Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 avril 2019 4 11 /04 /avril /2019 07:00

La digue érigée le long de la Garonne pour en éviter les crues à peine terminée elle s'est couverte de tags tous plus hideux les uns que les autres. Je regardais le désastre avec une sorte de détachement intérieur très agréable: "c'est laid, c'est dommage, mais ça ne me retire rien". Un état d'esprit qui fait du bien.

Par contre impossible d'atteindre cette sérénité en écoutant France Info sur l'autoroute qui me ramenait d'Espagne le samedi 6 ni en écoutant France Inter dimanche 7 avril au matin.

Je m'explique: samedi sur France Info il y avait une sorte de débat pendant lequel des arguments cent fois entendus étaient rabâchés sur "la crise des gilets jaunes", le "grand débat" (qui-ne-sert-à-rien) et la "sortie de crise". Puis, dans un même élan on a discuté de l'éviction de A.Bouteflika (dans les allées du pouvoir algérien, une dictature soutenue par l'armée, depuis 1962), et on l'a comparée aux gilets jaunes! Macron, 40 ans, élu démocratiquement par 65% des votants du second tour de la présidentielle est, sur les ondes de la radio d'état, comparé à un dictateur quasi mort qui allait se présenter pour un 5ème mandat quand les jeunes et la rue se sont cabrés, au risque de leurs vies. France Info ça s'appelle! Même la (regrettée par certains) Pravda soviétique du temps de Staline n'aurait pas osé...

Il y a donc des "journalistes", payés par les impôts des contribuables Français pour qui Bouteflika et Macron c'est kif-kif. Ces gens-là sont désespérants d'inculture et d'idéologie.

Le lendemain, au journal de France Inter on revenait sur les 25 ans du génocide au Rwanda. Sans expliquer sa position on engueulait Macron de ne pas s'y rendre (Et Mitterrand.. et Balladur.. et Juppé.. ils y sont allés?) puis on parlait d'un génocide de victimes à majorité Tutsi. 800 000 Tutsis assassinés pour quelques 2 ou 3000 Hutus modérés massacrés pourquoi parler de "majorité" si ce n'est pour minimiser le carnage et en négliger les victimes. 98% ce n'est pas seulement une "majorité" ce sont LES victimes désignées et exécutées du massacre. France Inter se déshonore en employant des expressions volontairement ambiguës.

Comme pour les vilains graphes sur la digue j'aurais aimé m'en ficher et ne même pas relever: difficile parce que ce genre de manipulations, mille fois répétées, finissent par donner une nouvelle "vérité" aux choses. Pire que le "fake news" ces mensonges ou vérités tronquées remplacent la vérité et deviennent l'Histoire Officielle. Si Macron égale Bouteflika alors nous sommes en dictature dure. Si les victimes du génocide Rwandais sont "à majorité" Tutsies alors il y a eu d'autres victimes en grand nombre et finalement on ne peut parler de génocide.

Tout cela n'est pas anodin et est au contraire d'une grande importance. Parmi les coups portés à la démocratie la désinformation sournoise constitue l'un des plus destructeurs.

 

 

 

Partager cet article

Repost0
10 avril 2019 3 10 /04 /avril /2019 07:00

Il est gentil Allain Bougrain-Dubourg. Ses combats pour les causes animales sont respectables et il aurait pu avoir l'aura d'un Nicolas Hulot. Malgré son cheveu sur la langue et son côté boy-scout (ou grâce à eux?) c'est un homme qui a été celui de Brigitte Bardot pendant 7 ans et celui de Jane Manson et le père de sa fille. Chapeau bas.

C'est dire qu'il ne se limite pas à la cause de la "galinette cendrée"* même si c'est l'image qu'il me donne: un homme capable de s'émouvoir aux larmes sur la disparition presque effective de la tourterelle des bois. Je ne ris ni ne me moque mais en ce moment où l'Algérie joue son avenir, ou la France est empêtrée dans une crise de confiance qui peut déboucher sur le drame; la tourterelle des bois et son extinction possible me semblent des préoccupations presque surréalistes.

Et pourtant, à y songer, la question animale est une des plus importantes à laquelle l'homme doit réfléchir et apporter des solutions. Domestiques ou sauvages ils font partie de l'univers et leur maltraitance, qu'elle soit volontaire (animaux de laboratoires, de boucherie) ou pas (réduction des forêts, extension des terres cultivées) condamne aussi l'humanité. L'exemple accablant des abeilles le démontre.

Il ne s'agit pas de s'émouvoir artificiellement sur l'ours blanc qui se déplace sur une mer en dégel mais de voir et comprendre que notre rapport avec les animaux est vicié et doit être repensé.

En sommes nous capables? je l'espère mais ai des doutes: notre façon de traiter les autres humains est hélas douloureusement parlante.

 

* race d'oiseaux inventée (mais plausible) par les Inconnus dans un sketch hilarant sur la chasse et les chasseurs.

 

Partager cet article

Repost0
9 avril 2019 2 09 /04 /avril /2019 07:00

Dans sa livraison du mercredi 3 avril 2019 le Canard enchaîné me réjouit en me donnant raison.Je reproduit tel quel l'article:

"Pas très reconnaissant, ce Cesare Battisti! l'ex-membre des prolétaires armés pour le communisme, qui a reconnu devant un juge les quatre meurtres qu'il niait farouchement, ridiculise ses amis Français naguère opposés à son extradition de France. "J'ai mené en bateau tous ceux qui m'ont aidé", a t'il déclaré sur procès verbal, cité par "la Stampa" (29/3). Précisant que pour ses soutiens"la question (de son innocence) ne se posait pas. C'était tout simplement mon idéologie qui était soutenue". et qui faisait d'un maton, d'un boucher, d'un joailler et d'un policier -les quatre victimes de Battisti- les odieux suppôts du grand capital.

Voilà renvoyé au rôle "d'idiots utiles" les Français qui avaient manifesté pour éviter son extradition. A commencer par François Hollande, alors premier secrétaire du Parti socialiste qui s'était précipité en février 2004 pour aller le réconforter à la prison de la Santé. Ou le maire de Paris Bertrand Delanoë, le mettant, en mars 2004, sous la protection de la ville". Sans parler des artistes et intellectuels réunis derrière la romancière Fred Vargas, de Jacques Higelin à Julien Dray, en passant par Guy Bedos, Miou-Miou, Philippe Sollers et Bernard-Henri Levy, estimant que la condamnation de leur héros prouvait l'existence de "lois d'exception" en Italie."

l'hebdomadaire satirique mais aussi journalistique au sens noble du terme poursuit: "Reste à comprendre pourquoi Battisti se montre si cruel envers ses anciens soutiens, dont beaucoup ont agi par pure générosité. Sa confession depuis sa prison de haute sécurité en Sardaigne sera t'elle récompensée d'une amélioration de son sort pénitentiaire et judiciaire? ces questions n'ébranlent pas Fred Vargas, qui persiste, inébranlable, à soutenir Battisti. Quel héroïsme!"

 

Je m'abstiens de tout commentaire.

Partager cet article

Repost0
8 avril 2019 1 08 /04 /avril /2019 07:00

Cette affaire du Brexit est une calamité mais il faut bien comprendre que le vote des Britanniques, malgré la campagne de désinformation et les méthodes de gangsters modernes des partisans de la sortie de l'Europe est sacré et ne peut être remis en cause. "Ils" ont dit we leave à 51,9% des voix et, en démocratie, ça ne se remet pas en cause.

Nous, Français, avons connu la honte et le déni de démocratie du vote non au référendum sur la constitution de l'Europe qui s'est transformé en oui par un traité de Lisbonne voté par la représentation nationale. Je suis persuadé que cet acte gravissime contre le suffrage universel est le coup le plus grave supporté par la démocratie Française et qu'il compte pour beaucoup dans le marasme politique actuel et dans la levée en masse des gilets jaunes. En résumé: on interroge les Français, ils donnent une réponse claire, un non massif et sans appel, on "tripatouille" et ils disent oui.... drôle de conception de la politique.

Certains, de l'autre côté de la Manche, sont tellement -on les comprend ou on peut les comprendre- déçus qu'ils rêvent tout haut d'une pirouette comme celle de Sarkozy et de Bruxelles. On "re-voterait" ou on passerait outre le vote initial.

Après le vote Trump et ses peu ragoutantes coulisses, après la vague d'extrême-droite qui atteint l'Europe cette affaire du Brexit qui n'en finit pas montre que le plus grand danger qui guette le monde n'est pas le manque d'informations mais la désinformation. Les Britanniques ont été les victimes d'une campagne mensongère efficace qui n'a reculé devant rien pour atteindre son objectif.

