Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 août 2016 1 15 /08 /août /2016 06:34

Pour me préparer à cette rentrée inquiétante et peu porteuse d'espoirs (Trump, Erdogan, Sarkozy, ... Daech et tant d'autres travaillent à nous la saboter) je cesse un moment les posts ici même.
Reprise début septembre.
Merci d'être fidèles et à bientôt.

B

Published by Bertrand P
commenter cet article
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 07:54

J'ignore et me fous des histoires de pouvoir et de fric entre Canal + et l'actionnaire Bolloré. Je me contrefiche des stratégies commerciales de la chaîne cryptée et plus encore de ses programmes: je ne suis pas abonné et, serait-elle gratuite, je ne la regarderais même pas.
Je déteste la branchitude beaufisante qui est sa marque de fabrique et qu'un Augustin Trapenard, ou, mieux encore (si j'ose dire) un Cyrille Eldin symbolisent à la perfection.

Je voulais revenir sur le "Grand Journal" et les malheurs de sa dernière présentatrice, l'insupportable Maïtena Biraben, qui a réussi l'exploit de couler la vitrine de la chaîne cryptée. Il faut dire qu'elle y a mis du sien: reportages convenus, invités sans surprise, promotion tous azimuts, glorification de tout ce qui abaisse (street-culture, rap, cinéma d'abrutissement, livres de consommation courante), rubriques grotesques (mots composés par exemple) et snobisme parisien de tous les instants. La dame y a laissé libre cours à ses fantasmes élitistes et branchés croyant que le nec plus ultra dans la vie était de rencontrer Jean-Paul Gaultier ou Christine Angot.

Je n'ai connu, ne connais et ne connaîtrais sans doute personne qui ait vu, voit ou verra autre chose qu'une folle grotesque en Jean-Paul Gaultier et une dinde hystérique et méprisante chez la mère Angot. Il n'y a vraiment que Canal + pour les voir autrement!

Les parti-pris politiques ou artistiques de Miss Biraben en révélant leur absolue vacuité auraient presque fait regretter un Denisot (j'ai dit presque).

Ce fatras est terminé? qui le regrettera?

Published by Bertrand P
commenter cet article
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 09:17

J'ai déjà dit combien mon ressentiment contre l'industrie du disque est fort et je ne reviendrais pas sur ce scandale inadmissible qu'a été le changement de standards et la capacité de cette industrie à nous vendre toujours le même catalogue (à peu de choses près) en faisant la culbute financière à chaque fois..

Hélas cette coupable industrie a fait des émules et, au nom du progrès technique (indéniable) nous avons régulièrement changé nos appareils photos, nos lecteurs de DVD, nos caméscopes et nos téléviseurs.
On peut même; sans se tromper, dire que notre civilisation depuis la fin de la seconde guerre mondiale repose sur le renouvellement sans fin de nos outils de loisirs familiers, de nos autos et de pratiquement tout ce que nous utilisons quotidiennement.
De la tondeuse à gazon au tournevis électrique, du four à pyrolyse à l'avion de ligne nous déclarons obsolète tout et n'importe quoi, inventant, pour en précipiter le remplacement, la fameuse obsolescence programmée.

Le problème est que nous achetons des disques, des cassettes super8, des cassettes vidéos, des DVD, des CD et que ceux ci sont immanquablement remplacés par des standards nouveaux incompatibles avec les anciens.

Lorsque mes enfants étaient plus jeunes nous les filmions beaucoup et ces films sont sur un support dépassé. Je crois posséder quelque chose comme 30H de films, certains "scénarisés" et tous possédant une valeur personnelle inestimable.

On me demande une véritable fortune pour les transférer en MP4 (?) c'est à dire pour les transférer en intégralité sur mon ordinateur. J'hésite à le faire mais il n'y a pas de solution alternative.
Il me faut confier l'ensemble des cassettes à une société pour qu'elle convertisse la totalité des scènes qui y figurent, y compris les longueurs et les passages sans intérêt.

