Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 07:13

Un merveilleux film de cinéma signé Nicolas Philibert m'a fait comprendre que j'étais

un fan transi de la radio de service public et du groupe Radio France.

Il m'a fait toucher du doigt (et de l'oreille) la supériorité incontestable du média radio

sur la télévision et de la radio nationale sur les radios commerciales.

Sans être un film démonstratif et encore moins un pensum ce film montre, par petites

touches à quel point les radios de ce groupe sont dédiées au public et combien

l'amour de la radio bien faite est chevillée au corps de ceux qui la font.
La beauté des voix ne cèle en rien à la la passion visible qui anime les journalistes,

animateurs, interviewers et autres sorciers de l'antenne.
Qu'il est impressionnant de voir le travail quotidien de tous ces gens qui n'ont qu'une

ambition: informer.
Pour ce faire ils sont partout, s'intéressent à tout, sont enthousiastes et didactiques.
Rien ne leur fait plus plaisir -et ça se voit sur l'écran- que toucher le public en lui

racontant des choses qui l'élèvent.

C'est ce que montre le film qui illustre à la perfection l'ancien slogan publicitaire de

ces radios: "écoutez la différence".
Cette différence elle saute aux yeux et aux oreilles dans le film.


La qualité des invités (dans le film Jean-Claude Carrière, passionnant comme

d'habitude et qui, en 1 minutes donne plus à réfléchir que 72H de programme de

TF1 ou de RTL), celle du travail fourni (à l'écran une dramatique jouée par Eric

Caravaca), l'écoute et la non interruption de l'invité (François Busnel et Umberto 

Ecco) la qualité des oeuvres (répétition de l'orchestre de Radio-France) font que je

suis sorti de la salle émerveillé du professionnalisme des personnels de ces

stations et par leur volonté évidente de faire de la radio de qualité.

Je ne suis pas naïf et je n'ignore pas que, comme toute communauté humaine,

et en particulieu tout milieu de travail, les rivalités doivent y être nombreuses et

les conflits violents mais je reste persuadé que sur les ondes de ces radios

on s'adresse plus à l'intelligence des écoutants qu'à leur portefeuille ou leur

temps de cerveau disponible.
Je n'ai évidemment pas oublié comment des "stars" comme Anne Gaillard ou,

dans une moindre mesure, Didier Porte ou Stéphane Guillon ont été rejetés par

leur hiérarchie mais justement, peut-être étaient-ils tous les 3  trop clivants pour

représenter cette antenne?

Peut-être aussi que ce concept de "star" ou de personnalité à l'égo envahissant

ne convient pas dans ces radios où l'on prône le travail d'équipe?
Il n'est que de voir l'adorable réalisatrice de dramatique dans le film pour voir ce

qu'on gagne à favoriser l'écoute et l'intelligence plutôt que le bluff et le bruit.

En ces temps de médiocrité cynique et racoleuse une bouffée d'optimisme et de

satisfaction bienvenue.

Sur 1H40 de film il n'y a que 4 ou 5 minutes du Radio-France qui crispe! un chanteur

inconnu qui chante dans une langue inconnue (espagnol, portugais, volapük?) et

un doux dingue qui émets des sons avec un appareillage dérisoire.
Par contraste ces deux moments soulignent la beauté du reste!

 

"La Maison de la Radio" de Nicolas Philibert (2012)

Partager cet article

Repost0
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 07:07

A force d'entendre des informations négatives succéder aux informations négatives on

finirait presque par en déduire que la France va mal et, partant, que le monde aussi.
Il n'en est rien et il s'agit uniquement d'une question d'orientation du microscope.

Si nous n'entendons parler que de choses négatives, à longueur de journées, de

semaines et de mois il ne faut pas s'étonner que le baromètre du "moral des ménages"

indique une glaciation de l'espoir.

Il y a d'excellentes raisons de penser au contraire que tout va bien et que tout va aller de

mieux en mieux.

Sur le plan international, par exemple, deux génies des Carpathes s'activent pour nous

rendre radieux l'avenir.
Benyamin Netanyahou est le premier qui ne démord pas de son idée de frapper

préventivement l'Iran pour empêcher son redoutable voisin de posséder l'arme

atomique.
En voilà une idée qu'elle est bonne!

 

Le deuxième, Kim Jong-Un, un sympathique trentenaire au visage poupin, propriétaire

du peuple et de la Corée du Nord, un enfer sur terre, souhaite reprendre là ou la folie

de son grand-père a été stoppée en 1953.

Pour faire sa "grande Corée" communiste il est prêt à sortir la bombe et à la balancer

sur le voisin capitaliste mais aussi, pourquoi pas?, sur le Japon, Hawaï et même les

Etats Unis.
Il faut dire qu'en Corée du Nord, pays auprès duquel "1984" d'Orwell est un conte pour

enfants, on en est resté à la guerre froide et à l'équilibre de la terreur. Le peuple est

un, l'individu n'existe pas en tant que tel et, du berceau au tombeau, il est programmé

pour servir la dictature des Kim.


Récemment j'ai lu le récit d'une exécution capitale à Pyongyang, la capitale. Le condamné

a été déchiqueté à la dynamite. Sympa non? (Exécution filmée et diffusée au Grand Timonier

Coréen comme au bon vieux temps des nazis ou de bon-papa Staline)

 

Les dirigeants, une sorte de monarchie rouge, n'ont jamais signé de paix ni d'armistice

après la bataille de Corée. Ils pensent donc pouvoir la reprendre quand bon leur semble.

 

Alors? le sourire n'est pas revenu sur vos joues chiffonées?

 

Il vous faut d'autres raisons pour faire renaître votre optimisme? prenez l'affaire Cahuzac,

du nom de ce Secrétaire d'Etat au Budget qui, avant de traquer la fraude fiscale opérait

dans la chirurgie esthétique (dans les dîners en ville il se disait que "sur 10 cheveux qu'il

avait transplantés 9 l'étaient au noir*"). Voilà un homme qui vous console des turpitudes de

son odieux prédécesseur, Eric Woerth....
Ough! ce matin, sur France Inter, un journaliste a dit avoir commencé à s'intéresser à

Cahuzac justement parce qu'il voulait savoir pourquoi il avait absout Woerth dans l'affaire

de l'hippodrome de Compiègne.
Et voilà!!!! dernière raison de se réjouir et "d'avoir la banane" aujourd'hui: Cahuzac et Woerth

se seraient entendus (sur le dos du contribuable, de l'administration des finances et de la

justice) pour solder leurs affaires respectives.

 

Les publicitaires, qui ne savent pas quoi inventer pour vous rendre le monde plus beau,

plus riant et plus coloré (plus cher aussi mais chut!) ont trouvé un nouveau cheval de

bataille. La mauvaise odeur! il y en aurait partout.
Dans les tuyaux de l'évier (ah?) et même dans l'aspirateur. Je sens souvent mon aspi:

il ne sent rien. Mon tuyau d'évier non plus. Je suis normal, docteur?

 

Vous en voulez une dernière pour consolider votre tout nouvel optimisme?

 

...Outre Rhin les sondages donnent Angela Merkel favorite haut la main des prochaines

législatives.
Gageons que si les Européens pouvaient voter elle n'obtiendrait sans doute pas la
majorité chez les Chypriotes, les Espagnols, les Grecs, les Islandais, les Irlandais, les

Portugais et quelques autres...

 

Comme dit Proust (Gaspard, pas Marcel!) "elle est pas belle la vie?".

 

*Merci à Pascale pour l'anecdote. 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 07:09

Incroyable cette photo de Jérôme Cahuzac pérorant derrière un pupitre transparent

affichant "Lutte contre la fraude fiscale"...

J'avais oublié ou pas bien réalisé que cet homme, secrétaire d'état au budget du

gouvernement Ayrault, avait été d'un cynisme tel qu'il a démenti posséder un compte

en Suisse à l'assemblée nationale, devant la presse.
Sans oublier devant le premier ministre et le président de la république.

Ce n'est pas pour botter en touche mais cette affaire qui éclabousse le gouvernement

est presque aussi écoeurante que l'affairee Woerth du nom de ce responsable des

finances de l'UMP par ailleurs ministre du budget de deux gouvernements dirigés par

François Fillon.

Sans sombrer dans la démagogie je ne peux que dire ma déception, ma colère aussi

contre ces hommes politiques qui se conduisent de manière inacceptable et qui n'ont

pas encore compris combien le pays en a soupé de leurs moeurs, de leurs discours

et, disons le, de leur incurie.
Autant le précédent pouvoir a mérité son éviction au printemps dernier autant son

successeur semble bien parti pour la connaître si ce n'est le mériter à son tour.

Ces hommes là, qui décident du niveau des "prélèvements obligatoires" qui nous

pressurent sont souvent très loin de nos problèmes.
Ils ont des niveaux de vie à des années lumières des nôtres et ne comprennent pas

que leur discours ne "passe" plus.
Comme ce ministre anglais du travail qui a récemment dit qu'on pouvait vivre avec 53

livres (62€) par semaine et qu'une pétition de 370000 signatures pousse à le

démontrer; les administrés en ont assez de ces politiciens inamovibles, députés ou

maires à vie qui vivent sur une planète voisine mais inaccessible au commun des

mortels.

J'aimerais qu'un jour on nous explique l'origine de la fortune de personnes comme ce

Cahuzac, ce Renaud Muselier et tant d'autres.

Même si Hollande et Ayrault n'ont pas de responsabilité dans cette affaire, ils sont touchés

par ricochet et la nomination de l'ancien maire de Villeneuve sur Lot au budget est une

erreur lourde qui leur sera comptée.

Je le regrette mais, au bout de 10 mois d'alternance, le bilan de la sociale-démocratie

au pouvoir est extrêmement léger.
Incroyablement léger.

 

J'ai entendu aujourd'hui un financier éclater de rire en disant que les 600 000 € supposés

de Cahuzac étaient "une plaisanterie". Il a poursuivi (Europe 1 à 12H45) en disant qu'il

circulait des chiffres 10 à 20 fois supérieurs à cette somme.

Il a aussi dit que les comptes à l'étranger étaient rarement ouverts pour des sommes

comme ces 600 000€.

 

Partager cet article

Repost0
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 07:50

Dans l'affaire Cahuzac le second scandale, après le mensonge éhonté du secrétaire

d'état au budget est le montant de son compte Singapourien-Suisse.
Voilà un homme qui a un compte dormant (dont il n'a pas besoin et qui "dort" depuis

12 ans) sur lequel il y a 600 000€ selon l'aveu de Jérôme Cahuzac lui-même.

Comment ce "secrétaire d'état au budget" peut-il connaître et comprendre les dégâts

de sa politique sur des foyers fiscaux qui ne possèdent pas 10% de cette somme?

 

Les clubs de football qui paient 14 millions d'euros des débiles profonds sachant juste

taper sur un ballon vont être mis à contribution pour payer une taxe de remplacement

des 75% du gouvernement
Ils s'étranglent de rage et disent que leurs poulains vont fuir le pays.
La fuite des cerveaux, toujours.

 

Pour parler de quelque chose de moins déprimant...

J'ai conduit, sur une quarantaine de kilomètres, une voiture 100% électrique, la Citroën

C0 en circuit urbain.
Naturellement je suis tombé dans le panneau en attendant un bruit de moteur au

démarrage.
Puis, une fois cet oubli comblé, j'ai été séduit par cette voiture silencieuse à un point

tel que ça en deviendrait presque...dangereux.
N'eût été ce branchement incongru à la banale prise de courant j'avais l'impression

que cette auto était comme les autres.

Elle ne l'est pas! la consommation d'électricité (indiquée par la jauge du tableau de

bord) descend de manière vertigineuse.
Si, comme moi aujourd'hui, vous mettez les codes, en route l'essuie-glace et la radio

vous avez 100 kilomètres d'autonomie ou...1H de route.

 

Koh Lanta encore. Après tout il y a une semaine encore on rêvait de voir Edwy Plenel

pendu par les moustaches dans l'affaire du compte Suisse de Cahuzac...

Du coup attendons de savoir qui a tort et qui a raison puisqu'on nous oblige à nous

intéresser à quelque chose de profondément ennuyeux!

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 07:45

J'étais avec un petit groupe d'amis, tous un peu plus jeunes que moi, pour le week-end

de Pâques à St Lary, petite station de sports d'hiver des Pyrénées.
Ensemble nous avions loué un appartement et avons fait ensemble ou séparément

du ski, de la randonnée à raquettes, des balades dans la neige (abondante) et des

repas nombreux et variés, au restaurant, sur les pistes ou au "châlet".

Sans oublier d'inoubliables (!) parties de tarot, vertigineuses et irrésistibles. 


Une très bon week end avec des personnes sympathiques, agréables, originales et

toutes de bonne humeur du réveil au coucher.
Jusque là rien de passionnant pour la personne qui déboule sur ce blog et qui se

dit: "Oui, ben moi j'ai eu un week end de m... sous la pluie" ou celle qui pense très

fort: "qu'est-ce que j'en ai à faire des Pâques à la neige de ce bouffon" (on parle

comme ça chez les lecteurs de blogs!).
effectivement.
Rien de passionnant à tout celà si ce n'est la réflexion pleine de bon sens de de

drôlerie de Fabienne que j'ai entendue alors que je tenais enfin la salle de bains

pour me raser: "Ils sont tous sur leur téléphone ou sur internet pour savoir le

temps qu'il fait alors qu'il suffit de regarder par la fenêtre".
J'ai failli me couper tellement cette réflexion m'a amusé.

Effectivement, à ce moment précis 3 d'entre nous pianotaient furieusement sur leur

téléphone pour être le premier à dire la température en haut des pistes, la

présence du vent ou la hauteur de l'enneigement.

C'est vrai!!!! nous savons tout du temps à Los Angeles ou Vladivostok et nous

oublions de regarder sous nos pas.

 

PS: Le Paris-Dakar depuis sa création en 1979: 53 morts dont 8 enfants Africains.
Koh-Lanta, une émission de télévision privée: 1 mort et 4 jours de polémiques. En

quoi sommes-nous concernés, nous qui ne regardons pas ces jeux du cirque ni

cette chaîne infâme? tout le week end il n'a été question que de celà.

 

PS 2: l'hystérie collective qui accompagne la rencontre PSG-Barça n'est pas

seulement ridicule; elle est indécente.

Là encore est-il normal de consacrer tant de temps à ce match quand tant de

possibilités de s'informer ou de se cultiver sont méprisées?

 

Pourvu que le soigneur du PSG ne se suicide pas! on en aurait pour 8 jours!!

Partager cet article

Repost0
29 mars 2013 5 29 /03 /mars /2013 07:11

Je parlais avec ma délicieuse fille, hier, au déjeuner et nous en sommes venus

(comment? pourquoi?) à parler de cette "mode" des pantalons baggy (pantalons

très larges) que les jeunes des banlieues, blacks ou racaillous et les jeunes des

beaux quartiers portent très bas (fesses sur les genoux ou presque, laissant

apparaître le caleçon avec la marque bien visible).
Pour en déplorer l'incroyable absurdité (la démarche de ceux qui portent ainsi leurs

falzars est absolument grotesque) et le manque de dignité ou tout simplement de 

pratique de la chose.

Il faut remonter loin pour trouver une mode aussi ridicule.
...Aux casquettes portées à l'envers par exemple.

 

Marine m'a alors demandé si je savais d'où vient cette habitude et j'ai dit, au

hasard, "des quartiers blacks de New-York, des USA".

j'ignorais absolument d'où vient cette stupide habitude .

 

"Pas du tout" m'a t'elle dit de sa belle voix, "pas du tout", "ça vient des pénitenciers

américains et ce sont les prisonniers qui désiraient faire connaître leur disponibilité

sexuelle à leurs codétenus qui laissaient ainsi descendre leur pantalon".
Elle a ajouté, toujours avec la même voix suave: "s'ils savaient peut-être ne le

feraient-ils pas les jeunes du coin".
Ceux qui lisent mon blog, et ils sont légion* le savent désormais!

 

* si!baggy.jpg

Partager cet article

Repost0
28 mars 2013 4 28 /03 /mars /2013 07:16

En essayant de tromper ma faim alors que j'attendais F*** retenue à l'autre bout de

la ville par une Assemblée Générale de Copropriétaires, j'ai regardé "le Petit Journal"

à la télévision.
C'est un exercice que je ne fais plus depuis pas mal de temps, par lassitude et par

dépit.

Lassitude parce que c'est toujours la même chose, dépit parce que c'est devenu un

produit standard et calibré.

La griffe "Canal+", indélébile et immédiatement reconnaissable, marque ce petit

programme.
Un persiflage mode doublé d'un humour bébête qui est ennuyeux.
Jugez-en plutôt. Le premier "reportage" portait sur le fait que Brigitte Bardot (l'ex-star

des années 60, pas la foldingue des anti-mariage pour tous) avait demandé au

journal Var-Matin de l'aider à retrouver sa chatte.
Vous imaginez les questions posées à de vieux tropéziens et le ton du sujet.

"Le petit rapporteur" de Jacques Martin avait déjà fait le même truc avec le village

de Montcuq (prononcer "mon cul") il y a trente ans.
Elle est où la chatte à Brigitte? waf waf waf...

Vient ensuite le reportage qui permet au public de l'émission, logé sur les gradins,

et qui est là pour surjouer ses émotions de beugler un bon coup en huant la sortie

grossière et machiste d'un vieux con footeux. ("que les femmes s'occupent de leurs

casseroles"). Qu'est-ce qu'on s'amuse! qu'est-ce qu'on s'informe!!

Je vous passe le film de l'équipe de football féminine regardant le match France

Espagne en groupe devant la télévision (but du jeu: décomplexer les abonnés de

Canal qui sont accros au ballon et aux diffusions de matchs) pour en arriver à la

seule chose valable de l'émission de 25' (dont 10' de publicité); à savoir un petit

reportage grinçant sur le salon du livre et le comportement stupéfiant de nos

contemporains.
On connaît le principe de ces salons: on trouve le livre de poche qu'on peut avoir

partout mais là à un prix prohibitif et on peut "rencontrer" des auteurs et leur faire

signer leur oeuvre.... Moyennant quoi tous les tocards de la télévision, du cinéma,

du show-biz et du sport en mal de contrats viennent se montrer au salon et signer

au kilomètre des livres que personne ne lira.
Le but des visiteurs, semble t'il, est d'obtenir ces dédicaces et, plaisir suprême,

une photo de célébrité.

Le reportage du "petit journal" s'est attardé sur Richard Bohringer (quelle star, en

effet!) aux prises avec des malotrus le mitraillant sans mot dire et sans lui avoir

demandé la permission.
Un boudin décoloré, en rupture de campagne profonde, prenait ainsi mille clichés

de l'acteur et déclenchait sa colère: "c'est dimanche, ils vont m'envoyer des

cacahuètes".
C'est vrai... ce reportage sauvait l'émission en montrant ce que nous sommes

devenus. Des foules aux réflexes conditionnés, incapables de se prendre en

main et aux manières grossières.

Le public de Yann Barthès a beaucoup moins manifesté son plaisir que lorsqu'on

interrogeait un très vieil homme sur la chatte "blanche rayée de noir" de Brigitte

Bardot.
Allez savoir pourquoi....

Partager cet article

Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 10:24

Ce matin j'ai écouté (un court instant) le 7/9 de Patrick Cohen sur France Inter. Pascale Clark,

à son habitude, pratiquait l'interview venimeuse. 

En l'occurence celle d'une certaine  Béatrice Bourges (la bien nommée!!!!) à propos de la

manifestation anti mariage pour tous de dimanche dernier.


Quoi qu'on pense de ce dispositif et des personnes qui n'en veulent pas il est patent que

l'outrance et le ridicule ne sont pas loin dès lors qu'on aborde ce sujet et de quelque côté
qu'on se place.

 

Mme Bourges est donc fâchée avec son ex-amie Frigide Barjot et a quitté le collectif animé

par cette dernière. (j'ai cru comprendre que Mme Bourges en a été virée).
Pascale Clark voulait à tout prix montrer que les manifestants, une partie d'entre eux en tous

cas, étaient venus avec des tentes et des sacs de couchage pour singer les "printemps

arabes" en campant non loin de l'Elysée. Là il fallait comprendre: sédition et factieux.

Les partisans de Mme Bourges jouent eux un autre jeu: celui de la révolution conservatrice.

Pour ceux qui n'auraient pas compris: le pouvoir socialiste est non seulement injuste mais

illégitime, les anti-mariage gay sont exaspérés, "on" ne les écoute pas, "on" veut leur

imposer l'inadmissible.
Mme Bourges, stupéfaite d'avoir été "gazée" (rien de moins!) parlait d'une voix déformée

par cette expérience et par la stupéfaction.
"Son combat" et "ses idées" ne sont pas écoutés, on veut lui imposer de force quelque chose

qu'elle et ses soutiens refusent.
N'est-ce pas, par définition, la démocratie? quand 50,01% de la population peut appliquer

un programme rejeté par les 49,99% des électeurs?
Qui a fait passer par la voie parlementaire le traité de Lisbonne qui contredisait le vote massif

des Français contre ce texte? qui a donné le feu vert pour l'engagement du pays au Mali,  en 

Irak, en Afghanistan? qui a décidé de mettre des jurés aux assises et qui les en a retirés?

une seule réponse: la majorité du moment.

Ou le président élu, ce qui est pire.


Que certains refusent le mariage de deux femmes ou de deux hommes est légitime et peut se

comprendre, qu'ils veuillent imposer leur vision n'est pas plus acceptable que le contraire.
Ce qu'une majorité politique fait une autre majorité peut le défaire. On l'a vu avec les

nationalisations de l'ère Mitterrand et les privatisations de l'ère Balladur.

Quand un préfet dit "pas de manifestation sur les Champs Elysées" les organisateurs savent

ce qu'ils font en envoyant les plus têtus de leurs représentants tenter de forcer le barrage.
Après cela; tout n'est qu'une histoire d'images.
La propagande des uns s'oppose à celle des autres..
On ne me retirera pas de l'idée que ce "mariage pour tous" est un leurre et qu'il y a mille sujets

de mécontentement plus importants qui devraient faire réagir les foules.

Si on mobilise tant de braves gens contre un acte civil qui concernera 100 000 Français(es) que

fera-t'on quand, comme à Chypre, on taxera les dépôts bancaires? quand on diminuera les

allocations chômages des 3,3 millions de personnes concernées?

Restons sérieux! la famille, cette entité qui peut être le bien ou le mal absolu n'a pas besoin de

ces manifestants égarés. Elle existe depuis plus de 2000 ans et a survécu au nazisme, au

communisme, aux khmers rouges, aux armées et au phyloxéra...Ce n'est pas Mme Taubira qui

la détruira!

 

Partager cet article

Repost0
27 mars 2013 3 27 /03 /mars /2013 07:11

En passant dire bonjour à une amie qui tient la plus belle, la plus grande, la mieux

fournie et la plus attirante boutique de fleurs de Toulouse et du Grand Sud Ouest,

j'ai observé avec amusement que je ne dois pas posséder cette fameuse "bosse du

commerce".
Comme à chaque fois que je viens la voir elle se plaint de n'avoir vu personne avant

mon arrivée (assertion démentie par une page longue comme la tête de Jospin

quand on prononce le nom de Ségolène Royal et qui retrace les ventes du jour) et

je ne suis pas là depuis trente secondes que c'est un défilé de clients qui trépignent

pour laisser des billets de 20 € comme s'il en pleuvait.
Il faut dire qu'elle fait fort. Avec des fleurs sans tiges, des trucs bizarres aux pétales

tristes (mais aussi des sublimes fleurs coupées) elle fait des bouquets splendides et

originaux.

La nature elle-même n'a pas pensé à assortir de telles formes et de telles couleurs.
Elle, si.
D'une simple et bête rose rouge elle vous fait un ensemble qui vous rend heureux

de ne pas l'avoir achetée chez la bouquiniste du boulevard où on n'aurait pas

manqué d'épingler "plaisir d'offrir" sur le vilain transparent enveloppant votre

misérable épineuse.

Et je n'exagère pas.
Cette amie, comme on dit, vendrait du sable aux sahraouis.

Nous nous sommes livrés à un petit jeu (discret dois-je le préciser?) elle et moi.
En voyant entrer dans le magasin les visiteurs nous nous demandions s'ils

allaient acheter ou repartir sans rien.
Résultat: elle a fait un sans faute et moi un strike d'erreurs.
J'ai beau connaître mon La Fontaine  ("gardez-vous de juger les gens sur la mine")

je n'aurais pas vendu une jonquille si le magasin avait été à moi.
Mon amie, elle, pendue au téléphone, le nez dans un évier ou en train de rempoter

un citronnier jetait un oeil vers l'entrant et me disait: "il prendra un bouquet à 35€"

ou "Elle? un pot d'herbe à chats".... Et ça ne ratait pas!

Elle a un truc, j'en conviens, puisqu'elle connaît son marché et ses clients.
Mais quand même....Lorsque j'ai quitté le magasin,  un clémentinier à l'agonie

sur les bras (de temps en temps je fais clinique soins palliatifs aux plantes) un

couple improbable père-fille regardait un jasmin cher et encombrant.
J'ai appelé plus tard pour savoir. Le jasmin avait été acheté.

Sans doute par esprit de jeu (ou est-ce du sadisme?) cette amie me pousse à

ouvrir un commerce moi aussi.

On trouve vraiment de tout dans mon ADN. Mais le gène du commerce de détail

je le cherche encore!

Partager cet article

Repost0
26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 07:11

De plus en plus souvent on me demande d'un air dégoûté: "tu es sur Facebook, toi?"

ou sa variante la plus proche: "tu utilises twitter"?". Dans ce second cas la moue de
votre interlocuteur exprime l'ennui.

Il semble que les phénomènes de mode et associés passent de plus en plus vite. Il

y a quelque mois posséder uun "Blackberry" vous mettait dans la catégorie des gens

up to date, tandis qu'aujourd'hui si vous téléphonez avec, vous êtes juste redevable d'un

regard condescendant.
Rouler en fier 4X4 était un signe d'appartenance à la branchitude friquée il n'y a pas si

longtemps. Maintenant on accepte à contrecoeur le "cross-over" mais vous n'obtiendrez

un réel succès que si vous débarquez en cabriolet.

Si vous lisiez Philippe Djian et  -ou- Christine Angot vous démontriez par là même votre

solide modernité.
En mars 2013 seul Beigbeder vous ouvre les portes du monde hype.

Je ne parlerais pas de musique, dans ce domaine les modes sont aussi changeantes

que les circonscriptions où il s'est présenté pour Jack Lang...

Le vocabulaire aussi change. Il faut employer des mots ou locutions dans le coup: on

parle de "it girl", de fille "next door" et de travail 2.0.

Pas obligé de connaître tout mais, si on veut paraître jeune (grosso-modo moins de 40

ans) on a intérêt à ne pas commettre de faute de goût.
Comme dans le film de Patrice Lecomte "Ridicule", celles-ci ne pardonnent pas.
Le pantalon, la montre, la chemise tout est marqueur et vous désigne à l'assemblée

comme fréquentable ou pas.

Pour les hommes la barbe de 3 jours et le favori sculpté sont normés et infaillibles.

Dans 6 mois les arborer sera du dernier plouc.

 

Cette civilisation du paraître ne débarque pas du jour au lendemain et a toujours existé.

La seule différence notable est qu'elle est entièrement aux mains de publicitaires qui

"font" (et défont) les modes en fonction d'intérêts uniquement financiers.

Votre téléphone, votre montre, votre chemise à la coupe ceintrée et tout le reste, voiture

comprise seront démodés parce que Bouygues, Tag Heuer, Café-Coton et Volkswagen

en auront décidé ainsi.

Une société qui révère Justin Bieber, Nabila, David Beckham, Luc Besson et tant d'autres

minus habens est mûre pour la dictature du look.

 

Pour ce qui est de Facebook au phénomène de mode jeuniste (donc excluant) vient

s'ajouter une paranoïa pénible "on" nous épie, "on" sait tout sur nous.
Et alors? puisque tout le monde est pareil et suit les mêmes mots d'ordre et d'achats

où est le problème?

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Les bonnes feuilles du Poirier
  • : Le blog d'un Toulousain très critique sur l'actualité, et vachement calé en histoire en plus.
  • Contact

Stats

Visiteurs Uniques depuis le 22 Mars 2013
(18274 Visiteurs Uniques depuis sa création)

 

Il y a    personne(s) sur ce blog

 

Blog créé le 8 Décembre 2009

Pages