Si les citoyens acceptent d'être manipulés et ne font pas l'effort de s'informer la démocratie périra sous les coups de gens comme Trump ou Boris Johnson.

Les coups portés à la démocratie par David Cameron, premier ministre qui a joué à pile ou face l'avenir de son pays pour de minables raisons personnelles ou par Nigel Farage aux noires intentions planquées derrière des mensonges sont de ceux dont la Grande Bretagne se relèvera. Il n'empêche: nous, électeurs européens, ne nous sommes pas assez intéressés à l'Europe qu'on a construite. Elle ne nous plaît pas et il est difficile de la changer. En sortir paraît encore plus compliqué.

Envoyer au parlement Européen ses ennemis les plus acharnés porte ses fruits vénéneux. Et l'on s'apprête, en Europe, en mai prochain, à recommencer. N'apprenons nous jamais de nos erreurs?

 

Partager cet article

Repost0
5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 07:00
Un homme, ni plus ni moins.

Sur la chaîne privée "Planète Crime Investigation" j'ai regardé (2 avril 19, 13H00), étonné, intéressé puis fasciné un documentaire sur celui que le Belges ont surnommé "le roi de l'évasion", un certain Murat Kapplan. 

Je ne suis pas du genre à m'esbaudir devant les exploits d'un malfrat mais là il s'agit d'autre chose. L'homme avait accepté une interview et dans celle-ci sa personnalité toute entière apparaissait et laissait percevoir un homme de 56 ans intelligent, attachant et humain au bon sens du terme.

Cet Albanais d'origine, réfugié avec ses parents n'est certes -et il le reconnaît sans ambages- pas un enfant de chœur mais c'est un homme avec ses forces et ses faiblesses qui "n'entre pas dans le cadre".
Il y a des personnes, comme cela, qui ne peuvent avoir d'horaires réguliers, faire leurs courses et payer leur horodateur. Des aventuriers, des "outlaws". On a peu de chances de les trouver à un arrêt de bus ou faisant la queue devant la Comédie Française.

Ni Robin des Bois ni Mesrine, un type futé aux réactions imprévisibles qui ne peut qu'avoir maille à partir avec la justice.

Sa jolie et intelligente femme Virginie Barré fait preuve, à son  égard d'un amour raisonné et raisonnable que seul un homme intéressant peut susciter. Être aimé comme ça par une telle femme... ce n'est pas donné à tout le monde. J'ai cru comprendre qu'elle a été championne de rallye. Ni aveuglée ni dure elle a intégré le fait que l'homme qu'elle s'est choisi est "différent" et elle accepte d'en payer le prix incroyablement élevé.

Bref, cette fois je me suis vu juré et dans un état d'esprit très conciliant avec l'accusé tout en n'oubliant pas ses erreurs et fautes.

Le document est devenu passionnant lorsqu'il a expliqué que le cas Murat Kapplan a servi aux conservateurs belges pour atteindre politiquement la ministre de la justice. Celle-ci a très brillamment expliqué la "philosophie" des permissions de sortie accordées aux détenus et c'était instructif et brillant. Loin des clichés qu'on entend à chaque crime épouvantable.

Partager cet article

Repost0
4 avril 2019 4 04 /04 /avril /2019 07:00

On entend partout, on voit partout l'ex président de la république François Hollande. Il a toujours la mine réjouie de celui qui va faire une bonne blague ou qui va dire une bêtise, il en sourit d'avance.

Hélas son discours, depuis la fin de sa présidence, se limite à répéter qu'il a bien gouverné, qu'il a obtenu des résultats et, en fin de compte que son mandat a été une sorte de perfection. Il ajoute, pour faire bonne mesure, des critiques assassines contre son successeur qui, en quelque sorte, lui aurait "manqué".

Personne ne lui fait remarquer que, depuis que l'homme vit en société, le pouvoir se conquiert et ne se "mérite" pas. Macron s'est servi de Hollande et, comme d'autres avant lui, il est arrivé en haut sans faire de salamalecs  à tous ceux qui, parfois contre leur gré, lui ont permis d'y arriver.

Notre jovial ex est un faux-gentil. D'ailleurs un chef d'Etat ne peut pas être "gentil". Tous ceux qui ont approché Chirac le disent: il pouvait être sympathique, gentil jamais. Hollande ne déroge pas à la règle.

Alors que veut-il en plus d'exister encore médiatiquement? croit-il qu'il pourra convaincre les Français du danger que fait courir à notre pays la possible arrivée au pouvoir du "Rassemblement National'? il a une idée de lui et de son action passée qui est déconnectée de celle qu'ont les Français. Son impopularité, massive et durable, brouille son message politique ou du moins ce qu'il en reste après l'épreuve du pouvoir. Il est sorti carbonisé de l'exercice et les ventes de son livre agissent en trompe l'oeil: Sarkozy aussi a sorti un livre qui drainait les foules avides de dédicace... il n'en a pas moins fait moins de 25% aux primaires de son camp en 2017..

Nous avons désormais des présidents plus jeunes qui survivent longtemps (à tous les sens du terme!) à leur passage à l'Elysée. Le Conseil Constitutionnel ne s'est pas révélé suffisant pour les occuper. Il faut leur trouver une mission, avec obligation de réserve, qui les rémunère et leur donne du prestige.

Bonne fille, la République doit bien posséder des postes qui conviendraient à ces grands malades politiques que sont les "ex". Définitivement ex.

Partager cet article

Repost0
3 avril 2019 3 03 /04 /avril /2019 07:00
Ils me font braire à adorer ce chieur de Jacques Demy.

Je croyais que la critique cinéma de la presse dite "sérieuse" avait touché le fond avec la déglingo de France Inter qui aime tout ce qui est nul et déteste tout ce qui ne l'est pas. Cette échappée, Eva Bettan, est tellement insupportable que dès qu'elle est annoncée j'éteins la radio. Il faut une certaine dose de masochisme pour écouter ses élucubrations interstellaires qui la propulsent loin dans l'azimut...

Mais il y a pire. Un personnage au regard de caméléon dont la langue n'est pas moins chargée que celle de l'animal: j'ai noté son nom après une dithyrambe aussi stupéfiante qu'hallucinée que la donzelle a faite à propos du compagnon de feue Agnès Varda, Jacques Demy.
Jacques Demy, qui a fait -selon moi- des films insupportables de mièvrerie est idolâtré par un public qui, pour schématiser, va du Marais au Marais en passant par les salles de rédaction des organes de presse de la gauche de la gauche. Ils s'extasient sur des entrechats pénibles et des chants odieux (Legrand, évidemment) sur des écrans où le ridicule le dispute au kitsch. C'est moche, c'est con, ça n'en finit pas.

Que ce soit "les demoiselles" comme ils disent ou "Peau d'âne" en n'oubliant ni les "parapluies" ni "une chambre en ville" ce monsieur a dupliqué ses barbouillages et tourné au-delà du raisonnable des navets musicaux auxquels, vous l'aurez compris, je ne trouve aucune excuse.

Je reviens à mon caméléon, cette folle à lier qui parlait de Demy comme s'il était l'égal d'un Kurosawa, d'un Manckiewicz ou d'un Robert Bresson et qui voyait un "message social", voire "politique" dans des ballets de patronage.

Une étude sur la vidange des fosses sceptiques enfouies sous pelouse eut été plus intéressante que la biographie commentée (on imagine comment) écrite par cette Marie Colmant dont la prestation hystérique faisait regretter l'abandon par la psychiatrie des douches glacées et des camisoles de force.

C'est le syndrome "chroniqueur"-chroniqueuse" qui a encore frappé: Miss Colmant qui semble fonctionner au kérosène enrichi a "une tronche". Ca doit suffire pour qu'on lui tende un micro et pour qu'un éditeur lui signe un contrat.

Partager cet article

Repost0
2 avril 2019 2 02 /04 /avril /2019 07:00

Ca se passe toujours pareil. Moussa, Mohamed, Billel ou Walid est "défavorablement" connu des services de police. Concrètement il a un passé de délinquant et quelques rubriques inscrites sur son casier judiciaire. Ce n'est pas un mauvais bougre, ses potes vous le diront, la main sur le coeur.

Il deale bien un peu, il n'a jamais travaillé plus d'un mois et a arrêté les études bien avant le CAP. Pas d'appétence pour apprendre. D'autres préoccupations. Il est bien un peu macho notre brave gars, il joue un peu les caïds ici ou les terreurs là mais c'est une crème; réglo en tous cas.

Il a le sourire d'Omar Sy avec des belles dents qui croquent la vie. Bon, d'accord, il trafique et met le quartier en coupe réglée... mais les éducateurs vous le certifieront. Pas plus "gentil" que lui.

Alors, s'il roule sans permis, dans une voiture volée, avec défaut d'assurance et le double du taux d'alcoolémie supporté ce n'est pas grave. S'il essaie d'échapper au contrôle et fonce sur les policiers ce n'est pas grave non plus. On ne va pas faire toute une histoire pour quelques grammes de coke.

Le gars en question, qui a 17 ans mais en paraît 30, qui se déplace avec armes et menaces; ce n'est tout de même pas un enfant de choeur, non?

Eh bien s'il est blessé ou pire s'il meurt, on a 3 jours à 2 semaines d'émeutes pour obtenir "Justice pour Walid" (ou Billel, ou Moussa). Les Insoumis vous servent la comparaison avec l'Afrique du Sud de l'Apartheid et le couple Charlot-Pinçot-Charlot vous ressert le communisme originel qui aurait évité ça.

La responsabilité du "gamin"? pfuiiiiiiiiiit, envolée. Son lourd passé d'emmerdeur? volatilisé. Reste un martyr que les chaînes robinet pleurent à gros bouillon.

Et un ou deux pour cent de taiseux qui se disent qu'ils vont voter pour la franchise Le Pen. Ca n'a rien à voir mais bah! rétablissons les frontières et supprimons l'Euro.

Qui sait? un gilet jaune nous dira qu'avec le RIC, la suppression du sénat et l'avènement de la VIème il n'y aura plus de banlieue coupe-gorge ni de jeunes voyous?

En tous cas les émeutiers, les potes de la marche blanche et ceux qui réclament justice pour X ou Y démolissent tout, brûlent des voitures et hurlent leur haine: drôle de façon de réclamer la justice!

Partager cet article

Repost0
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 06:38

L'hélicoptère précède le camion de pompiers qui lui même est devant la moto et la nacelle. Tous sont couverts de lampes de toutes les couleurs et évoluent en rond dans un bruit permanent et accompagnés de la pire des "musiques". Chantal Goya s'y taille la part du lion.

Mais pourquoi les manèges sont-ils si laids? question subsidiaire: pourquoi les enfants aiment-ils les manèges, ces archaïques divertissements dont le but avoué est de faire tourner en rond des enfants sur des vélos cloués au sol ou sur des chevaux aux couleurs criardes?

Tous les enfants, sans exception, aiment tourner pour 3€ le jeton et pour moins de cinq minutes dans un environnement laid et bruyant. Tous -ou peu s'en faut- manifestent bruyamment s'ils ne réussissent à grappiller un tour supplémentaire et ils manifestent jusqu'aux larmes si les accompagnant renâclent à rester les regarder tourner au bout de vingt minutes.

Le pompon, si j'ose dire, est constitué par cette pièce de chiffon que le machiniste agite sous le nez des petits minus afin qu'ils le décrochent et gagnent ainsi un tour gratuit.
Les parents ou grands-parents se voyaient déjà partants et ils sont contraints de rester pour un interminable tour de girafe bleue.

Après cette éprouvante épreuve se profilent la "pêche au canards", la crêpe (ou gaufre) au Nutella et le caprice colère parce qu'on a refusé l'achat du ballon ou du gobelet à bulles.
 

 

Partager cet article

Repost0
29 mars 2019 5 29 /03 /mars /2019 07:00

Je dois être "légitimiste": j'ai souffert de la terrible fin de présidence de François Hollande et vécu comme une honte personnelle qu'il ne puisse même se représenter.
J'ai même fini par avoir des pensées presque amènes pour Nicolas Sarkozy en me disant que tant de haine conjuguée devait fatalement venir de jaloux mesquins.

Pour Emmanuel Macron mes œillères me laissaient penser à un quinquennat brillamment ouvert et à un homme attaqué de toutes parts par des médiocres d'autant plus acharnés à le démolir qu'il les surplombe d'un univers.

Hélas, de Bénalla en Collomb force est de constater que Macron est en train de sombrer et que sa présidence sera juste comparable aux deux qui l'ont précédées.

De gilets jaunes en démission de Hulot, de Castaner en Griveaux, de Charybde en Scylla notre jeune Président, victime du "syndrome du Titanic" sombre implacablement.

Certes il résiste, allume des contre-feux, débat et s'agite... l'autorité de "Manu" n'est plus.

Au suivant! (et qu'on ne me dise pas qu'une femme réussirait mieux: penchons-nous sur l'année à Matignon d'Edith Cresson, regardons aujourd'hui Theresa May et la chancelière Allemande).

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages