, le croirez-vous? il se fit charmant Canadien, enveloppant et drôle, parlant "chars" (voitures en Québecois) souriant, à l'écoute et donnant l'impression d'avoir rencontré un interlocuteur important. Ils firent la moitié du tour de la voiture, parlant et riant, notèrent le kilométrage et le niveau d'essence. Ils s'approchent tous les deux de la porte arrière, s'arrêtent pour discuter et... je vois le délégué du loueur de voitures lui tendre cet appareil qui enregistre les signatures sans terminer le tour du véhicule.

Oui, le responsable des retours, se basant sur le bagout de son interlocuteur ou oubliant ses directives n'a pas fait scrupuleusement son travail ni noté les plaies et blessures de la carrosserie; faute de les avoir vues. Incroyable!! je suivais la scène de loin, angoissé au dernier degré.

Au lieu de me taire je lui dis que le type en question a des soucis à se faire pour son emploi si l'incident s'est déjà produit avec lui. Je précise même qu'on serait aux USA on ne tarderait pas à le croiser, lui et le carton contenant ses affaires. Que n'avais-je pas dit?!?!! Voilà mon fils pris de remords. "Je ne suis pas à 300€ près. Je ne veux pas être un salaud, je ne veux pas qu'il perde son boulot" etc. le tout en marchant vite après avoir fait demi-tour.

Essoufflé, boitillant et rouge je dis à mon fils que le libéralisme..., la loi des affaires..., tuer ou être tué et toutes les conneries de ce genre. Il ralentit. J'estoque avec un argument dont je ne suis pas fier: l'homme est un chef tandis que les salariés qui vont nettoyer les voitures sont des petites mains sous-payées. C'est eux qui seront accusés, c'est leur rendre service (oui, je l'ai dit, j'ai honte) que les faire chercher du travail ailleurs.

Mes arguments pourris et moi renversons la situation. Nous traversons le parking pour la troisième fois.

Cinq minutes après mon fils est guéri. Il ne paie pas le tramway (pas pour deux stations) et se félicite d'avoir "roulé la sté ...................", des loueurs maquignons dans la farine. Le Canada, ça vous change un homme.

 

 

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2021 4 29 /07 /juillet /2021 07:00

En 1978 j'ai volé, oui, volé à Nelly, la petite-copine de mon ami Gérard le 33t vinyl "Rock around the bunker" de Serge Gainsbourg.

Ce disque, le 2éme "concept-album" après "l'Histoire de Melody Nelson" est sorti en 1975 et est méconnu et raté. Mais c'est un plantage élégant, ironique et désinvolte qui recèle quelques pierres précieuses pour qui voulait se donner la peine de dépasser le concept "Gainsbourg se moque du nazisme" et la relative médiocrité de la chanson qui a donné son titre à l'album. Dans mon souvenir il était assez court (une trentaine de minutes) et la face B (il disait: "Un album possède une face "Aaaah!" et une face "Bêêêêêêrk") de loin la meilleure. Nazi rock, zig zig avec toi, yellow star et surtout S.S. in Uruguay étaient de bonnes chansons  aux paroles minimum mais drôles. Il fallait oser et lui seul le pouvait se colletiner avec ce sujet explosif.

Nelly possédait ce disque et me l'avait prêté. Je reconnais, shame on me!, que je n'avais pas l'intention de le lui rendre.

J'ai gardé le vinyl toutes ces années. il a connu des vicissitudes mais il est là, presque comme il y a 43 ans. Cela fait sans doute aussi le même nombre d'années que je n'ai pas écouté "Rock around the bunker". Gérard m'ayant mis dans la confidence qu'il "larguait" Nelly j'ai compris que le disque était à moi!

Oui, il y a des larcins plus élégants.

J'ai gardé, toutes ces années, le souvenir de cette vilaine substitution et ai, merci "Copains d'avant", retrouvé la trace de Nelly. Sans entrer dans les détails je lui ai dit posséder son Gainsbourg et être disposé à le lui faire parvenir.

Je vous dirai ce qu'il est advenu après ce remord tardif.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2021 3 28 /07 /juillet /2021 07:00

J'ai été marié deux fois. Je suis toujours marié avec la seconde. Les deux femmes dont j'ai partagé un moment de leur vie sont aussi différentes que peuvent l'être Joan Baez et Madonna.
Ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit. Catherine ne ressemble pas à Joan Baez ni Françoise à Madonna. Et réciproquement.

Elles sont très différentes physiquement et moralement. En fait elle sont tellement dissemblables que je m'étonne parfois d'avoir aimé et d'avoir été aimé des deux. Je suis toujours aimé de la seconde.                    Et réciproquement donc.

Il sera difficile d'achever ce post si je m'autorise fantaisies de style et digressions.

J'ai eu deux enfants avec Catherine et zéro (pour le moment) avec Françoise. Mais nous n'en voulons pas vraiment, ce qui tombe bien puisque nous avons atteint les rives froides de la soixantaine. De toute manière mes enfants et les siens ont été éduqués avec des méthodes aux antipodes les unes des autres. Irréconciliables eussent été les méthodes de chacun. Sachez-le, on s'évite des conflits en convolant juste avant l'EPHAD!

J'ai réussi pendant un long laps de temps à faire en sorte que ces dames ne se rencontrent pas. J'ai vu trop de films et lu trop de livres dans lesquels les deux femmes ne s'entendent que "sur le dos" de leur mec en commun, pour lui saboter l'existence.

J'ai aussi le souvenir d'un passage de témoin entre Catherine et C*** et d'une soirée électrique que je n'avais pas forcément envie de revivre.

... Elles se sont rencontrées, plusieurs fois de suite et sans l'avoir voulu. Je les sens qui luttent pour que leur complicité naissante ne devienne pas une sympathie débouchant elle-même sur une amitié. Elles faisaient la cuisine pour les petits, l'autre jour, dans la maison de vacances de mon fils et riaient comme deux complices de toujours. J'ai entendu un "tu n'as qu'à demander à mon ex" qui les a faites pouffer.

Mais les voir un autre jour à vélo en pleine conversation et riant aux éclats me fait penser que, décidément, je n'ai pas tout raté.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2021 2 27 /07 /juillet /2021 07:00

Le plus grand de mes petits-fils -il n'a que 6 ans et demi!- est l'objet de passions qui confinent parfois à l'obsession.

Au point d'inquiéter ses parents.

Il nourrit par exemple une admiration phénoménale pour les pompiers, leurs casernes, leur matériel, leurs engins d'intervention et leur tenue. Celle-ci est tellement prégnante que tous la trouvent excessive sans savoir comment la canaliser.

Nous sommes en général bien accueillis par les "soldats du feu" qui en ont vu d'autres. Tous nous disent les visites de petits garçons tremblant d'émotion devant leurs héros et leur univers. Ils disent les connaissances surprenantes de ces enfants, leur curiosité et leur certitude d'être un jour le pompier qu'ils admirent, avec les bottes et le casque-miroir.

Ayant à domicile ce petit fan nous avons, sur la demande de ses parents donc, tenté d'élargir son horizon, non pour le détourner de sa passion première mais pour qu'il s'intéresse aussi à d'autres objets.

Nous n'avons que trop réussi! le métro sans conducteur de Toulouse, le tramway et les bus automatiques sans chauffeur ont fait chauffer nos cartes de transport! j'ai plus pris les transports en commun toulousains en 7 jours qu'en une année. Matin, après-midi, après dîner.... c'était toujours le moment d'y aller.

Ce dimanche matin mon cerveau se cabrait tout seul à l'idée de rendre une visite aux pompiers ou de descendre les escaliers mécaniques du métro.

Nous lui avons "vendu" un magasin "génial" où l'on trouvait des animaux vivants, des fleurs, des plantes, des jouets et même du chocolat (une autre de ses passions dévorantes). Bref nous devions nous rendre au "Jardiland" et l'avons emmené avec nous. Ça passait (c'est génial, il n'y a pas ce magasin à Montréal) ou pas (c'est nul). C'est passé!

Grâce à un Cacatoès "coiffé" comme lui, des poissons très curieux (et affamés), des fleurs qu'on lui a fait choisir et une voiture miniature achetée à la caisse nous avons acheté ce dont nous avions besoin, oublié les pompiers une paire d'heures et intéressé ce petit bonhomme avec des poissons.

Nous n'étions pas mécontents de nous.

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2021 1 26 /07 /juillet /2021 07:00

J'ai regardé un doc formidable sur une affaire pitoyable datant de 1985 connue sous le nom du bateau ("Rainbow Warrior") de Greenpeace que la France avait jugé bon de faire sauter dans le port d"Auckland (Nouvelle Zélande) en 1985, sous la très riche et fructueuse présidence de François Mitterrand.

C'est, entre autres, pour des affaires comme celle-ci que nous sommes peu aimés (litote) à l'étranger. Morgue, méthodes barbouzes, ratage, mensonge... rien ne manque dans le grotesque et l'odieux d'une opération stupide -minable même, qui étonne par son amateurisme et ses conséquences. N'eut été la mort d'un homme (un photographe de l'association écologiste), le ridicule de la France qui mentit effrontément avant de reconnaître piteusement sa responsabilité pleine et entière et surtout l’aplomb des politiques Français de l'époque, Mitterrand, Hernu, Tricot, Fabius et Chirac on aurait bien ri. .

Cette affaire de pieds-Nickelés, absurde dans son principe et consternante dans sa réalisation se (re)découvre comme une Bande Dessinée, un roman d'espionnage parodique ou une farce politique.

La France essaie ses armes nucléaires à Muruoa, dans le Pacifique. Greenpeace s'oppose au nucléaire en général et aux essais Français dans la région en particulier. Le "cher et vieux pays" de de Gaulle veut frapper un grand coup et décide de faire sauter et couler le bateau de l'association.
Hop! sans prévenir le Gouvernement démocratique de Nouvelle Zélande on envoie 1, 2 ou 3 (en fait 3) équipes d'agents de la DGSE avec mission de placer et de faire exploser 2 bombes sous le Rainbow Warrior.

Une de ces 3 équipes, car il a fallu ça!, celle "des-faux-z'époux-Turenge" se fera prendre pour son manque de discrétion. Après tout s'enchaîne, le scandale mondial, le mensonge d'état, le déni de Mitterrand et Hernu, la comédie Fabius qui dit non en levant le sourcil le lundi et oui en l'abaissant le mercredi, les révélations sur les équipes d'espions etc.

Hernu, après avoir menti comme un enfant de 4 ans démissionne, Mitterrand le déplore puis plane et Fabius croit en son étoile présidentielle.

Coup de tonnerre final: la grossesse-surprise de la fausse madame Turenge et les douleurs stomacales de son mari d'opérette leur valent une libération en Concorde orchestrée par un Chirac en général Zantafio.

J'avais oublié cette affaire consternante. Son grotesque est certainement en partie responsable du discrédit des Hommes et femmes politiques. Certainement.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 juillet 2021 5 23 /07 /juillet /2021 07:00
A vos podcasts !A vos podcasts !

A vos podcasts, France Culture rediffuse une série de 1971 adaptée de "Bouvard et Pécuchet", roman inachevé de Gustave Flaubert. L'adaptation est de Michel Manoll, on y reconnaît la voix de Michel Galabru, parfait Bouvard et on entend aussi Jacques Duby, Pécuchet assez niais et Claude Pieplu en abbé Jeuffroy. C'est un texte drôle et intelligent (qui inspira Jean-Claude Carrière qui en fit une adaptation télévisée très réussie avec les excellents Jean-Pierre Marielle et Jean Carmet) que j'ai écouté en baladant mon enceinte connectée de la salle de bains à la cuisine, du bureau à la terrasse et même au jardin.

S'endormir avec les échecs de Bouvard et Pécuchet en agriculture, anatomie, médecine, égyptologie, archéologie, théâtre, amour, hydrothérapie, jardinage, la céramique, l'Histoire etc. est un excellent moyen de trouver le sommeil.

La radio n'est pas obligée d'être un robinet à conneries recyclant les vieilleries et présentateurs que la télévision ne veut plus. Privée d'images, par définition, elle permet à l'imagination de se donner libre cours.

Des textes comme celui de Flaubert prennent toute leur force de ce théâtre aveugle et l'on se surprend à redécouvrir la subtilité et l'humour de textes trop figés.

Pour l'anecdote je me demande comment il se fait qu'on reconnaît immédiatement feu Michel Galabru qui fut, ce n'est pas une révélation, un comédien caricatural au jeu trop appuyé. Il est des célébrités qui, même disparues, restent dans nos mémoires et dont on reconnaît la voix dès qu'on les entend. Même chose pour Piéplu qui à cause de sa voix et de son physique de notable pompeux de province n'eut pas la reconnaissance que son talent véritable lui devait.

A quoi tient le fait qu'on sent l'ancienneté du spectacle? aux comédiens, bien sur, qui sont tous morts, à la musique (Jean Wiéner) incroyablement datée sans nul doute.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2021 4 22 /07 /juillet /2021 07:00

A chaque fois que je vois Hitler je me demande comment il a pu devenir le dirigeant de ce pays européen civilisé qu'était l'Allemagne. Il a fallu les quatre années de boucherie sanglante de la 1ère guerre mondiale, la défaite de 1918, le refus de la réalité d'un peuple, la crise économique et politique, l'aveuglement d'une population, le "charisme" d'un homme et le cynisme des élites pour que la plus grande catastrophe s'abatte sur le monde faisant 61 millions de morts en 5 ans. Oui, il s'agit bien d'un aveuglement. Personne ne voyait le ridicule de celui que le Maréchal Hindenburg appelait "le caporal Bohémien" ni sa folie destructrice

 

Dans ce qu'elle a d'innommable et de monstrueux, d'inédit aussi (du moins à cette échelle) la destruction des juifs d'Europe connue sous les noms d'Holocauste ou de Shoah a étouffé la connaissance complète du régime des nazis de 1933 à 1945. 

Car, question horreurs, la Shoah était un point d'orgue mais au milieu de beaucoup d'autres.

En voulant changer la société, créer une "race" parfaite, détruire des "ennemis" politiques, religieux ou raciaux et en déclenchant une guerre d'anéantissement l'Allemagne d'Hitler avait des objectifs prométhéens. 

Jusqu'au tournant de Stalingrad il s'en est d'ailleurs fallu de peu qu'elle les atteigne. 

En stérilisant ou en tuant les handicapés (Action T4), en créant les "Lebensborn" (pouponnières de germains parfaits souvent enlevés à leurs parents), en pratiquant la "guerre totale", en massacrant des millions de personnes, en donnant une réalité au concept barbare "d'espace vital", en refusant d'appliquer le droit international aux prisonniers de guerre, en ciblant expressément les civils et en pratiquant la "politique de la terre brûlée", en faisant des expériences médicales sur des êtres humains vivants les nazis ont en quelque sorte innové. Enfin s'ils n'ont pas inventé le génocide ils l'ont en quelque sorte industrialisé. 

Aucun autre régime au monde n'avait, avant lui, tué 150 otages contre la vie d'un des siens ni déporté des familles entières, du nourrisson au vieillard pour les tuer à mille kilomètres de chez eux ni enfin quadrillé la société par une police d'état (la Gestapo) toute puissante. Ne parlons pas des libertés qui ont toutes été supprimées ni de l'individu qui a été nié au profit d'une collectivité uniforme. Certes l'URSS a égalé l'Allemagne sur bien des points mais sans arriver à l'égalité dans l'horreur.

Ce qui donne le vertige c'est que ce régime n'avait qu'une idée destructrice comme objectif, qu'il ne s'en est pas caché et qu'il a trouvé un pays civilisé pour la faire sienne et la réaliser: une société déshumanisé, bâtie sur la loi du plus fort, prônant la violence et le meurtre et ayant la guerre comme moyen d'agir. 

Rien de positif même involontairement. A terme une race de seigneurs (ainsi se voyaient-ils!) servie par des esclaves. Pas de religion, pas de culture, pas de réflexion, pas de libre arbitre, pas d'humanité. 

Ce monde ressemblait bel et bien au soleil noir auquel se référaient leurs fumeuses théories sur l'aryanité. Je l'ai constaté, les chaînes Histoire ont un tropisme "2ème guerre mondiale" très prononcé. Mais on est fasciné par la noirceur de cette période.

Partager cet article
Repost0
21 juillet 2021 3 21 /07 /juillet /2021 07:00

J'ai garé la voiture et je suis resté à l'intérieur pour écouter, ce lundi 12 juillet, "le temps d'un bivouac" sur France Inter à 16H00. C'est une émission de Daniel Fievet et elle était consacrée à la grotte de Lombrives en Ariège, où s'est déroulée une expérience humaine, sociologique et scientifique. 

L'émission rendait compte de l'expérience de 40 jours dans la grotte de personnes qui ne se connaissaient pas au départ et qui allaient devoir vivre sans soleil, dans une humidité de 100% et une température de 10°.

Inutile de dire qu'ils n'avaient aucun contact avec l'extérieur et que téléphones, consoles etc étaient prohibés. 

Ils avaient des missions à accomplir (topographie 3D de la grotte, culture et relevé de dessins) et tous ceux qui ont parlé de cette expérience étaient enthousiastes. 

Ce qui les a le plus impressionnés c'est la notion du temps et son importance dans nos vies. Tous ont  retiré 10 jours aux 40 de l'expédition et ce bien qu'ils aient l'impression de vivre de longues journées. Christian Clot, l'organisateur de l'expérience, a d'ailleurs fondé l'Adaptation Institute, qui travaille précisément sur la façon dont l'être humain s'adapte aux conditions extrêmes. Un moyen d'anticiper les conditions de vie de demain, induites par les grands changements climatiques annoncés.

L'émission n'était pas démonstrative et nous n'avons pas eu droit au couplet menaçant sur le réchauffement de la "vieille boule" ni sur nos empreintes carbone et encore moins sur l'épuisement des énergies fossiles...

France Inter, à l'heure où les radios sombrent dans le ricanement ou le people reste fidèle à sa réputation: éclairée, curieuse et pionnière.
... sauf en politique. 
Rien n'est parfait!

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2021 2 20 /07 /juillet /2021 07:00

Je reviens sur un sujet déjà dépassé dont on n'a sans doute pas mesuré l'ampleur catastrophique et les conséquences funestes. Je veux parler de la présidence de Donald Trump et surtout de ses arrangements avec la vérité tout au long des quatre années interminables de son mandat présidentiel.

Tout d'abord reconnaissons que c'était un Président légitime et qu'il a bel et bien été élu démocratiquement.

Immédiatement après cette élection, on l'a oublié tant les "affaires" ont été nombreuses et ahurissantes, Trump a été "mouillé" dans une sale affaire de mœurs avec des prostituées en Russie. Scandale dit des "golden showers" promptement étouffé. Plus grave un sérieux coup de pouce de la Russie de Poutine a été évoqué qui l'aurait aidé à se faire élire. Dans la foulée stupéfiante assertion, contre toute logique et toute vérité, de Trump selon laquelle il y avait une foule plus importante à sa prestation de serment qu'à celle de Barack Obama. Ca commençait bien!!!!

Comme un dictateur moyen un Président américain a menti comme un arracheur de dents du premier au dernier jour de sa chaotique présidence. Menti sur des détails, menti sur des choses importantes, érigé en dogme l'existence de "vérités alternatives". Il a renvoyé dos-à-dos des victimes et leurs bourreaux, "légitimé" des tyrans et jeté le trouble dans les relations internationales. 

A un moment où la démocratie peine à fonctionner (elle détient une part de responsabilité, j'en conviens) la présidence Trump a sapé ses fondations comme aucune (à part l'administration Nixon) avant elle.

Ce qu'on ne demande pas à la Turquie, la Russie ou la Chine on l'attend des USA. Mieux, on l'exige. Ce pays n'a pas fini de payer les quatre années de direction des affaires données à un bouffon stupide et manipulateur. La graine de la discorde semée par d'autres a prospéré et le monde n'oubliera pas l'assaut du Capitole "couvert" (à tout le moins) par le Président. 

On me dira que George W. Bush avait donné le La. Ce n'est pas faux. Son administration a en effet beaucoup menti et manipulé les opinions a des fins politiques.  

Peut-être est-il temps d'inventer une justice des élus et dirigeants qui, indépendante, dresse un bilan non partisan de leur direction d'Etat et de ses résultats réels. Un chef d'entreprise, un militaire, un chirurgien doit donner des comptes sur sa pratique. Pourquoi pas un chef d'Etat? 

Partager cet article
Repost0