J'ai pensé acheter un "appareil" qui me permette de le faire mais la FNAC m'a dit qu'il n'existait pas pour le grand public.

Aujourd'hui ces images n'intéressent personne mais dans 10 ans, dans 15 ans, dans 40 ans?

Published by Bertrand P
commenter cet article
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 07:00

Notre époque qui n'approfondit rien et surfe sur les évènements fait de même avec l'Histoire. Je n'apprendrais rien à quiconque en rappelant que ceux qui ignorent les horreurs du passé sont condamnés à les vivre.
Pour la commémoration du largage des bombes sur Hiroshima et Nagasaki en 1945 nous venons d'entendre un festival d'âneries. Un enfilage de perles à ciel ouvert. Des mensonges comme s'il en pleuvait et des rappels historiques ou politiques faux, tronqués ou orientés.

Rappelons qu'en matière de cruauté et de sadisme le Japon impérial n'a rien eu à envier à l'Allemagne hitlérienne pendant la seconde guerre mondiale. Rien.
Rappelons qu'il refusait toute capitulation et qu'il était prêt à sacrifier jusqu'au dernier Japonais dans la guerre totale. Leur but? massacrer le plus "d'ennemis".
Rappelons au passage les pilotes kamikazes. Et leur code d'honneur qui interdisait d'être fait prisonnier.

Échaudé par le jusque-boutisme des Allemands et les innombrables et "inutiles" pertes humaines que la prolongation des combats impliquaient, les USA ont, avec les bombes atomiques, montré aux Japonais que leur folie meurtrière ne les menait nulle part. Il fallait que le Japon cesse la guerre, chaque jour comptait.
On n'a jamais inventé une nouvelle arme sans s'en servir. L'Allemagne et le Japon ont montré, dans cette guerre là, que les limites de l'inhumanité avaient été pulvérisées et que des horreurs sans nom pouvaient encore être infligées à des populations civiles.
Ils ont été stoppés. Merci l'Amérique.
Il faut être singulièrement révisionniste et/ou ne rien connaître à l'Histoire pour donner des leçons de morale 72 ans après les faits et pour dire qu'on aurait pu faire l'économie morale des bombes atomiques....fallait-il mettre Hitler et Hiro Hito hors de nuire avec des conférences de paix?

A l'occasion de ce douloureux anniversaire j'ai lu et entendu des intervenants dire des stupidités sans nom, la première étant l'emploi de mots comme "criminel(s) de guerre" (pour Truman ou les USA!!!!!!!) de génocide ou de "crime contre l''humanité".

Les criminels contre l'humanité, en 39-45, c'étaient avant tout l'Allemagne de Hitler et le Japon impérial. Le siège de Nankin et Treblinka ce sont eux. Pas l'Amérique!

Qu'ils se renseignent sur la guerre japonaise et allemande les moralistes en chambre!

Cette morale à deux balles et cette méconnaissance des faits est grave et porteuse d'autre drames.

Published by Bertrand P
commenter cet article
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 06:30

Dans sa tentative de regagner les faveurs de l'opinion publique l'ex-président Sarkozy ne néglige rien. le magazine "Marianne" nous apprend ainsi qu'il reçoit dans la villa du Cap Nègre (malgré le fait qu'il n'y ait toujours pas le tout-à-l'égout) des fournées de sommités appartenant à la formation qu'il dirige et qui dit s'appeler "les Républicains".
Le journal précise que "Carla ne veut pas voir d'élus un peu ploucs". Il est vrai que l'ex-première dame a déjà donné en fréquentant des rockers et des comédiens dont la richesse ne garantissait pas l'éducation.

Le couple est donc (re)lancé à la conquête de l’Élysée et le fait qu'un Donald Trump et madame soient parallèlement lancés à celui de la Maison Blanche doit lui donner des ailes. En termes de vulgarité et de cynisme l'Amérique a toujours un round d'avance.
J'ai décidé de me ficher de cette présidentielle et d'en accepter le résultat comme de celui d'un match de 2ème division de foot ou du palmarès du festival de Cannes.

Après tout je suis né sous la fin du mandat de René Coty et les 6 présidents qui lui ont succédé n'ont eu qu'une influence limitée sur ma vie personnelle. Que je les aime ou pas (je dois à la vérité dire que je n'en ai pas beaucoup aimés) n'a rien changé si ce n'est à rendre mauvaise mon humeur et ce en pure perte.

Je le proclame et m'y tiendrais. Si le mari de quelqu'un m'a dit est vainqueur à la primaire de droite je ne voterais évidemment pas pour lui. Si Hollande se représente je ne voterais évidemment pas pour lui. Si Marine le Pen se présente je ne voterais évidemment pas pour elle, à aucun des 2 tours.

Voilà déjà 3 candidats dont j'ignorerais TOUTES les manifestations. Je ne lirais rien sur eux et je ne regarderais rien sur eux.

Je vous dirais à la fin de la période des présidentielles ce que ça fait de boycotter 3 candidats qui ne devraient pas l'être.

Published by Bertrand P
commenter cet article
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 06:58

Quand on me dit que le catholicisme s'est "assagi", qu'il est devenu tolérant et qu'il renie ses excès je dis que c'est juste une question de tempo.
Compte-tenu de son influence il a intérêt, dans un pays comme le nôtre, à jouer profil bas et à taire ses vraies préoccupations qui restent celles de toute religion: abrutir, asservir, monter les hommes (les croyants) contre les autres (ceux qui ne croient pas, ou différemment), avoir un pouvoir temporel sur les peuples et influencer les dirigeants.

Qu'à l'origine de toute religion il y ait une part de bien je n'en doute pas. Les khmers rouges asphyxiaient leurs victimes avec des sacs poubelles pour leur bien et l'on tuait les "déviants" dans les caves de la Loubianka à Moscou en regrettant qu'ils ne puissent s'amender.

Ce qui m'a fait bondir est la phrase ignoble et obscène du cardinal Vingt-Trois, le 27 juillet à Notre Dame, pour les obsèques du prêtre égorgé par d'autres religieux à peine moins tolérants.

"Le silence des élites devant les déviances des mœurs et la légalisation de ces déviances".

La sommité catho-rigide trouvait là, scandaleusement, l'opportunité de rabâcher son opposition au "mariage pour tous" devant le pays à l'occasion d'un crime inepte et odieux. Tant pis pour la dignité!

On aurait dû, séance tenante quitter la cathédrale et laisser le mitré se débrouiller avec les quelques vrais pratiquants qui s'étaient glissés dans la salle. La cathédrale aurait sonné vide!
On aurait dû rappeler à son Eminence que les affaires civiles ne le concernent en rien ou alors qu'on s'intéresse de près à l'évêque Barbarin et aux innombrables affaires de pédophilie qui touchent l'église depuis des décennies partout où elle est.

Je ne comprends pas que cette phrase basse, grasse, vulgaire et intolérante n'ait pas été plus relevée et condamnée.

Published by Bertrand P
commenter cet article
5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 06:24

Depuis des années je me pose la question: "et moi. Qu'aurais-je fait?" sous le régime d'Hitler, en Allemagne nazie. Et sans complaisance ni masochisme il est impossible de répondre.

J'ai lu beaucoup de livres de mémoires et d'Histoire sur cette époque tragique mais bon nombre de questions restaient en suspens.
La question plus importante que celle qui me concerne moi, hypothétiquement, concerne les hommes et les femmes qui ont vécu les années de la république de Weimar et la course à l'abîme de 1919 à la seconde Guerre Mondiale avec l'année 1923 comme point d'orgue avant que le "caporal bohémien" comme il l'appelait, ne soit désigné chancelier par Hindenburg.

Un peu par hasard je suis tombé sur un livre qui répond à toutes les questions que je me posais non pas sur le "pourquoi" mais sur le "comment" de l'hitlérisme au quotidien de la prise du pouvoir à 1939. Ecrit par Sebastian Haffner cette année là et publié à titre posthume le livre "Histoire d'un Allemand" (Souvenirs 1914-1933) Editions Acte Sud collection Babel (2003) est un livre qui se dévore. Parce qu'il répond à des questions restées sans réponses sur ce qu'une dictature doit faire pour engluer un pays entier, opposants compris, en les rendant complices contre leur volonté par reniements progressifs. Mais aussi par une invasion de la sphère privée par la sphère politique.
A cet égard, et de manière spectaculaire, l'auteur montre comment le caractère national allemand était en quelque sorte un catalyseur permettant le totalitarisme hitlérien mais aussi comment les nazis ont empêché le peuple de s'opposer à son emprise par des fêtes, des musiques, des chants, des violences progressives, des raisonnements fallacieux, une propagande effrénée et en flattant en permanence le caractère national (sens du devoir, de la discipline, manque d'humour, fatalisme, développement de la camaraderie dès l'enfance, choix du collectif plutôt que du privé, ordre, militarisme, romantisme bêta etc.). Haffner se prend lui-même en exemple de personne qui a fini par consentir à des actions ou gestes dégradants et se regarde tomber. Il explique parfaitement et c'est la première fois que j'ai lu cela, les attitudes possibles devant la brutalité inculte et criminelle des nazis et donne des clés pour comprendre comment Hitler a pu s'imposer à ce pays. Il reconnaît qu'il était pratiquement impossible de résister sauf à quitter le pays.

Le livre s'arrête avant la guerre mais on comprend, oui on comprend, que le génocide n'ait pas fait de vagues en Allemagne parce que les dispositions mentales du peuple allemand le conduisaient à ne pas savoir. A se contraindre à ne pas savoir.

Je recommande ce livre magnifique qui nous met à la place de son auteur devant des actes immondes ou grotesques et dans son cerveau qui refuse de toute sa réflexion, mais ce n'est pas suffisant.
A la décharge de Sebastian Haffner il eût fallu être héroïque pour se rebeller contre l'ordre nazi et le camp de concentration et/ou la mort étaient certains pour ceux qui osaient le faire.

Une autre chose est perturbante: la majorité des Allemands savaient que l'aventure hitlérienne se terminerait mal. Le peuple savait aussi qu'Hitler ne se rendrait jamais et que le pays serait détruit si la guerre était la conséquence logique de la prise du pouvoir par le dictateur autrichien et sa bande. Malgré cela l'Allemagne et les Allemands ont continué à se battre (et à exterminer les Juifs) alors que la guerre était perdue.

Ce livre fait justice, en quelque sorte, de la fausse vérité qui veut qu'on ne savait pas que les Juifs seraient assassinés. Dès 1933 tout y concourrait et l'Allemand de base savait qu'il n'y avait pas de place pour eux dans l'Allemagne à croix gammée. Le passage où Haffner est dans un jardin public, sur une pelouse avec son amie et qu'un groupe d'enfants les croise en criant "mort aux juifs", en mars 33, le démontre.

Un grand et passionnant livre.

Published by Bertrand P
commenter cet article
4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 07:07

Jadis, au "Quotidien de Paris", journal de droite mais qui comptait d'éminentes signatures (Dominique Jamet entre autres) Philippe Tesson signait des éditoriaux violents mais drôles, sévères mais justes. Depuis il s'est abîmé dans une posture qui le fait d'avantage ressembler à Serge Dassault ou à l'ineffable Christian Estrosi. C'est dire si l'homme vieillit dans la tolérance!

Cet homme qui semble ne jamais vouloir dételer a un fils, Sylvain Tesson qui -dirait-on- est son exact contraire. Il s'illustre dans des récits de voyages, d'équipées serait plus juste, qu'il écrit dans une langue à la fois simple et précise (bon sang ne saurait mentir!) qui donne à ses lecteurs le sentiment de le lire par-dessus son épaule. L'un pense microscopique l'autre macro. Affaire de génération sans doute. Aujourd'hui les fils ont plus d'envergure que leurs pères.

Comme il va plutôt en Sibérie qu'au marché bio de St Germain des Prés il a des lecteurs fidèles qu'il comble par une production égale et régulière.

Il est capable de s'emballer pour des périples fous (celui des évadés du goulag, celui de Napoléon de la Russie aux Invalides) qu'il réussit à rendre vivants, proches et passionnants pour ses lecteurs.
Son livre sur sa "retraite de Russie", un an en solitaire près du Lac Baïkal était un livre remarquable. Il a été adapté au cinéma en 2015 par Safy Nebbou et c'est un film formidable qui rappelle les rêves (et les cauchemars) des enfants.

D'aucuns lui reprocheraient d'être trop médiatique... Sylvain Tesson est un homme passionné et qui mène une vie dont tout être normalement constitué rêverait qu'elle soit la sienne. Quand on voit les escroqueries que sont ces émissions qui envoient une vedette-télé chez les Papous ou des comiques dépressives chez les eskimos on est en droit de réfuter l'argument!

Découvrez le film "Dans les forêts de Sibérie", c'est une bonne introduction aux livres mais aussi aux projets foisonnants de Sylvain Tesson.

Published by Bertrand P
commenter cet article
3 août 2016 3 03 /08 /août /2016 06:29

Parfois, souvent, je suis pris par le découragement en lisant les commentaires ignobles laissés par d'anonymes vengeurs sur les sites de journaux ou de magazines.

Pas toujours mais très souvent leur inspiration est d'extrême-droite et cela me fait frémir que des propos et des pensées aussi peu tolérantes s'expriment sans fard. (Il y a des modérateurs mais ils suppriment les mots, pas les idées qu'ils désignent)

Car, en filigrane, sourd de ces propos de "café du commerce" un pays profond travaillé par la haine, la jalousie, le mépris, l'égoïsme et pour tout dire une bêtise phénoménale.
Je date très exactement le début de la coexistence de moins en moins pacifique des Français du mandat de Nicolas Sarkozy. Le rejet de sa personne a atteint des sommets difficiles à admettre en démocratie. L'intéressé lui-même a joué avec le feu en "clivant" (c'est son mot) exagérément mais cela n'excuse pas tout. Ce n'était, faut-il le rappeler, ni Mussolini ni Erdogan)
Tous ceux qui ont souffert de ce rejet se sont vengés sur son successeur et sur Christiane Taubira. Avec la même dignité et la même mesure dans les propos.

Les "affaires" mettant en cause des ministres et un candidat à la présidentielle (DSK) ont contribué à faire décrocher l'opinion de ses élus, de la politique et du parlementarisme.
François Hollande a certes gouverné à la godille mais il l'a fait dans le droit fil de ses prédécesseurs -Mitterrand inclus- tout en s'inventant une autre logique qu'il est seul à voir.

Les libertés n'ont pas été touchées, le pays s'il ne va pas mieux ne va pas plus mal qu'au temps de son remuant prédécesseur bref, ce climat haineux de guerre civile n'a guère de raisons d'être et, à mes yeux ne s'explique pas.

J'écris "guerre civile" en pensant à la Commune de Paris ou à la terrible période de l'épuration. Les commentaires dont je parlais en débutant ce post sont en effet dénués de la moindre envie d'essayer de comprendre celui qui ne pense pas comme soi. Que dire alors pour ceux qui ont une autre foi...
Ce sont des mots blessants, des rejets catégoriques, des anathèmes, des mises au pilori qui, dans un contexte différend pourraient dégénérer en règlements de comptes.
Je n'ai pas besoin de préciser que la franchise familiale de St Cloud jette de l'huile sur le feu et que son fond de commerce est justement cet état d'esprit.

Attaquée par des réprouvés se cachant derrière l'alibi religieux, la République l'est aussi par ce sentiment belliqueux et intolérant qui semble ne plus devoir s'arrêter.

Si les présidentielles sont l'occasion de permettre à tout ce fiel de s'exprimer il y a fort à parier que les démocrates ne seront pas ceux qu'on entendra le plus. Ni ceux qui seront les vainqueurs.

Published by Bertrand P
commenter cet article
2 août 2016 2 02 /08 /août /2016 06:54

Mais comment cela se fait-il que nous ne sachions plus mettre en perspective les évènements et que nos réactions, tant individuelles que collectives soient aussi "exagérées" alors que notre propre passé et l'histoire du pays comme de chacun de nous recèlent des tragédies d'une autre échelle?

Je dirais, pour m'en féliciter, que cela montre d'abord et avant tout que la démocratie est bien installée en France et que le sentiment de sécurité y est fort.

Je ne nie pas l'horreur des attentats de ces deux dernières années mais que sont-ils par rapport à la guerre d'Algérie et les attentats du FLN ou de l'OAS, des menées de l'extrême droite pendant les années 30, de la lutte contre la menace que faisait peser sur le monde l'expansionnisme soviétique, de la défaite de 1940, de l'exode, de l'occupation allemande, des déportations de Juifs, et, je m'arrêterais là, de la guerre de 1914-1918 et de ses 1 600 000 morts Français?

250 morts, même tragiques, odieuses et inadmissibles mettraient à genoux la cohésion sociale et une démocratie vielle de 146 ans (auxquels il faut retirer les 4 ans du régime de Vichy)?

Les auteurs de ces attentats et leurs commanditaires doivent jouir de la peur et de la désunion qu'ils mettent chez nous et dans les pays qu'ils attaquent. Que des débiles mentaux animés par une idéologie totalitaire à alibi religieux puissent mettre un gouvernement, une nation à plat en tuant au hasard est stupéfiant.

Songeons que le Général Nivelle n'a quasiment pas dû rendre de comptes sur ses offensives suicides de 1917, que le général Gamelin non plus en 1940, que les inventeurs de la Ligne Maginot non plus et qu'un Bernard Cazenave doit se justifier, sommé par un opposant lui même coupable de démagogie sécuritaire ayant montrée ses limites... Parler, à tout bout de champ, de sa démission est non seulement idiot mais obscène.

Que je sache, l'opposition actuelle a été au pouvoir et n'y a pas fait de miracles, dans ce domaine comme dans les autres..

Les meurtres de Merah, du supermarché Casher, du Bataclan, de Charlie, de Nice et de St Etienne du Rouvray sont des actes immondes, insupportables et que chacun ressent comme monstrueux.
Une fois encore je ne minimise pas l'horreur du meurtre du prêtre rouennais mais 5 jours entiers de commentaires et de journaux exclusivement consacrés à cet acte; n'est-ce pas démesuré par rapport aux actes du quotidien vécus par chacun d'entre nous? Les licenciements d'un tiers des salariés de SFR (5000 personnes) passent à l'as et le scandale de Patrick Drahi obtenant de l'argent de l'Etat sur son engagement de ne pas licencier jusqu'en 17 par perte et profit.

Que deux tarés de moins de 20 ans assassinent un vieil abbé n'est pas anodin. Ce n'est quand même pas la fin du monde ni une "guerre".

Les démocraties sont venues à bout de ETA, des brigades rouges, de la fraction armée rouge des années 70, mais aussi des ligues des années 30....
Un peu de mesure et de réflexion ne feraient pas de mal.

Published by Bertrand P
commenter cet article

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages